acceuilActualitéDroit

Lettre ouverte aux autorités compétentes

Objet: Parquet de la juridiction du Tribunal civil de Petit-Goâve

À: Qui de droit

Messieurs et Dames, à nos risques et périls, nous, soussigné indigné, soumettons à votre attention le dossier de la notaire Myriam Fabien Séïde, référencé au numéro 1159/20. Nous estimons que ce dossier a été crossé, mal traité par Me Jean Emmanuel René, ex-commissaire a. i. au parquet de la juridiction du Tribunal civil de Petit-Goâve, de Grand-Goâve et de Léogâne.

La conviction de ce commissaire était faite bien avant qu’il n’ait invité et reçu la notaire. Cette prétendue affaire pénale, ourdie contre Madame Fabien Séïde, est en relation avec une affaire de revendication de propriété, opposant les héritiers Ludovic Rigaud, représentés par la dame Josiane Rigaud, et leur acquéreur, Jean Fritz René, aux sieurs Mydel Louis, Joreste Louis et consorts, ayant pour mandataire Jonès Bazou dit Lionel. De gros intérêts sont en jeu dans ce dossier et les intéressés, divers, de partout sont légion. La documentation ci-incluse vous en convaincra. Elle couvre uniquement l’affaire pénale et compte:

  1. des documents tirés de la Fiche d’informations judiciaires,
  2. des lettres ouvertes,
  3. un procès-verbal d’arpentage du terrain convoité.

Au mois de décembre 2021, s’immisçant dans le différend, le sieur Vickson Corrioland, assesseur nommé par l’Exécutif à la Mairie et unique édile en activité à Petit-Goâve, est intervenu directement sur la propriété, frappant un ouvrier qui y travaillait et faisant incarcérer M. Jean Fritz René, acquéreur des héritiers de feu Ludovic Rigaud. Il a été libéré le même jour. Au moment où nous écrivons ces lignes, un mandat d’amener, signé par l’ex-commissaire du gouvernement contre lui, est en circulation, entre le commissariat de police et le cabinet d’instruction. Cet ex-commissaire aurait déclaré en intimité qu’il n’avait d’autre choix que de porter des accusations contre monsieur René pour qu’il quitte la propriété car il pourrait, dans le cas contraire, y avoir risque de mort.

Voilà, Messieurs et Dames, où en est notre justice !

Que ce commissaire ait été relevé de cette noble fonction, est pour le plus grand bien du système; c’est élever notre chère Haïti en justice.

Le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales devrait emboîter le pas, en apportant le changement nécessaire à la tête de l’Administration Communale.

La Cité lui en serait reconnaissante.

Civilités!

Léonard Fabien

dit Dany Fabien

25 février 2022

Articles Similaires

Back to top button