acceuilActualité

Haïti: Nouvelles en Bref

Des obsèques intimes pour une légende

Trois jours après la mort du saxophoniste de légende, Manu Dibango, un seul cliché de la cérémonie a été posté sur les réseaux sociaux. On y découvre cinq membres de la famille de l’artiste, entourant une photo de Manu Dibango, saxophone aux lèvres. Un cliché émouvant, commenté par des centaines de fans, adressant leurs condoléances au Papy Groove et à sa famille. Pour l’heure, c’est le seul hommage qu’ils pourront lui rendre, dans un contexte de pandémie de coronavirus, vu que tout rassemblement est interdit. Six jours après l’annonce de son hospitalisation, la famille du musicien avait annoncé, le mardi 24 mars, la disparition du musicien, première star mondiale à succomber au coronavirus. Le saxophoniste, légende de la world music, aurait été contaminé à l’hôpital, alors qu’il se faisait soigner pour une autre pathologie, selon sa manageuse et nièce, interrogée par Paris-Match. Âgé de 86 ans, l’auteur de «Soul Makossa», avait été hospitalisé à Melun, selon La République, après avoir été testé positif au COVID-19.

 

Réintégration des 5 policiers révoqués

Les 5 policiers renvoyés de la PNH, lors des mobilisations de certains agents de l’institution pour la reconnaissance du syndicat de la PNH, ont été réintégrés. Selon ce qu’a fait savoir le porte-parole de la police nationale d’Haïti, Michel-Ange Louis-Jeune, en conférence de presse, le mercredi 25 mars 2020, affirmant avoir suivi les recommandations de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) et de la Commission de facilitation et de dialogue, formée par le haut État-major. «Depuis le 21 mars, il a été décidé que ces 5 policiers sont réintégrés dans les rangs de la police. Ces derniers sont désormais considérés comme des policiers à part entière et continueront à fournir leurs services au sein de l’institution», a révélé le porte-parole, qui a voulu remercier les acteurs qui ont favorisé un dénouement à cette crise. Notons que les policiers qui avaient été révoqués sont: Yanick Joseph, Abelson Gros-Nègre, Jean Elder Lundi, Gédéon Mombrun, et Yens Lamarre.

 

Les transports en commun s’en balancent du COVID-19

Malgré les consignes des autorités de l’État haïtien pour limiter la propagation du coronavirus, notamment la distanciation sociale, les transports en commun continuent de fonctionner comme à l’ordinaire. Les syndicats de chauffeurs croient que, sans un accompagnement de l’État, cette mesure ne pourra pas être mise en œuvre. Néanmoins, si les cas de contamination s’amplifient, ils prévoient un arrêt total des transports en commun. L’entassement dans le transport en commun est relayé et critiqué par plus d’un, depuis la découverte des deux premiers cas d’infection au coronavirus qui ont conduit à l’adoption d’un arrêté présidentiel sur des mesures dont: l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes et le respect de la distance sociale d’au moins 1m50. Plusieurs chauffeurs de bus et de tap-tap, dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, négligent sciemment certaines mesures pour éviter un manque à gagner. Sans un accompagnement de l’État, accepter moins de passagers est synonyme de terminer la journée avec moins d’argent.

 

Grandes inquiétudes au Plateau Central

Après la confirmation des cas testés positifs au COVID-19 dans le pays, plusieurs communes du département du Centre se mobilisent pour éviter la propagation de la maladie dans la région. À Hinche, plusieurs personnes se sont présentées au centre de tri de l’hôpital Sainte-Thérèse de Hinche pour se faire dépister. Les campagnes de sensibilisation, de distanciation et de confinement, deviennent de plus en plus fréquentes à travers le pays. Cependant, dans le département du Centre, notamment à Hinche, les informations sur les nouveaux cas de contamination par le coronavirus n’ont pas cessé de soulever de vives inquiétudes. «Il ne s’agit pas de semer la panique, mais le risque de la propagation du coronavirus est bien réel dans le pays», a déclaré le directeur départemental sanitaire du Centre, Denis Joseph Jean-Baptiste. D’après lui, la prévention et le respect des principes d’hygiène sont les deux meilleurs moyens pour faire face à la force de l’épidémie. On rapporte deux cas de personnes atteintes du coronavirus et qui sont placées dans un hôpital dans le département, avec environ 385 cas enregistrés dans le système de tri de l’HSTH, à la suite de toux aiguë. «J’appelle la population à garder son calme. L’heure n’est pas à l’affolement», a-t-il insisté.

 

La PNH fabrique ses propres masques

Le porte-parole de la Police nationale d’Haïti, Michel-Ange Louis-Jeune, a fait état des mesures adoptées par l’institution, dans le cadre de la pandémie du coronavirus. Ces mesures, selon lui, concernent la prévention et la prise en charge. Le commissaire a indiqué que le haut État-major va renforcer les mesures de prévention déjà prises. «Nous avons annulé provisoirement les séances de formation qui devaient avoir lieu à l’Académie de police et à l’École nationale de police. Nous avons acheminé du matériel de prévention comme des seaux, du chlore, des masques et des gants, dans les directions centrales, les directions départementales, les commissariats, les sous-commissariats et d’autres bâtiments qui logent les structures de police. Nous avons acheminé des réquisitions aux autorités pour du matériel supplémentaire dont nous ne disposons pas encore», a fait savoir le commissaire Louis-Jeune. Le porte-parole de la Police nationale a également indiqué qu’un atelier de couture est ouvert à l’Académie de police. «À l’initiative du haut commandement, des policiers couturiers confectionnent des masques de protection. Ils peuvent produire pas moins de 500 masques par jour. Ce qui permettra aux policiers, quel que soit leur lieu d’affectation, de disposer de masques de protection. Nous profitons de l’occasion pour appeler les policiers à la vigilance.

 

Incendie à l’hôtel Joupana Beach Resort

Dans la soirée du 28 au 29 mars 2020, l’hôtel «Joupana Beach Resort» a été incendié par des inconnus non identifiés, dans la localité de Port-Français non loin de Labadie (Cap-Haïtien). C’est un investissement évalué à plus de 2 millions de dollars américains.

 

Aide initiale de 2,2 millions

Les États-Unis fourniront à Haïti une aide initiale en assistance sanitaire de 2,2 millions de dollars. Cette aide contribuera à intensifier les campagnes de communication sur les risques, à améliorer les services d’eau et d’assainissement, à prévenir et à contrôler les infections, à gérer les cas de COVID-19, à renforcer les laboratoires, et plus encore.

 

Saint-Marc: la PNH renforce ses effectifs

Le Commissaire Principal, Jacques Ader, responsable du Commissariat de St-Marc, dans le souci de faire respecter les mesures prises par les autorités, afin d’empêcher toute propagation accélérée du virus au sein de la communauté St-Marcoise, a renforcé l’effectif des agents au Commissariat. L’objectif est de prévenir et de permettre à la population de se prémunir contre la contamination de ce virus. Le Commissaire Principal, Jacques Ader, s’est entretenu avec les nouveaux agents, fraîchement arrivés au poste de St-Marc, sur les comportements à adopter dans leur travail de police communautaire, en vue de porter la population St-Marcoise à prendre conscience de la situation à laquelle elle est exposée. Selon le Commissaire, tous les principes édictés par les autorités locales vont être respectés.

 

COVID-19: l’enseignement à distance

Le Ministère de l’Éducation nationale a informé les agents éducatifs, en particulier, et la population, en général, qu’il est en train de finaliser la mise en place d’une plateforme numérique de Ressources Éducatives et d’Apprentissage, afin de permettre aux élèves de continuer à suivre les cours à distance des programmes du fondamental et du secondaire. À cette fin, Pierre Josué Agénor Cadet, le Ministre de l’Éducation Nationale, a organisé une réunion de travail avec les responsables des directions techniques concernées, de la Direction Générale et des membres de son Cabinet, afin d’accélérer le processus de mise en œuvre de cette plateforme qui permettra à la population scolaire de continuer à apprendre, malgré la pandémie de COVID-19. Le ministre Cadet a souligné qu’il était essentiel que les enfants puissent poursuivre leurs apprentissages, afin de préserver leur droit à l’éducation. Tout en étant conscient du fossé numérique en Haïti qui peut limiter l’impact de cette action, il demeure cependant convaincu qu’on ne saurait négliger la technologie numérique. Cette plateforme d’enseignement devrait être en ligne, très prochainement, pour les niveaux d’enseignement : Préscolaire, Fondamental et Secondaire.

 

Report du Sommet international de la Finance

Compte tenu de la pandémie de COVID-19 et de l’arrêté présidentiel décrétant l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire national, pour une période d’un mois, la 10ème Édition du Sommet International de la Finance que le Group Croissance et ses partenaires organisent depuis avril 2011, n’aura pas lieu aux dates prévues : 20 au 23 avril 2020. Les organisateurs ne sont pas en mesure d’organiser l’événement dans ce contexte, leur priorité étant de garantir la santé et la sécurité des participants, des partenaires et du staff d’organisation.

 

Rencontre PM Jouthe et secteur des affaires

Le samedi 28 mars, le premier ministre Joseph Jouthe a rencontré des membres du secteur patronal, la Chambre de Commerce Américaine (AMCHAM) et l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) pour discuter de la participation des entreprises locales à la lutte contre le COVID-19 en Haïti, ainsi que de l’accompagnement du Gouvernement au secteur privé.

 

Croix-des-Bouquets en action

Dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus (COVID-19), le Conseil Municipal de Croix-des-Bouquets a entrepris une campagne de sensibilisation, afin de porter la population crucienne, à respecter les consignes du Gouvernement et à respecter les règles sanitaires. La Mairie rappelle, à tous, que le meilleur remède contre le COVID-19, en plus du respect des règles d’hygiène, est «le confinement qui consiste à rester à la maison et de ne sortir qu’en cas d’absolu besoin.»

 

Un nourrisson victime d’un enlèvement, retrouvé

Le nourrisson de 2 jours, enlevé le 21 mars à la Maternité de l’Hôpital Universitaire Justinien du Cap-Haïtien, a été retrouvé, le mercredi 25 mars 2020, lors d’une opération menée par les autorités policières et judiciaires, à la 3e section Haut-du-Cap. Le nourrisson se trouvait chez Micheline Dona, 40 ans, qui a été appréhendée. Sa fille Woodjina Augustin, auteure de l’enlèvement, a pris la fuite.

 

Livraison de savon et de désinfectants aux maisons d’enfants

L’Institut du Bien-Être Social et des Recherches (IBESR) a procédé à la livraison de savons et de désinfectants dans les 754 maisons d’enfants répertoriées en Haïti. «Lavons-nous les mains et ne sortons que lorsque nécessaire. Le COVID-19 touche tout le monde, enfant ou adulte. Ne stigmatisons pas les malades mais aidons-les», conseille l’UNICEF.

 

PNH : nouveau coup de filet

Des agents de la Police Nationale d’Haïti ont appréhendé, à Léogâne, «Gros Blanc», un individus ainsi connu, membre d’un gang opérant à Village-de-Dieu, dénoncé par la population. Depuis quelque temps, il s’occupait du transport et organisait la fuite et les cachettes des membres de sa bande.

 

Haïti parmi les 11 pays les moins heureux du monde

Haïti occupe la 142ème place sur 153 pays, selon le classement mondial 2020 des Nations-Unies, des pays les plus heureux au monde. La République Dominicaine arrive à la 68ème place dans ce classement dominé par la Finlande en 1ère position pour la 3ème année consécutive.

 

Échec de la quarantaine à Belladère

Macklish Ledoux, le maire de Belladère a échoué à mettre sa commune en quarantaine pour contrôler le flux migratoire entre sa ville et la République Dominicaine, faute d’effectifs policiers suffisants. Malgré la fermeture de la frontière, les Haïtiens (la majorité) et quelques Dominicains continuent d’aller et venir, en toute insouciance.

Don de seaux et de savons

Remise officielle de 1 000 seaux et 10 000 savons au Ministère de la Santé, par Maria Luisa Fornara, représentante de l’UNICEF en Haïti. En permettant à plus de personnes d’avoir accès à de l’eau propre et du savon, l’UNICEF accompagne Haïti pour limiter la propagation du COVID-19.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button