acceuilActualitéEn bref

Nouvelles en bref

Marlyne Jean d’AlterPresse /AlterRadio, première lauréate à un concours de l’OPC

La journaliste d’AlterPresse / AlterRadio, Marlyne Jean, a été élue 1ère lauréate de la catégorie A (Presse), pour la 4e édition du concours de textes et de reportages sur les droits humains, organisé par l’Office de la Protection de la Citoyenne et du Citoyen (OPC), selon les résultats publiés, le lundi 23 novembre 2020, sur la page Facebook de l’OPC. Le travail de recherche de la journaliste Marlyne Jean a porté sur: «Technologie : sans aucune loi sur la protection de la vie privée, les internautes, exposés à la cybercriminalité en Haïti». Les auteurs des 4 autres meilleurs textes, retenus dans la catégorie A (Presse), sont 3 femmes et 1 homme: Anicile Maître, journaliste à Signal Fm, Rhode Vanessa Dalzon, journaliste à Balistrad (Magik 9), Chenet Joseph, journaliste à RCH 2000 et Darline Honoré, journaliste à Imédia.

Arnold Antonin reçoit le «Prix Détroit de Magellan»

Le cinéaste, Arnold Antonin, a reçu le «Prix Détroit de Magellan»,            au cours d’un déjeuner à l’Ambassade du Chili en Haïti, avec des personnalités de marque. Le professeur et cinéaste haïtien, Arnold Antonin, a reçu ce prix des mains de l’Ambassadeur du Chili, Rodrigo Donoso. Le «Prix Détroit de Magellan» est décerné par le Gouvernement du Chili. 500 ans après la traversée du détroit de Magellan, ce Prix a été créée spécialement pour commémorer l’esprit de cette exploration, en l’associant à l’innovation à portée mondiale. Elle cherche à distinguer «les nouveaux Magellan» et «les détroits», qu’ils sont en mesure de découvrir et de traverser dans l’esprit, qui caractérise le docteur Arnold Antonin, un grand ami du Chili.

L’EDH s’excuse de la rareté de l’électricité

La Direction Générale de l’Électricité d’Haïti (EDH) a tenu à s’excuser auprès de sa clientèle, pour la diminution du temps d’alimentation en énergie électrique durant ces 2 dernières semaines. Selon l’Ed’H, cette diminution est due à une rareté de carburant, au niveau des centrales de Carrefour et de Varreux. Par ailleurs, le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD) a informé qu’une cargaison de 137 000 barils de produits pétroliers est arrivée à Port-au-Prince, à bord du navire MT KLARA, transportant 120 000 barils de gazoline et 17 000 barils de jet fuel. Le déchargement est présentement en cours, au Terminal de Varreux.

André Michel rejette la position du Core Group

«La position du Core Group est chimérique», a déclaré Me André Michel. «On ne peut pas parler d’élections dans un pays contrôlé par des groupes armés qui opèrent en toute impunité. Seule une transition politique responsable permettra de remettre le pays sur les rails démocratiques», a poursuivi André Michel, leader de l’opposition radicale.

Le marché des changes manipulé

Selon l’économiste, Dr Eddy N. Labossière, ce qui se passe sur le marché des changes est très peu connecté aux fondamentaux de l’économie. Il déclare que trois entités manipulent le marché et font de la spéculation. De ces trois entités, deux sont illégales. Il s’agit du secteur formel bancaire et le secteur informel. L’autre légale et légitime, c’est la BRH.

Célébration de la Journée internationale de lutte pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Plusieurs organisations de femmes haïtiennes dont: Kay Fanm, SOFA, REFRAKA, Fondation Toya, Nègès Mawon et Fanm Yo la ont organisé une journée de réflexion autour de cette problématique, à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une campagne internationale de 16 jours d’activisme contre les violences envers les femmes. «Vivre sans Violence, un droit Inaliénable des femmes», a été le message central des féministes, à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Lors d’une cérémonie organisée à la capitale, une quinzaine de pancartes faites à l’effigie de femmes haïtiennes, victimes de l’insécurité dont: Lencie Samuela Mirvil, 23 ans, kidnappée le 3 décembre 2015, retrouvée morte le 8 décembre 2015, ont été exposées. Autres victimes de violence: Danise Jean, mère de 3 enfants, égorgée en présence de ses petits-enfants, le 3 août 2019, par son conjoint, Jonel Chéry, à Ouanaminthe ; Evelyne Sincère, une lycéenne de 22 ans, kidnappée puis assassinée le 1er novembre 2020, son cadavre dénudé a été retrouvé sur une pile d’immondices, à Delmas 24. Peu avant les discours, une minute de silence a été observée en mémoire de toutes les femmes victimes de la machine infernale de l’insécurité.

Le D G de la DIGICEL, conseiller en diplomatie économique pour la Belgique en Haïti

Maarten Boute a reçu son brevet de «conseiller en diplomatie économique» pour la Belgique, en Haïti, le mardi 24 novembre 2020, au terme d’une sobre mais élégante cérémonie qui s’est déroulée au consulat de Belgique à Port-au-Prince, en présence de l’ambassadrice du Royaume de Belgique, Jehanne Roccas, du consul de Belgique, Joël Dresse, et de plusieurs personnalités du monde diplomatique et des affaires en Haïti. L’homme d’affaires, qui s’est naturalisé haïtien, se dit honoré de ce titre qui lui donne la possibilité de servir les deux pays qu’il porte dans son cœur, à savoir: la Belgique et Haïti. «C’est un immense honneur de recevoir, ce soir, l’honorable opportunité de servir les deux pays que je porte dans mon âme et dans mon cœur. L’un m’a forgé et m’a défini, l’autre me porte et m’a donné l’occasion de me prouver. C’est avec un grand plaisir que j’accueille ce privilège d’être conseiller en diplomatie économique de la Belgique auprès d’Haïti. Je suis traversé par des sentiments de fierté et de gratitude. Quand je suis arrivé en Haïti en 2008, je n’avais pas l’impression d’être un étranger. J’ai aimé tout de suite ce pays et me suis adapté, dès les premiers jours, comme si j’étais le fils de cette terre, séparée de la mère patrie par l’Atlantique mais si proches par la langue et la philosophie nationale, exprimée à travers cette fameuse devise commune: “L’union fait la force”».

L’USAI, la sous-structure qui produit, analyse et diffuse les statistiques agricoles

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), dans le but de se doter de données statistiques fiables sur le secteur agricole, a tenté depuis plus de vingt ans, de créer une structure chargée de collecter, d’analyser et de publier régulièrement ces données. Après plusieurs essais, ils ont fini par créer, en 2016, une structure dénommée Unité de statistique agricole et informatique (USAI). Elle a pour mission, entre autres, d’assurer la gestion et la coordination du système informatique, ainsi que l’intégration des systèmes d’information et des bases de données. Collecter, stocker, traiter et diffuser les statistiques sur le secteur agricole et le monde rural, telles sont les principales attributions de l’USAI. Cette structure, dit-on, doit servir, au nom du ministère de l’Agriculture, d’interface aux organismes nationaux et agences de coopération internationale, dans le domaine de statistiques agricoles. Son rôle est de permettre au Ministère, d’améliorer la planification du développement du secteur agricole et de faciliter la prise de décision des acteurs du secteur agricole et du monde rural, à partir de statistiques agricoles fiables, pertinentes et actuelles.

Les sportifs haïtiens pleurent le départ de Diego Maradona

Le gamin en or, qui avait marqué, en lettres indélébiles, l’histoire du football mondial, entre 1982 et 1994, Diego Armando Maradona, est décédé le mercredi 25 novembre 2020, à l’âge de 60 ans. Sa disparition inattendue ne laisse personne indifférent. En Haïti, des journalistes chevronnés, des entraîneurs à succès dans le championnat national et des anciens internationaux, visiblement attristés, qualifient le décès de l’Argentin comme une perte énorme pour le football mondial.

Des confrères de la presse sportive haïtienne, qui ont vécu les moments de gloire de Diego Maradona, ne tarissent pas d’éloges sur la légende argentine. Si l’on tient compte des déclarations de ces aînés (confrères), le footballeur charismatique et leader de la sélection Albiceleste a enchanté le cœur des gens qui l’ont vu jouer. Pour Patrice Dumont, aujourd’hui sénateur de la République mais sportif dans l’âme, «Diego est un héros tragique, le pendant masculin d’Antigone, une conscience, consciente de la contestation absolue de la masse des footballeurs professionnels, face au pouvoir absolu de la FIFA, jusqu’à sa suspension par l’autorité faîtière du football mondial. Héros tragique, mais aussi dieu païen, libre dans ses outrances, jusqu’à sa totale consumation par la jouissance, comme si, mieux que le Phénix, il savait que de ses cendres, son souffle est éternel. La meilleure expression de son football est une épure. Il se regardait jouer. C’est pourquoi, sans les images de la télévision, il s’étonnait qu’on puisse seulement poser la question: “qui est le plus fort”?». D’autre personnalités du monde sportif haïtien, tels Smith Griffon, ancien secrétaire général de l’Association haïtienne de presse sportive (ASHAPS), Raymond Jean-Louis, membre fondateur de l’ASHAPS et ancien directeur de sport à la Radio nationale d’Haïti, Ricardo Dorsainville qui est passé par Radio Antilles internationale et Radio nationale d’Haïti, l’un des plus grands noms de la presse sportive à Saint-Marc: Guyto Rivière, ancien de Métropole, et même Jeanty Thécieux, ancien responsable de la section sportive de Radio Galaxie et qui avait l’habitude de se rendre en Amérique du Sud, en vue de retransmettre en direct des matchs mettant aux prises: l’Argentine et ses rivaux, ont tous salué le départ de Maradona qu’ils présentent comme l’un des tout meilleurs de tous les temps.

L’ONU Femmes contre les violences faites aux femmes en Haïti

L’ONU Femmes cogère l’initiative «Spotlight», lancée en Haïti le 29 octobre de l’année en cours. Cette activité résulte d’un partenariat mondial, pluriannuel, développé entre l’Union européenne et les Nations Unies et mise en œuvre dans le pays, jusqu’en 2023. Elle vise à résorber les violences que subissent les femmes et les filles haïtiennes. Pour parvenir à leurs fins, les institutions impliquées travaillent sur six piliers, à savoir :

  • améliorer le cadre législatif et politique du pays, les capacités des institutions pour planifier et mettre en œuvre des plans de lutte contre les violences familiales;
  •  promouvoir des normes sociales positives pour prévenir les violences en question;
  • renforcer les services essentiels pour la prise en charge des survivantes de violence;
  • améliorer la qualité et la disponibilité des données sur ces formes de violences;
  • promouvoir et soutenir une société civile ainsi qu’un mouvement des femmes fort et autonome.
  • Partie prenante du programme développé en Haïti, l’ONU Femmes contribue à prévenir et à lutter, notamment contre le viol, l’inceste, le harcèlement sexuel et moral, les privations et restrictions de libertés, les bastonnades, les coups et blessures.

Le gouvernement haïtien demande l’appui technique de l’OIF

Près d’un mois après avoir nommé, par arrêté, un comité consultatif pour l’élaboration du projet de la nouvelle Constitution, le gouvernement sollicite maintenant l’appui technique de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans l’élaboration de la Loi-mère. Le Comité Consultatif a fait savoir, de son côté, qu’un plan et qu’un chronogramme d’activités, qui tiennent compte du besoin de participation de tous les secteurs et regroupements de la société, ont été élaborés. «J’ai sollicité le soutien en expertise de @OIFrancophonie, en vue de nous accompagner techniquement, dans le travail visant à doter le pays d’une nouvelle Constitution», a fait savoir mardi, sur Twitter, Claude Joseph, Ministre des Affaires étrangères, qui participait à la 37e Conférence virtuelle ministérielle de la Francophonie. Interrogé sur cette demande du gouvernement haïtien, l’ambassadeur Emmanuel Adjovi, Directeur du bureau régional de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour les pays de la Caraïbe et de l’Amérique latine, s’est gardé de tout commentaire. Cependant, il a confirmé effectivement que les autorités haïtiennes ont sollicité l’appui de l’OIF, dans l’élaboration d’une nouvelle Constitution pour le pays.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button