acceuilActualitéEconomie & FinancesJustice

Joseph Lambert prend ses distances avec Ariel Henry

Le président du Sénat, l’élu du Sud’Est, Joseph Lambert, a donné une conférence de presse, le mercredi 1er septembre 2021, à l’hôtel Royal Oasis de Pétion-Ville.

Le sénateur s’est exprimé sur la situation politique, dominée par l’absence d’un accord politique entre les protagonistes de la crise post-assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, en sa résidence à Pèlerin 5, dans la commune de Pétion-Ville.

Joseph Lambert se positionne en faveur d’un exécutif à deux têtes qui, selon lui, reflète la Constitution du 27 mars 1987 amendée. Il indique que le premier ministre de facto, Ariel Henry, a perdu le Nord, lorsqu’il s’entête dans une logique de gouvernance monocéphale. L’animal politique dit prendre ses distances avec quiconque qui aurait l’intention de violer la Constitution.

Le président du Grand Corps dit rester attaché au Protocole d’Entente Nationale (PEN), paraphé par différents acteurs politiques qui ont fait choix de lui pour conduire la transition politique.

Joseph Lambert se proclame comme l’un des politiciens ayant l’expérience et les compétences nécessaires pour mener la barque de la nation. Il lance un appel aux membres de la société civile qui prônent un exécutif bicéphale de rejoindre sa cause pour délivrer le pays.

Le président du Sénat qualifie de malentendu, l’incident de Montana, lors de la signature d’un accord présenté par des éléments de la société civile, le lundi 30 août dernier.

Sur le plan sécuritaire, le sénateur se montre sans pitié pour ceux qui pratiquent le kidnapping. Il a réitéré sa volonté de traquer les ravisseurs jusqu’à leur dernier retranchement.

Genson Jean-Baptiste

Articles Similaires

Back to top button