acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondePerspective & Politique

La commission de 10 Bizangos d’Ariel Henry…

Babylone prend un coup dans l’aile, face au fennec rusé. Il est bon quelquefois de dire les choses telles qu’elles sont. Ce pays est dirigé par des pouffiasses et des branleuses à la sauce Greta.

Je n’aime pas Ariel Henry mais je dois avouer qu’il est rusé comme un renard. Aucun de ces pseudos politiciens haïtiens n’arrive à sa cheville. Eux sont des poules dans un poulailler ou, aux pire, des dindons. Il a mis en place les conditions du jeu qui dit: «pile tu perds, face je gagne». Je reste étonné de la candeur stupide de nos dirigeants politiques.

On vit vraiment une époque formidable… L’histoire s’affiche comme une pièce de théâtre, en temps réel, avec en prime, des rebondissements et des coups de théâtre. Applaudissons !

Brian Nichols, le Secrétaire d’État adjoint pour les Affaires de l’hémisphère occidentale du Département d’État, interrogé sur le soutien américain au Premier Ministre Ariel Henry, a répondu: «nous pensons que le rôle du Gouvernement actuel est de préparer le plus rapidement possible les conditions pour les élections, d’améliorer la sécurité. Son rôle n’est pas de se perpétuer au pouvoir, mais de permettre au peuple haïtien de s’exprimer dans les urnes. Et dans mes conversations avec le Premier Ministre Henry, il a dit que c’est comme ça qu’il voit son rôle.» À preuve, ce dernier a mis sur pied une Commission pour arriver à cette fin.

Cependant, dans un tweet sur son compte officiel, l’ancien sénateur Nenel Cassy affirme que la structure dont il est membre (le SDP) et au sein duquel siège Me André Michel, ne fait pas partie d’une telle commission. Toutefois, ce dernier, tout comme sa collègue Marjory Michel, serait l’un des représentants désignés par Ariel Henry pour rencontrer les membres du bureau de suivi de l’accord de Montana (BSA).

Pour l’instant, seul l’ancien sénateur, comme membre du SDP, prend à contre-pied la démarche du Premier ministre. Les autres membres de cette organisation politique ont réagi comme pour dire: «adelante», à Ariel. Pour Nenel Cassy, «le SDP négocie directement et en son nom avec tous les acteurs, pour une sortie de crise». Peu après le tweet du Sénateur Nenel Cassy déclarant que le SDP ne fait partie d’aucune commission de négociation, ses camarades André Michel et Marjorie Michel font circuler une note considérant comme un pas dans la bonne direction la démarche du Chef du Gouvernement, le Dr Ariel Henry, de procéder à la mise en place d’une commission de négociations pour conduire les discussions avec les différents secteurs de la vie Nationale. «Les intérêts du pays commandent le dialogue à tous les protagonistes de la Crise, pour le sortir de la situation calamiteuse dans laquelle les dix ans du Régime PHTK l’ont plongé. C’est pourquoi, le 19 juin dernier, dans un communiqué, le SDP avait très clairement demandé au Premier (Ministre) Ariel Henry de prendre l’initiative d’un dialogue multilatéral, en vue d’engager le débat nécessaire sur la Sécurité des Citoyennes et Citoyens, la Stabilité Politique, la Justice et la Gouvernance du Pays. Ainsi donc, nous considérons comme un pas dans la bonne direction, la démarche du Chef du Gouvernement, le Dr Ariel Henry, de procéder à la mise en place d’une commission de négociations pour conduire les discussions avec les différents secteurs de la vie Nationale, dans l’objectif de parvenir à un plus large Compromis Politique», a dit la note.

À rappeler que, le premier ministre de facto, Ariel Henry, dans une lettre responsive aux tenants du Groupe Montana / PEN et alliés, avait fait savoir qu’il avait désigné, pour les discussions avec le groupe de Montana et les autres secteurs qui souhaitent apporter leur contribution dans la recherche d’une solution durable, environ une dizaine de représentants des signataires de l’Accord du 11 septembre 2021. Il s’agit de : Edmonde Supplice Beauzile, André Michel, Marjory Michel, Émile Hérard, Charles Génard Joseph, Domingue Orgella, Louis Gerald Gilles, Alix Richard et Josué Pierre-Louis.

Selon le PM Henry, la façon la plus pragmatique pour arriver à une entente est d’entamer, sans condition, des discussions sérieuses et approfondies sur les questions essentielles sur lesquelles il existe déjà des convergences de vue. Il n’est pas nécessaire, dit-il, d’être en accord à 100 % sur toutes les questions et sur tous les détails, pour décider d’avancer ensemble. «La complexité de la situation de notre pays et les urgences auxquelles nous sommes confrontés, nous commandent de faire preuve d’abnégation et de mettre nos égos de côté», a indiqué Ariel Henry.

Dans sa correspondance, le premier ministre demande au Groupe Montana / PEN et alliés s’ils sont prêts à adhérer à la démarche, ceux de l’Accord du 11 septembre pourront fixer rapidement une date pour une première rencontre. «Je compte sur vous et sur les compatriotes de votre groupe pour qu’ensemble nous définissions les modalités d’organisation de ce dialogue», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, trois mois après le départ d’Haïti de Kenneth H. Merten, les autorités américaines ont enfin désigné son remplaçant. Il s’agit de l’Ambassadeur Eric W. Stromayer qui a pris ses fonctions le 1er juillet 2022, en tant que Chef de Mission adjoint à l’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince, où il assume le rôle de Chargé d’Affaires, a. i.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button