" "
acceuilActualitéCulture & Société

Culture : le secteur culturel en Haïti bascule vers le virtuel

Le secteur culturel en Haïti, souffrant de toutes les crises sociopolitiques, espère tenir tête, face à la COVID-19. L’irresponsabilité du gouvernement, d’organiser un carnaval national à Port-de-Paix, a renforcé cette position. Après le laisser-faire de l’État haïtien, finalement le secteur va devoir basculer vers le virtuel.

On était au temps des concerts, des bals, des conférences, etc. On se rassemblait de partout. Des foules immenses répondaient à l’appel des artistes et des promoteurs. Tout ceci, au fait, était le résultat d’un gouvernement qui s’en fout de la santé de la population, de même que de sa sécurité. Une augmentation des cas de COVID-19 a finalement contraint ce gouvernement incompétent de faire un demi-tour. En effet, depuis mars 2020, Haïti a officialisé la présence de la pandémie de coronavirus sur son territoire. Dès lors, un ensemble de mesures a été pris. Il faut signaler aussi que la mauvaise gestion de l’État et son incompétence en communication en temps de crise ont laissé se noyer certains dans le scepticisme. Donc, certains refusaient et refusent encore de croire en la pandémie.

Entre les mois de mai et juin 2021, l’État se plaint de l’augmentation des cas et de la présence des variants anglais et indiens. Beaucoup de gens, dont le directeur de l’ONA, Chesnel Pierre, en ont succombé. Ainsi, pour tenter d’y faire face, une campagne de communication a été lancée. Le ministre de la Culture, M. Pradel Henriquez, a reconnu lui-même, dans une radio de la capitale haïtienne, que le secteur culturel est particulièrement toujours le plus touché de ces mesures. Il s’agissait, en fait, de l’interdiction de tous les rassemblements. Sans penser à soutenir ce secteur, ces mesures ont des conséquences négatives sur l’économie du secteur culturel et créatif, dans son ensemble. Récemment, soit le 15 juin 2021, une note circulaire de rappel du ministère de la Culture et de la Communication fait état d’un renouvellement de l’état d’urgence sanitaire imposé par l’État, le 14 juin 2021, et pour une durée de 15 jours. Ce qui, en clair, a renouvelé toute l’interdiction précédente. De fait, pas de concerts, pas de bals, etc.

Certaines institutions, comme la FOKAL et l’Institut Français en Haïti, n’ont pas tardé à respecter la décision étatique. D’autres ont attendu quelques jours après. Les conséquences se précisent. Le secteur culturel en Haïti, pour survivre, doit passer vers le virtuel. En conséquence, les actions culturelles et artistiques à proposer seront soumises aux règles du public virtuel, appelé internautes.

" "

Job Pierre Louis

jobpierrelouis.kas@gmail.com

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker