acceuilActualitéEconomie & FinancesEducation & DéveloppementEn brefInsécurité & BanditismeJustice

Maxine Waters et sa délégation contre les massacres

Le mercredi 24 avril 2019, la congresswoman Maxine Waters a affirmé que les massacres sont intolérables et inconcevables, et doivent cesser. C’est ce qu’elle a martelé au salon diplomatique de l’aéroport international Toussaint Louverture, avant de repartir pour les États-Unis. «Nous étions choqués d’écouter les victimes et les membres de leurs familles raconter les tueries et l’incendie ayant détruit leurs maisons», a-t-elle confié. L’élue démocrate, farouche adversaire du président Donald Trump, s’est surtout engagée à battre la grosse caisse, à attirer les projecteurs sur le massacre de La Saline et d’autres tueries extrajudiciaires ayant porté 104 congressmen, il y a quelques semaines, à appeler à la tenue d’investigations indépendantes sur ces évènements. Cinq mois après les exécutions de nombreuses personnes à La saline, la violence bat toujours son plein dans le bidonville du nord de Port-au-Prince, où les habitants dénoncent des bandits qui ont incendié leurs maisons le 14 avril 2019. La congresswoman, invitée en Haïti par son ami, l’ex-président Jean-Bertrand Aristide, a indiqué que l’attention de l’administration Trump, celle du caucus d’élus afro-américains, latinos, asiatiques, de la commission des Affaires étrangères du Congrès ont été attirées. Pour Maxine Waters, c’est à l’Exécutif haïtien de prendre des engagements afin de savoir comment et pourquoi ces massacres ont été perpétrés. L’élue démocrate, responsable de la commission Finances au Congrès, a souligné que l’aide américaine à Haïti peut constituer un levier susceptible d’être utilisé pour encourager les autorités haïtiennes à faire le nécessaire. Membre de la délégation, Margareth Prescod, émue, a indiqué avoir eu le « cœur brisé », en écoutant le récit de ces mères, victimes de tuerie. «En tant que mère, je peux sentir quand des mères souffrent», a-t-elle poursuivi. «Ceux qui ont fait ça doivent payer», a appelé Margareth Prescod. Brian Concannon, vieux routier d’Haïti, l’un des responsables de l’IJD’H qui a accompagné la délégation de Maxine Waters, a lui aussi appelé à ce que justice soit rendue aux victimes. «Les victimes demandent justice. Il faut que la justice fasse son travail », a soutenu Brian Concannon. Walter Riley abonde dans le même sens, les « victimes de violence politique» de La Saline doivent avoir justice. Les responsables de ces actes doivent payer pour leurs actes, a-t-il insisté. Pierre Espérance, le coordonnateur du RNDDH, de son côté, a salué la solidarité de la congresswoman Maxine Waters. «Cette solidarité est une bonne chose alors que des gens continuent d’être tués comme des bêtes à La Saline et dans des quartiers limitrophes», a indiqué Pierre Espérance, qui a toujours appelé à ce que justice soit rendue aux victimes « du massacre d’État » perpétré à La Saline. Tous les supports sont les bienvenus, a-t-il dit. Le massacre a commencé le 1er novembre 2018. Les pouvoirs publics n’ont fait aucune intervention à La Saline, a déploré Pierre Espérance, estimant que ce qui se passe dans des quartiers comme Tokyo où des bandits ont tué des gens et brûlé des maisons, s’inscrit dans une continuité. À l’occasion de ces activités organisées tous les jeudis à l’Université de la fondation Aristide (UNIFA), ces responsables ont accueilli, le mercredi 24 avril 2019, la délégation venue des États-Unis, composée de Maxine Waters, représentante du Congrès américain, du célèbre acteur Danny Glover et du professeur de renom, Walter Riley.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com