acceuilActualité

4 millions 346 mille citoyens sont enregistrés à l’ONI, 90 jours avant le référendum

Lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 8 avril, le directeur de l’Office National d’Identification révèle qu’environ 4 millions de personnes sont enregistrées, sur une population d’environ 7 millions de personnes en âge de voter.

Le directeur général de l’ONI, Jude Jacques Élibert, s’est félicité du nombre de personnes enregistrées, après environ deux ans de la mise en place du système d’identification fourni par la firme allemande, Dermalog. «Nous avons lancé ce nouveau système, au mois de mai 2019. C’est avec un grand plaisir que j’annonce que nous avons fait de grands avancements», s’est réjoui le directeur Élibert qui dit reconnaître que le nombre des Haïtiens qui n’ont pas d’acte de naissance, outil nécessaire dans le processus d’enregistrement, ralentit l’ONI dans la fabrication de la carte d’identité. Selon le D. G. de l’ONI, les citoyens, qui peuvent s’enregistrer à l’ONI sans leur acte de naissance, auront non seulement leur carte d’identification, mais aussi leur acte de naissance.

De son côté, le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Citoyenneté et du Patriotisme, Guy André Junior François, déclare que 3 millions de formulaires sont commandés pour les 3 millions d’Haïtiens qui n’ont pas encore leur acte de naissance, dont 2,5 millions sont déjà disponibles au niveau du ministère de la Justice, soulignant, qu’auparavant, seulement 1 000 formulaires étaient disponibles pour une année.

La sociologue et coordonnatrice générale de la SOFA, Sabine Lamour, qui réagissait sur le projet de nouvelle constitution, mené par l’exécutif, a fait savoir que la question de parité insérée dans l’avant-projet du texte constitutionnel n’est qu’une stratégie de pacification, une tentative d’instrumentalisation des revendications féministes par le pouvoir en place. «Un gouvernement autoritaire ne peut réaliser la parité. Il n’a pas un cadre social et politique pour nous permettre de jouir des promesses de ce que représente la parité dans une société», a soutenu la féministe qui croit aussi que le gouvernement instrumentalise une série de thématiques portées par les féministes, depuis environ 30 ans, afin de se créer de la sympathie à l’international et de pouvoir se targuer d’être un gouvernement women-friendly, alors que dans la réalité c’est faux.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button