acceuilActualitésciences et santé

Qu’est-ce que l’autisme? Deuxième partie 

Certains types de tests qui peuvent être utilisés dans le diagnostic de l’autisme comprennent:

  • des questionnaires sur les symptômes de l’autisme;
  • un suivi du développement;
  • des tests auditifs;
  • des tests de QI.

L’autisme peut être diagnostiqué de manière fiable chez les enfants, dès l’âge de deux ans. Les symptômes commencent à apparaître au cours des trois premières années de la vie d’un enfant.

Diagnostic à l’âge adulte

Alors que l’autisme est souvent diagnostiqué dans la petite enfance, il peut également être diagnostiqué à l’adolescence et à l’âge adulte. Le diagnostic plus tard dans la vie peut parfois être plus difficile car certains symptômes de l’autisme peuvent être confondus avec d’autres problèmes de santé mentale tels que l’anxiété, le TOC et le TDAH.

Alors que les chercheurs étudient encore quels types de traitements fonctionnent le mieux pour les adultes autistes, obtenir un diagnostic peut être utile pour comprendre les difficultés actuelles et passées. Cela peut également vous aider à apprendre à reconnaître vos forces et à obtenir de l’aide, dans les domaines où vous pourriez avoir des difficultés. Un diagnostic précoce est généralement idéal, mais il n’est jamais trop tard pour être évalué, diagnostiqué et traité pour l’autisme. Si vous présentez des symptômes pouvant être liés à l’autisme, parlez-en à votre médecin pour en savoir plus.

Prévalence

Selon les statistiques des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), un enfant de huit ans sur 54 souffre de troubles du spectre autistique. Ils ont également signalé que la condition était présente dans tous les groupes ethniques, raciaux et socio-économiques. Cependant, ils ont constaté que les troubles du spectre autistique sont quatre fois plus fréquents chez les garçons que chez les filles. Les statistiques de prévalence indiquent également que l’autisme est plus fréquent aujourd’hui que par le passé. Il semble également augmenter, atteignant jusqu’à 10 à 17 % au cours des dernières années.

Causes

Bien que les causes exactes ne soient pas connues, la recherche suggère qu’il existe probablement un aspect génétique à la maladie. Les recherches qui indiquent un lien génétique comprennent des études montrant que les enfants qui ont un frère ou une sœur autiste courent un risque plus élevé d’être autistes. Cependant, la recherche a également révélé que seulement 20 % environ peuvent être directement attribuables à des causes génétiques. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre comment des mutations ou des variations génétiques spécifiques peuvent contribuer au développement des troubles du spectre autistique. Alors que les gènes sont considérés comme un contributeur-clé, des études ont également montré que la naissance prématurée et l’âge paternel avancé sont également liés à l’apparition de l’autisme. Certains médicaments, lorsqu’ils sont pris pendant la grossesse, ont été associés à un risque plus élevé de troubles du spectre autistique. Néanmoins, la recherche a démontré que les vaccins ne causent pas l’autisme.

Les types

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic d’autisme, son niveau fonctionnel sera également identifié. Il existe trois niveaux différents de troubles du spectre autistique:

  • niveau 1 : haut fonctionnement;
  • niveau 2 : modérément sévère;
  • niveau 3 : sévère.

Ces niveaux sont utilisés pour décrire à quel point les comportements et les compétences sociales sont affectés.

Niveau 1

Le niveau 1 est considéré comme une forme légère d’autisme. Les personnes atteintes de ce type peuvent avoir des problèmes de relations sociales et des comportements restrictifs. Ils n’ont généralement besoin que d’un minimum de soutien pour fonctionner dans leur vie quotidienne normale.

Niveau 2

Les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique de niveau 2 ont besoin de plus de soutien. Leurs difficultés sociales sont évidentes, ils peuvent avoir des problèmes de communication et peuvent avoir besoin d’aide pour gérer les comportements problématiques.

Niveau 3

Les personnes atteintes d’autisme de niveau 3 présentent des symptômes qui interfèrent avec leur capacité à vivre et à fonctionner de manière autonome. Les personnes atteintes de ce niveau d’autisme ne communiquent pas souvent verbalement, luttent contre le changement, ont des comportements répétitifs ou restrictifs et peuvent être sensibles aux stimuli sensoriels.

Types précédents

La publication en 2013 du «Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM)» a marqué des changements significatifs dans la façon dont l’autisme était classé et diagnostiqué. Jusqu’à la publication du DSM-5, les experts faisaient référence à différents types d’autisme. Celles-ci comprenaient:

  • le syndrome d’Asperger qui a été décrit comme une forme plus légère d’autisme, marquée par un fonctionnement intellectuel normal mais des difficultés d’interaction sociale;
  • le trouble envahissant du développement, non spécifié autrement (PDD-NOS) qui était une forme modérée d’autisme plus prononcée que le syndrome d’Asperger;
  • le trouble autistique qui était une forme d’autisme plus sévère, marquée par des déficits plus graves que le syndrome d’Asperger et le TED-NOS.

Aujourd’hui, ces conditions sont simplement connues sous le nom de: Troubles du spectre autistique. Bien que les types ci-dessus ne soient plus des diagnostics officiels, certaines personnes les trouvent toujours utiles pour décrire la façon dont les symptômes sont ressentis, et leur gravité. Par exemple, les gens trouvent souvent que le syndrome d’Asperger est utile pour s’identifier ou pour se connecter avec des pairs ayant des expériences similaires.

Traitement

Bien que l’autisme soit une maladie qui dure toute la vie, il existe des traitements qui peuvent soulager de nombreux symptômes et améliorer la capacité des personnes à fonctionner dans différents domaines de la vie. Selon l’Institut national de la santé mentale, le traitement doit commencer le plus rapidement possible, après un diagnostic. Il n’y a pas de traitement unique qui soit le meilleur. Les personnes autistes présentent un large éventail de symptômes, ce qui signifie que les besoins de chaque personne sont différents. Certaines des options de traitement qui pourraient être utilisées comprennent les médicaments et la thérapie.

Médicaments

Bien qu’il n’existe aucun médicament approuvé pour le traitement de l’autisme, un médecin peut prescrire certains médicaments pour soulager certains symptômes. Les médicaments tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les antipsychotiques, les stimulants, les anxiolytiques et les anticonvulsivants peuvent soulager des symptômes tels que:

  • agression;
  • anxiété;
  • problèmes d’attention;
  • dépression;
  • hyperactivité;
  • discours inapproprié;
  • irritabilité;
  • retrait social.

Thérapie comportementale et développementale

Le traitement de l’autisme se concentre souvent sur des interventions comportementales, psychologiques ou de formation professionnelle. Une approche couramment utilisée est l’analyse comportementale appliquée (ABA), une forme de thérapie qui utilise des renforcements pour enseigner et renforcer les comportements et les compétences souhaitables. Les autres thérapies courantes, utilisées dans le traitement de l’autisme comprennent:

  • la thérapie cognitivo-comportementale (tcc);
  • la thérapie relationnelle des différences développementales et individuelles (également connue sous le nom de «floortime»);
  • l’intervention comportementale, intensive, précoce;
  • la thérapie de réponse pivot;
  • l’intervention en développement relationnel;
  • la thérapie comportementale verbale.

Ces traitements sont conçus pour aider les personnes atteintes de troubles du spectre autistique à:

  • favoriser les capacités cognitives;
  • améliorer les points forts existants;
  • augmenter les compétences linguistiques et de communication;
  • améliorer les compétences sociales;
  • acquérir des compétences adaptatives qui permettent une vie indépendante.

Les autres thérapies pouvant être utilisées comprennent les technologies d’assistance, l’orthophonie, l’ergothérapie et la formation aux compétences sociales. Le traitement intègre également souvent des aspects de la formation des soignants dans lesquels les parents et les autres soignants acquièrent des compétences qui les aideront à renforcer ce qui est travaillé dans le traitement.

Faire face

En plus de rechercher un traitement professionnel, il existe également un certain nombre de stratégies d’auto-assistance que vous pouvez utiliser pour vous aider à faire face à certains des symptômes de l’autisme. Voici certaines choses qui peuvent aider:

  • Accepter

Plutôt que de vous concentrer sur les différences, essayez de considérer ces caractéristiques uniques comme une simple partie de ce qui est quelqu’un. Pratiquez l’acceptation et l’amour inconditionnel, au lieu de vous concentrer sur le fait d’essayer de «réparer» les choses qui rendent quelqu’un différent des autres.

  • Créer un environnement relaxant et confortable

Faites attention aux choses qui peuvent être une source de stress, y compris les stimuli sensoriels tels que les bruits forts ou les lumières vives.

  • Suivre un horaire

Les personnes autistes réussissent mieux avec des routines et une structure. Gardez les choses cohérentes chaque jour, y compris les repas, l’école, les rendez-vous, la thérapie et l’heure du coucher. Lorsqu’il y aura des changements ou des perturbations, assurez-vous de donner à la personne suffisamment d’avertissement et de temps pour se préparer.

  • Rejoindre un groupe de soutien

Recherchez des groupes de soutien locaux dans votre région ou rejoignez un groupe en ligne. Vous pouvez partager votre expérience, obtenir de l’aide, vous renseigner sur les traitements et découvrir des ressources et des programmes liés aux troubles du spectre autistique.

  • Apprendre à identifier les déclencheurs

S’il y a certaines choses qui ont tendance à déclencher des comportements perturbateurs ou difficiles, vous pouvez trouver des moyens de prévenir ou de modifier ces situations difficiles.

  • Faire attention à la communication non verbale

Parce que les personnes autistes ont souvent du mal à communiquer et à adopter des comportements sociaux, elles peuvent ne pas être en mesure de vous dire ce qui ne va pas. Regardez des choses telles que les expressions faciales, le langage corporel et d’autres signaux non verbaux.

  • Utiliser le renforcement positif

Le but est d’offrir une récompense, lorsque vous «les attrapez en train d’être bons». Lorsque vous remarquez qu’ils utilisent une nouvelle compétence ou qu’ils font quelque chose de bien, félicitez-les pour cela. Les encouragements verbaux peuvent aller très loin, mais vous pouvez également utiliser d’autres récompenses souhaitées, telles que des autocollants ou des activités préférées pour renforcer les comportements appropriés.

Pour obtenir la meilleure évaluation et les meilleurs conseils possibles, assurez-vous de travailler avec des praticiens qualifiés et expérimentés qui comprennent la complexité du développement de l’enfant.

Dr. Isoux Jr Jérôme, Psy. D

Articles Similaires

Back to top button