acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & FinancesInsécurité & BanditismeJusticeNewsreelNouvèl kout an kreyòlPerspective & Politiquesciences et santé

Nouvelles en bref

Spirit Airlines reprend ses vols internationaux, en juillet

La compagnie aérienne Spirit Airlines a fait part, le mercredi 3 juin, qu’elle prévoyait plus que tripler son service actuel depuis le Sud de la Floride, d’ici juillet. «Le retour de bon nombre des vols pré-pandémiques de la compagnie aérienne à bas prix, vers sa base d’attache à l’aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood, est survenu plus tôt que prévu, alors que la demande a décollé» a déclaré John Kirby, Vice-président de la planification du réseau de Spirit. Rappelons que Spirit Airlines avait réduit ses opérations à moins de 10% de sa capacité en mai et sera de retour en juillet, avec environ 70% de sa capacité par rapport à la même période de l’année dernière.

 

Des Haïtiens en prison aux Bahamas veulent être rapatriés

Des troubles ont éclaté dans le centre de détention «Bahamas Carmichael Road» parce que des Haïtiens, détenus en raison de leur situation migratoire irrégulière, exigeaient d’être rapatriés en Haïti, a indiqué le département de l’Immigration qui a rappelé que le rapatriement avait été reporté en mars dernier, en raison de la pandémie de COVID-19. Dans un communiqué, la Force de défense royale des Bahamas (RBDF) a rapporté que plusieurs Haïtiens avaient entamé une grève de la faim, mardi 2 juin, vers 8 heures du matin et manifesté un comportement agressif, exigeant le retour dans leur pays. Le Ministère de l’Immigration a déclaré que les Haïtiens avaient refusé de manger «jusqu’à ce qu’on leur donne une date pour leur vol de départ vers Port-au-Prince», précisant que tous les Haïtiens n’étaient pas d’accord pour la grève de la faim. Certains des détenus se sont échappés des dortoirs, détruisant plusieurs clôtures et infrastructures mineures, a indiqué la RBDF dont les marines ont rapidement repris le contrôle de la situation. 8 Haïtiens devraient être inculpés de destruction de biens publics et placés dans le centre correctionnel, a précisé la RBDF.

 

Le remplaçant d’Yves Jean-Bart (Dadou), prêt à collaborer avec la FIFA

Le président provisoire de la Fédération haïtienne de football (FHF), Joseph Variéno Saint-Fleur, s’est dit prêt à collaborer avec la Fédération internationale de football association (FIFA), dans l’enquête visant le docteur Yves (Dadou) Jean-Bart, accusé d’abus sexuels sur de jeunes footballeuses. Il était difficile pour le président de la FHF d’alors, Yves Jean-Bart, de démissionner, vu qu’il existe des documents légaux, traçant les voies à suivre dans chaque circonstance, a expliqué Saint-Fleur. Yves Jean-Bart, président de la FHF, a été interdit provisoirement de «toutes activités liées au football», en attendant les résultats des enquêtes en cours, sur les accusations d’abus sexuels sur des footballeuses mineures. Il s’agit d’une sanction, pour une période de 90 jours, qui est entrée immédiatement en vigueur, le lundi 25 mai 2020.

 

Un jeune nouveau directeur à la tête de la C.A.S

Frantz Iderice est le nouveau directeur de la CAS, une direction technique du Ministère des Affaires Sociales et du Travail. Monsieur Iderice a fait ses études à la Faculté de Droit et de Sciences économiques de Port-au-Prince et à l’Institut National de Gestion et des Hautes Études Internationales, respectivement en Sciences comptables et en Sciences économiques. Accueilli par les employés et des organisations de jeunes universitaires, le Directeur Iderice promet de servir le pays avec honneur et dignité, d’être à l’écoute des jeunes et des démunis, lors de son installation ce 5 juin 2020, par le Directeur des Ressources humaines du Ministère des Affaires sociales et du Travail.

 

Un milliard de gourdes pour les enseignants

Le gouvernement de la République d’Haïti a transféré un milliard de gourdes sur le compte du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, afin d’accompagner les professeurs et le personnel des écoles privées, des universités privées et des écoles professionnelles. C’est le président du syndicat du personnel du ministère, Garry Lapierre, qui a confirmé la nouvelle à la presse, le jeudi 4 juin. Le ministère de l’Économie et des Finances a transféré, en deux versements, un montant d’un milliard de gourdes sur le compte du Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Selon ses déclarations, un premier versement de 500 millions de gourdes a été déposé sur le compte du ministère. Sous instructions du président Jovenel Moïse, un deuxième montant de 500 millions de gourdes a été transféré sur le compte du MENFP, par le ministère de l’Économie et des Finances. Garry Lapierre a souligné des difficultés techniques, empêchant certains établissements scolaires de se mettre à jour, au ministère de l’Économie et des Finances, afin d’obtenir leur subvention.

 

Une nouvelle secousse sismique ressentie à Cap-Haïtien

Une nouvelle secousse sismique de magnitude 3 sur l’échelle de Richter a été ressentie, le vendredi 5 juin 2020, aux environs de minuit et cinq minutes (12 :05 AM), dans la ville du Cap-Haïtien. C’est ce qu’a confirmé le Directeur du Bureau des Mines et de l’Énergie, l’ingénieur Claude Prépetit. Il s’agit d’une 4ème réplique enregistrée sur les côtes Nord d’Haïti au cours de la période allant de mai à juin 2020. Cette nouvelle secousse a été ressentie aux environs de 12h05 du matin. Il s’agit d’une réplique semblable à celle qui a été enregistrée dans la matinée du 31 mai 2020, a précisé Claude Prépetit. Selon le directeur du Bureau des Mines et de l’Énergie, l’épicentre de ce séisme est localisé en mer et se place entre la ville du Cap-Haïtien et celle de Port-de-Paix. Il présente à peu près les mêmes caractéristiques.

 

Réduction du personnel de l’administration publique à 20 %

Dans une circulaire publiée le 1er juin, le premier ministre Joseph Jouthe a fait savoir à tous les ministres, secrétaires d’État et directeurs généraux, qu’en référence à la circulaire No 001 du 25 mars 2020, relative à l’exécution de l’arrêté du 19 mars 2020, déclarant l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire national pour une période d’un (1) mois et au décret du 20 mai 2020 fixant les Règles générales de protection de la population, en cas de Pandémie/Épidémie, renouvelant, une seconde fois, l’état d’urgence sanitaire pour une période de deux (2) mois, les dispositions suivantes sont adoptées :

«1. Les responsables des institutions publiques prennent immédiatement les mesures nécessaires à l’effet d’accueillir au bureau, sur une base de rotation, un personnel restreint, ne dépassant pas 20 % de l’effectif indispensable au fonctionnement des services essentiels;

  1. Tout service qui n’affecte pas le fonctionnement régulier d’une institution est maintenu fermé.»
  2. Ensuite, le chef de la Primature indique que «le personnel suivant est dispensé de se présenter au bureau : les femmes enceintes ; les agents publics âgés de plus de soixante (60) ans ; les agents publics souffrant de pathologies telles que le diabète, l’hypertension artérielle, l’asthme et tous les agents publics ayant des antécédents médicaux pouvant aggraver leur état de santé en cas d’infection à la COVID-19 ; les agents publics présentant des symptômes pouvant être assimilés à la COVID-19, jusqu’à l’établissement d’un test négatif.»

 

Réhabilitation des tronçons de route de la Cité administrative

«Les autorités ont jugé nécessaire que les dimensions des tronçons de route de la Cité administrative correspondent à celle des bâtiments publics reconstruits», a fait savoir M. Frantznet Joacéus, le numéro 2 du SEEUR a donné la garantie que les travaux, d’ici 4 mois, seront achevés. «Les travaux de reconstruction, démarrés à la rue de la Réunion en avril, aboutiront à la rue des Casernes suivant le tracé d’un quadrilatère traversant les rues St-Honoré et Capois ainsi que l’Avenue de la République», a précisé M. Joacéus. Plusieurs équipes utilisant les matériels du MTPTC tels que pelles excavatrices, BobCat, back-ho-loader, camions, accélèrent les travaux sur le chantier grâce aux fonds du Trésor public, a énuméré le directeur du Service d’entretien des équipements urbains (SEEUR). Face au risque de propagation du coronavirus sur le chantier, le directeur ne lésine pas. «Des séances de sensibilisation ont été réalisées à l’intention de nos ouvriers, contraints de porter un masque sur le chantier pour avoir accès à leur journée de travail. La coopération des résidents, des commerçants et des passants a été obtenue, tout naturellement», a fait savoir M. Joacéus.

 

Le Corps des ingénieurs civils et architectes demande à l’Exécutif de respecter ses engagements

Plusieurs dizaines de jeunes, membres du Corps des ingénieurs civils et architectes (CICA), ont réalisé un sit-in devant les locaux de l’OMRH, ce mardi. Les protestataires ont exigé du pouvoir exécutif, notamment du Premier ministre Joseph Jouthe, d’honorer les engagements pris par l’État haïtien, les concernant. Parmi les engagements figurent leur nomination et leur intégration dans les collectivités territoriales. «Le CICA est créé par arrêté ministériel en date du 17 juillet 2019. Nous avons franchi toutes les étapes, notamment le concours d’admission, notre présentation à la nation au Palais national, la formation, l’évaluation et le choix de poste. L’Office de Management et de Ressources humaines (OMRH) nous avait exigé de renoncer à toute activité professionnelle, afin de pouvoir servir l’État. Nous avons donc démissionné de nos postes. Depuis deux ans, nous sommes encore au chômage. Notre patience a des limites. Nous exigeons nos lettres de nomination», a déclaré Wikenson Jean-François, l’un des membres du CICA. M. Jean-François a dit que le CICA était créé pour donner un appui au développement des collectivités territoriales. Selon lui, il ne manque que les lettres de nomination pour achever le processus. «Tous les ingénieurs et architectes ont déjà choisi leur poste. On nous invite toujours à être patients. Récemment, le Premier ministre Joseph Jouthe nous avait promis de résoudre cette situation dans pas moins de 3 semaines. Mais rien n’est fait jusqu’à présent. Puisque nous avons, vainement, effectué toutes les démarches administratives, nous n’avons d’autre choix que de fouler le macadam», a-t-il soutenu, ajoutant que lui et ses camarades vont rester devant les locaux de l’OMRH, tant que cette situation n’est pas résolue.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button