acceuilActualitéEconomie & FinancesEducation & DéveloppementEn brefInsécurité & BanditismeJustice

Insécurité ou bouffonnerie à la Jovenel

Des bandits armés ont ouvert le feu sur la Radio Télé Zénith, à Croix-des Bouquets. L’attaque s’est produite dans la nuit du lundi 17 juin 2019, aux environs de deux (2) heures du matin. Depuis quelques jours, la radio Zénith est sous la menace des sbires du pouvoir en place.

Une marche silencieuse a été organisée le dimanche par des organisations de la société pour réclamer justice pour le journaliste assassiné. En effet, plusieurs dizaines de personnes, en majorité des journalistes, ont pris part dimanche, à une marche pour exiger des autorités judiciaires et policières, de faire la lumière sur l’assassinat de Rospide Pétion, journaliste de Radio Sans fin. Rospide Pétion (Alias Douze) a été tué par balles, à Portail-Léogâne (au sud de Port-au-Prince) le 10 juin, en revenant de la radio alors qu’il rentrait chez lui. Les participants, dont une grande majorité vêtus de blanc ont allumé des bougies à l’entrée de la radio, à Delmas 48, avant le départ du cortège. «Si un exemple avait été tracé lors de la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur, Pétion Rospide ne serait pas assassiné ainsi», a déclaré un participant.

D’autre part, la Commission Épiscopale Justice et Paix (JILAP) a critiqué une situation d’insécurité qui sévit en Haïti. Jocelyne Colas Noël, la directrice exécutive de la Commission Épiscopale Justice et Paix (JILAP), a fait savoir que la Commission a recensé 122 morts dont 100 par balles pour les 3 premiers mois de l’année 2019, seulement pour la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Ces morts dériveraient majoritairement des d’affrontements entre gangs armés, à en croire la Commission.

En outre, la député Maxime Waters, Présidente du Comité de la Chambre sur les services financiers (Aux États-Unis) a dit prendre note des actes de violence à caractère politique, perpétrés par des gangs prétendument affiliés au gouvernement haïtien. Elle a fait cette déclaration, lors d’une rencontre avec les membres du Congrès noir, et d’autres membres du Congrès concernés, qui ont convenu de travailler ensemble pour que justice soit rendue au peuple haïtien et avec la député Barbara Lee, pour faire en sorte que la crise politique en Haïti soit incluse dans le rapport accompagnant le State, Foreign Operations Appropriations Bill for Fiscal Year 2020. «Lors de mon récent voyage en Haïti, j’ai été choquée et consternée d’apprendre le massacre et l’incendie de maisons à La Saline ainsi que d’autres preuves de violences à motivation politique, et je suis profondément troublée par les allégations selon lesquelles le gouvernement haïtien aurait pu être impliqué. Je remercie mon amie et collègue, la député Barbara Lee, d’avoir œuvré à l’inclusion de libellés dans le rapport accompagnant le projet de loi portant ouverture de crédits pour les opérations à l’étranger, afin de faire face à cette crise urgente», a déclaré Maxime Waters.

Par ailleurs, vu la montée en colère de la population contre le pouvoir en place, les forces de l’ordre font usage de la force répressive contre la population haïtienne. C’est une situation dénoncée par l’Organisation Citoyenne pour une Nouvelle Haïti (OCNH). En effet, l’OCNH a dit condamner l’usage abusif de gaz lacrymogène, le recours à la violence et l’utilisation de balles réelles contre la population. L’organisme a rappelé que le droit à la mobilisation est garantie par la Constitution qui, elle-même, a été plébiscitée par un peuple qui s’est mis d’accord sur les principes régulant la vie dans la société haïtienne. La loi mère confère des droits mais elle nous place aussi face à des devoirs. «L’OCNH salue le courage du peuple haïtien qui du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest s’est mobilisée sur toute l’étendue du territoire national. Elle désapprouve les cas de casse et de destruction de biens publics et de propriétés privées, particulièrement la Radio Télé Ginen», a dit la note.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button