acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

Haïti, le quotidien de l’insécurité

Le dimanche 3 juillet, la Police de la Croix-des-Bouquets a déjoué une tentative d’enlèvement à proximité du Lycée Jacques 1er et a libéré l’otage qui était à bord de son véhicule privé. Au cours des échanges de tirs avec les agents de l’ordre, les ravisseurs se sont enfuis en laissant la victime saine et sauve.

Le vendredi 1er juillet, une opération menée par la Police Nationale d’Haïti (PNH), avec l’appui des Agents douaniers, au wharf de Port-de-Paix, suivie d’une perquisition au domicile du nommé Edy Lafrance, ainsi connu, a permis la saisie de 120 000 munitions réparties dans 157 caisses (114 000 balles de calibre 5.56, pour fusil d’assaut de type AR15, M16, 2 000 balles de calibre 9mm, 4 000 projectiles de calibre 7.62, à grande capacité de pénétration, pour fusils d’assaut de type AK-47, AKM-59.

Au cours de cette même opération, 2 pistolets de calibre 9mm, un revolver de calibre 38, 30 chargeurs et 20 étuis de fusil Ak-47, 3 890 dollars américains et 814 343 gourdes ont également été saisis.

Selon les premières informations, ces munitions, armes et accessoires ont été importés des États-Unis et transportés à Port-de-Paix, à bord d’un bateau cargo de la « Cargo Shipping Lines », dénommé « Lilie », en provenance de Floride.

Au terme d’une perquisition au domicile de Edy Lafrance, Fritz Jean Relus, qui avait réceptionné une partie de cette cargaison dissimulée dans « 7 barils », a été arrêté sur ordre de Me Michelet Virgile, Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-de-Paix, sous le chef d’accusation de complicité de trafic illicite d’armes à feu.

La police a émis trois avis de recherche de plusieurs Haïtiens : Marie Guirléne Estimable (exportatrice), Wilfrid Estimable (importateur) et Edy Lafrance pour l’entreposage et la distribution illégale d’armes et de munitions. Par ailleurs, selon la Direction Départementale du Nord-Ouest de la PNH, des mesures judiciaires vont être prises contre la compagnie « Cargo Shipping Lines » qui a transporté ces armes et ces munitions illégalement.

En outre, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a fait part, dans une note, que le détachement Nord du BLTS/DCPJ a interpellé à « La Fossette », localité située au Cap-Haïtien, le nommé Edusson Étienne, le dimanche 3 juillet 2022.  Cette opération s’est également soldée par la saisie de 12,4 kg de paille sèche qui s’apparente à de la marijuana, testée préliminairement positive ainsi que la somme de 84 700 gourdes. Ces preuves ont été récupérées au domicile du suspect, selon la police.

Une fois interpellé, Edusson Étienne a été conduit à la base du détachement du BLTS pour les suites de la procédure. Le suspect, âgé de 35 ans, a déjà été épinglé dans un dossier traité par ledit Bureau, selon les précisions de l’institution policière.

Pour effectuer le constat légal, dans le cadre de cette opération, la police indique avoir requis la présence d’un juge suppléant, au Tribunal de paix de la section Sud du Cap-Haïtien.

De plus, le vendredi 1er juillet, lors du transport d’un conteneur de marchandises, 4 employés de l’entreprise MSC Group ont été tués sur la nationale #3 par des individus armés qui interceptaient et dépouillaient tous les véhicules. Dans une note, MSC Group déplore la mort tragique et inacceptable de quatre de ses employés. « Des pères de famille et des valeureux travailleurs ont perdu leur vie brutalement et de façon inhumaine, alors qu’ils ne s’adonnaient qu’à une activité légale pour gagner leur pain quotidien.» La Direction de MSC Group appelle les autorités à résoudre le problème de l’insécurité routière dans le pays « pour le retour de la sécurité, de la quiétude et de la tranquillité sur toute l’étendue du territoire. » La Direction de MSC Group et ses employés, s’inclinent devant les dépouilles des victimes et présentent leurs plus sincères condoléances aux familles éprouvées par ce drame. « Que nos frères, collègues et concitoyens reposent en Paix ! »

Le MSC Group conclut sa note en soulignant: « la persistance de ce cauchemar, en plus d’être insupportable, porte atteinte aux droits de tous de circuler librement dans nos communautés, conformément à la loi et aux conventions relatives aux droits humains dont la République d’Haïti est partie.»

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button