acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & Finances

Miradin Morlan, évincé de la DGI

Après avoir passé 6 années à la tête de la Direction Générale des Impôts, Miradin Morlan a été remplacé par Jean Emmanuel Casséus qui promet d’être rigoureux dans la collecte des impôts devant aider le gouvernement à mettre sa politique sociale en marche et payer les arriérés de salaire au sein de l’administration publique.

Jean Emmanuel Casséus a été installé, le jeudi 29 octobre, à la tête de la Direction Générale des Impôts (DGI), par le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boisvert. Le nouveau directeur de la DGI a promis de procéder à l’instauration d’une discipline fiscale avant de passer à une culture fiscale. «Cette discipline fiscale implique le citoyen haïtien. Il est possible techniquement d’avoir des ressources domestiques pour amorcer le développement d’Haïti. L’un des problèmes majeurs du développement économique est celui de son financement endogène», a soutenu Jean Emmanuel Casséus, soulignant que le passage de la discipline fiscale vers la culture fiscale, constitue le combat à mener pour éliminer progressivement le marronnage fiscal.

Jean Emmanuel Casséus dit vouloir exposer journellement les performances de la DGI sur les murs de l’institution pour contrôler les projections faites sur l’année et rendre le travail de la DGI plus transparent. Jean Emmanuel Casséus, qui est le 34e D. G. de cette institution, a promis de poursuivre le processus de modernisation de cette direction, pour jeter les bases d’une administration fiscale de qualité, au service des citoyens. Le nouveau numéro un de la DGI a identifié les défis qui l’attendent, dont celui relatif à l’image de l’institution. «La DGI doit avoir suffisamment d’autorité morale aux yeux des citoyens pour être en mesure d’exercer pleinement sa mission. L’image n’est pas une fin en soi. Elle est à construire en permanence. Il serait important de combler ce déficit de moraliser les relations de l’administration avec les usagers», a affirmé le nouveau directeur général de la DGI. Pour Jean Emmanuel Casséus, chaque citoyen doit être traité suivant ses capacités contributives, sans discrimination. Il va aussi se pencher sur la gestion du temps et de la file d’attente. «Instaurer la discipline fiscale, dans le respect scrupuleux des dates d’échéance et des délais, en évitant de donner des prolongations improductives mais plutôt des incitatrices», a déclaré Casséus, soulignant le défi de la maîtrise de l’assiette fiscale puisqu’il n’existe aucune base nationale de données disponible actuellement.

Après avoir passé 6 ans à la tête de la DGI, Miradin Morlan dit être parti avec le sentiment du devoir accompli, mettant l’accent sur ses réalisations pendant son passage à la tête de la DGI. «Nous avons maintenu le cap de la performance de la DGI, contre vents et marrées. Nous pouvons nous enorgueillir d’avoir accompli et poursuivi ensemble le vaste programme de modernisation de la DGI, lancé cette année. Cela permet à la DGI d’entrer de plain-pied dans la modernité », s’est réjoui le directeur sortant.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button