acceuilActualitéCulture & SociétéEconomie & FinancesEducation & DéveloppementInsécurité & BanditismeJustice

Nouvelles en bref

Incendie à la Faculté d’Agronomie

Le décanat de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti (UEH) a dit que, dans la nuit du 20 au 21 juin 2020, aux environs de 1h00 du matin, un incendie d’origine inconnue a ravagé une partie des locaux de la Faculté. Selon Jocelyn Louissaint, Doyen de la FAMV, la partie ravagée par les flammes abritait les bureaux des professeurs et des directeurs de département, le service de photocopie, l’unité informatique, le service de transport, l’auditorium Frantz Pierre-Louis et l’Herbier National Erick Léonard Ekmann. Les sapeurs-pompiers de Tabarre ont lutté contre les flammes jusqu’à 9h00 du matin pour limiter la propagation et maîtriser le sinistre. Le décanat a poursuivi que les dégâts sont très importants, mais il est impossible, pour le moment, de fournir une évaluation exacte des pertes. Plus d’une trentaine de bureaux de professeurs et des directeurs de département, ordinateurs et autres équipements, classeurs contenant des dossiers administratifs et autres ont été totalement détruits. Les sapeurs-pompiers de Tabarre étaient à pied d’œuvre, jusqu’à 9h a. m, pour limiter les dégâts qui sont quand même énormes. «Nous ne sommes pas encore en mesure de fournir une évaluation exacte des pertes. La cause de l’incendie demeure, pour le moment, inconnue.» Le Doyen écarte la cause d’un court-circuit. La Faculté était privée d’électricité avant le sinistre.

 

Encore des fausses promesses

«J’ai visité les agents de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO) pour écouter leurs doléances, notamment en matériels roulants, en équipements de protection et la régularisation de la date de paiement des salaires. Je m’engage à me pencher sans délai sur ces problèmes, afin d’y apporter des réponses nécessaires. Je suis solidaire de la cause des policiers, et leurs problèmes sont les miens. Sur instruction du Président, le Gouvernement a ordonné un inventaire et un audit qui doit couvrir les 25 ans de la PNH. Nous sommes plus que déterminés à améliorer la situation de la PNH», a déclaré le Premier Ministre de facto, Joseph Jouthe.

 

Un ancien policier, arrêté

Le mercredi 17 juin 2020, des agents du Bureau des Affaires Criminelles (BAC) ont mené une opération à Pèlerin 4 et 5, qui a conduit à l’arrestation d’un ancien policier, Aristil Makerly, bien connu de la justice pour avoir déjà été arrêté en 2014, par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), pour complicité d’évasion et recel de véhicule. Lors des perquisitions effectuées dans le cadre de cette opération, les agents du BAC ont saisi, entre autres : 10 chemises et uniformes de la PNH ; 1 veste uniforme tactique ; 1 fusil T-65, calibre 5.56mm ; 2 fusils de calibre 12 ; 1 pistolet Taurus, muni d’un chargeur garni de 15 balles; 4 chargeurs T-65, garnis au total de 171 balles de calibre 5.56mm ; 11 cartouches de calibre 12 ; 205 balles de calibre 7,62; 1 chargeur pour fusil M-14 et divers matériels dont, notamment: 1 gilet pare-balle, 1 casque balistique, 13 paires de menottes, 2 radios de communication, 1 gyrophare… ainsi que 2 570 dollars américains et 21 250 gourdes.

 

120 gourdes pour 1 dollar

Alors que le taux de change à la Banque Centrale (BRH) est à 111 gourdes pour l’achat d’un dollar américain, certains magasins n’hésitent pas à afficher 120 gourdes pour 1 dollar US, pour l’achat en gourde de produits libellés en dollar US. Pour les taux du dollar vendu en banque ou chez les changeurs, cela dépend du montant impliqué dans la transaction et du client.

 

La BRH met de la pression

Les autorités monétaires haïtiennes ont lancé une offensive contre les maisons de transfert, dans le cadre des efforts pour stabiliser le taux de change de la gourde par rapport au dollar. Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Jean Baden Dubois, se réjouit de la publication, hier, d’un décret modifiant le décret de 1989 sur le fonctionnement des maisons de transfert. Ce décret accorde des pouvoirs importants à la BRH pour s’assurer du bon fonctionnement des maisons de transfert. Une enquête, réalisée par les autorités monétaires, a permis de mettre en lumière des profits énormes réalisés au détriment des consommateurs. Le gouverneur de la Banque Centrale annonce la publication prochaine d’une circulaire fixant les modalités des transactions. Le gouvernement et les autorités monétaires entendent limiter la dégringolade de la gourde. En 2019, les Haïtiens de la diaspora avaient transféré plus de 3 milliards de dollars en Haïti. Toutefois, les acteurs économiques se plaignaient d’une certaine rareté de dollars. Les nouvelles dispositions visent à contrôler la quantité de dollars dans le secteur informel.

 

Rareté de Carburant

Le directeur du Bureau de Monétisation de l’aide Publique au Développement (BMPAD), M. Paul Ignace Saint-Fleur, a mis en cause des compagnies pétrolières haïtiennes qui auraient provoqué une pénurie artificielle de carburant. Il révèle que le tanker, transportant 250 000 barils d’hydrocarbures, n’a pu livrer sa marchandise mardi 16 juin 2020, en raison de problème de stockage. Selon M. Saint-Fleur les compagnies ne peuvent recevoir le volume de carburant réclamé, le tanker devra passer environ 8 jours en rade, afin de livrer le carburant. Des pénalités de 20 000 dollars américains seront infligés à l’État, en raison de cette situation. Le directeur du BMPAD a critiqué le comportement de ces compagnies qui contribuent à accentuer la souffrance de la population, déjà confrontée à la pandémie de coronavirus. Certains syndicalistes du transport en commun avaient également dénoncé des manœuvres de certaines compagnies pétrolières pour provoquer une pénurie de carburant. Au cours des derniers mois, le gouvernement a repris le contrôle du secteur, en plaçant les commandes pour le compte des compagnies ayant remporté les appels d’offre.

 

Shada, démoli

Les autorités municipales du Cap-Haïtien remercient la communauté capoise, les Directions départementales du Ministère des Travaux Publics et de la Police Nationale d’Haïti pour leur implication pleine et entière dans la réussite de la première journée de l’opération «Libere Shada». Les Autorités municipales en profitent pour présenter leurs sympathies aux frères d’armes et à la famille du policier Joseph Larousse, de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre, tué à Shada par des bandits armés, lors d’une opération policière, le mercredi 11 juin 2020. La Mairie du Cap-Haïtien a rappelé également que les opérations de démolition des maisons occupant le littoral, notamment de Pont-Neuf à la rue 5 Boulevard, a démarré le samedi 20 juin 2020. Les propriétaires des maisons se trouvant dans cette zone qui sont en règle avec le fisc, doivent passer à l’Administration municipale, comme prévu, pour les suites utiles.

 

La grève des magistrats, vers une issue

À l’initiative du ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Lucmane Delille, une rencontre s’est tenue entre des responsables d’Associations de magistrats et le ministre des Finances, à la salle de conférence du ministère de l’Économie et des Finances, en vue de trouver une issue à la crise. Quatre représentants d’associations grévistes ont pris part à cette rencontre. Il s’agit de Me Wando Saint-Vilier pour l’association professionnelle des magistrats, Jean Wilner Morin pour l’ANAMAH (l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens), Ikenson Edumé pour le RENAMAH (Réseau national des magistrats haïtiens), et Michel Alexis pour l’association des juges de paix haïtiens. Le Conseil Supérieur du pouvoir Judiciaire (CSPJ) n’avait pas été touché par l’invitation du ministère de la Justice et les associations de magistrats n’avaient aucun mandat pour engager le ministère de la justice. Les ministres ont convenu que la rencontre ne pouvait plus avoir lieu. Elle a été reportée à une date ultérieure, avec, cette fois-ci, la participation du CSPJ, a poursuivi le magistrat Wando Saint-Vilier.

 

Le journaliste Emmanuel Jean François somme Salomon Sedmé

Le journaliste, co-présentateur de l’émission «Matin Caraïbes» sur Radio Caraïbes, Emmanuel Jean François, a sommé Salomon Sedmé, journaliste et présentateur de l’émission «Son lari a» sur la Radio Mega, pour des accusations, dit-il, portées contre lui. Par cette sommation, le journaliste Salomon Sedmé doit s’expliquer sur les propos tenus à l’encontre d’Emmanuel Jean François, dans le cadre de son émission dénommée «Son lari a». En effet, le 16 juin en cours, le journaliste avait laissé entendre que l’actuel directeur du SNGRS, Eudes Lajoie, lui a avait confié qu’Emmanuel Jean François lui avait demandé un montant de trois millions de gourdes pour faire poser des céramiques dans sa maison en construction. Le journaliste Salomon Sedmé a dit qu’il n’a aucune intention de ternir l’image de son confrère Emmanuel Jean-François qui l’a sommé pour s’expliquer sur ses déclarations selon lesquelles il aurait demandé à un haut fonctionnaire la somme de trois millions de gourdes.

 

Les 165 millions d’euros promis au gouvernement haïtien par l’UE, seraient conditionnés

Dans une note de presse datant du 4 juin 2020, la délégation de l’Union Européenne en Haïti a exprimé sa pleine solidarité à la population haïtienne, en cette période de COVID-19. La délégation a exhorté tous les secteurs de la vie nationale à entamer un dialogue inclusif, afin d’aboutir à des élections libres, honnêtes et démocratiques, dans l’intérêt du peuple haïtien. C’est la seule condition pour qu’elle puisse octroyer la somme de 164 millions d’euros, promise au gouvernement haïtien pour faire face aux exigences de l’heure. La Délégation de l’Union Européenne se dit aussi préoccupée en raison de la détérioration de la situation humanitaire, sociale et économique du pays, suite à la montée vertigineuse de la pandémie du coronavirus. La délégation de l’Union Européenne exprime également ses profondes préoccupations face à la recrudescence de l’insécurité en Haïti qui pourrait, selon elle, éclabousser tout effort allant dans le sens de l’organisation des élections permettant de rester dans le cadre constitutionnel.

 

Le premier ministre visite des prisons civiles

Le premier ministre haïtien, Joseph Jouthe, a effectué, le jeudi 18 juin 2020, une visite dans les prisons civiles de la région métropolitaine et à Cabaret, en vue de s’enquérir de la situation du personnel pénitentiaire et des détenus qui font face à la sous-alimentation et à de mauvaises conditions de santé. Le chef du gouvernement a effectué cette visite dans le souci d’améliorer les conditions de détention dans les principales prisons civiles du pays. Lors de ce déplacement qui l’a conduit au Pénitencier national, au Centre de rééducation des mineurs en conflit avec la loi (Cer-micol) de Delmas 33 et à la Prison civile des femmes de Cabaret, le chef du gouvernement, également président du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN), était accompagné notamment des ministres des Affaires sociales et du Travail, Nicole Yolette Altidor, celle à la Condition féminine et aux Droits des femmes, Ghislaine Mompremier et du directeur de la Direction de l’administration pénitentiaire, l’Inspecteur en chef, Charles Nazaire Noël.

 

L’UEH lance son cours Université Société et Citoyenneté (USC)

Le mercredi 17 juin 2020, le bureau du vice-recteur aux affaires académiques (VRAA) de l’UEH, dirigé par le professeur Hérold Toussaint, a ouvert le cours Université, Société et Citoyenneté (USC), un cours transversal, mis en ligne à l’intention de cinq mille nouveaux admis dans toutes les entités de l’UEH (Port-au-Prince et provinces), pour l’année académique 2019-2020. Avec une connexion Internet, un dispositif numérique (téléphone intelligent, tablette, laptop ou desktop), l’étudiant peut suivre ce cours de deux crédits entre le 17 juin et le 31 juillet 2020. Pour cela, il lui suffit d’utiliser son e-mail d’étudiant de l’UEH et un mot de passe envoyés par sms. Le cours USC vise à faciliter l’intégration et la socialisation des nouveaux étudiants et des nouvelles étudiantes de l’Université d’État d’Haïti, aux valeurs universitaires. Il est dispensé, dès la première année, dans toutes les entités, par une équipe de professeurs facilitateurs.

 

Fanm Yo La salue le départ de la juge Mimose Alexandre Janvier

Dans une note en date du 15 juin 2020, l’organisation féminine Fanm Yo La a présenté ses condoléances à la famille du magistrat Mimose Alexandre Janvier, décédée le 3 juin dernier, des suites d’une maladie. Le Collectif a salué la mémoire de cette grande dame ayant œuvré avec humilité et professionnalisme dans la lutte contre la corruption et le crime financier, que ce soit en tant que juge à la cour d’appel ou comme présidente du Chapitre haïtien de l’association internationale des femmes juges.

 

Récupération de deux des sapeurs-pompiers, gravement brûlés

Trois sapeurs-pompiers ont connu l’infortune, en essayant d’éteindre un camion-citerne, ayant explosé sur la route nationale numéro 3, dans la commune de Croix-des-Bouquets, le 30 avril 2020. Parmi ces trois sapeurs-pompiers gravement brûlés, le père de famille, Sergo Joseph, avait rendu l’âme le 10 mai 2020. Les deux autres: Boaz Hismervil et Ronald Jacques, se croyaient voués au même sort. Transportés tout de suite après l’incident, d’un centre hospitalier de Médecins sans frontières (MSF) au très réputé hôpital Bernard Mevs, ces combattants ont bénéficié des meilleurs soins qui existent au pays. Malgré la perplexité des médecins soignants qui s’occupaient de ces cas, aujourd’hui deux d’entre eux ont récupéré, grâce au dévouement du staff médical de cet hôpital. Le Dr Adler Emmanuel Francius, médecin-chirurgien, directeur du centre de traitement des plaies compliquées, à l’hôpital Bernard Mevs, s’est consacré, dès le premier jour, à la prise en charge de ces patients. Le médecin revenait sur la trame de ce qu’il considère comme un «challenge» inoubliable dans sa carrière de médecin. «On était dubitatif à recevoir ces patients, mais les parents ont insisté pour qu’ils viennent à l’hôpital Bernard Mevs. Dans notre tradition, on ne refuse pas les défis dans cet hôpital; on a donc décidé de les prendre en charge», a dit le Dr Adler Emmanuel Francius, professeur de chirurgie à la Faculté de médecine de l’UEH. Même s’ils sont très courageux, au bout d’un moment, cela devient insupportable. «Dans mon rapport, soulignait, pour sa part, le Dr Francius, j’ajoute qu’il faut une prise en charge psychologique pour ces 2 sapeurs-pompiers qui ont rejoint leurs familles, après environ 33 jours passés à l’hôpital Bernard Mevs.»

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button