acceuilActualitéEconomie & Finances

Rareté de carburant, à qui (vraiment) la faute?

L’Association Nationale des Propriétaires de Stations de Service (ANAPROSS) déplore et condamne la situation de rareté de carburant qui prévaut actuellement dans le pays. Dans une note datée du 17 juin, l’association a fait savoir que ses membres ne sont pour rien dans cette situation, dont ils sont les premiers à souffrir. Pour le conseiller de l’Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), Max Romain, cette rareté est due à un problème de disponibilités financières de l’État, notamment dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

L’Association Nationale des Propriétaires de Stations-Service (ANAPROSS) a indiqué que «cette malencontreuse situation» est due, entre autres : «aux retards considérables enregistrés dans le processus de la commande de l’essence dont la responsabilité n’incombe pas aux propriétaires de stations d’essence ; au difficile accès, en vue de l’approvisionnement des pompes, aux terminaux de Varreux, de Tristar et de Thor, ce, depuis les récents violents conflits armés qui ont éclaté dans la zone de Martissant; aux difficultés de nature sécuritaire rencontrées par les transporteurs sur les routes, telles que le pillage, la destruction, le vol ou le détournement des camions qui transportent le carburant».

Marc Antoine Nési, le porte-parole de l’ANAPROSS, demande à l’État de prendre les mesures adéquates pour rétablir la sécurité dans le pays, en vue de, notamment, libérer les routes contrôlées par des bandits dans plusieurs zones du pays. Ensuite, il a encouragé les autorités concernées à mettre en place des terminaux dans d’autres points stratégiques du pays pour alimenter les stations d’essence du grand Nord et du grand Sud, dans le but de déconcentrer le service. Le porte-parole de l’ANAPROSS exhorte les responsables à sécuriser le pays avant tout.

Tout en regrettant les préjudices que cette situation cause aux citoyens, l’Association assure qu’elle ne va pas ménager ses efforts pour rendre le carburant disponible dans toutes les pompes à essence du pays, dans les meilleurs délais.

Notons que le directeur général du BMPAD, Fils Aimé Ignace Saint-Fleur a fait savoir que le carburant est disponible sur le marché, et qu’il n’y a en fait aucune rareté de carburant, accusant implicitement les propriétaires de stations d’essence.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button