acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & Finances

L’association des gangs «G9» exhibe ses armes

Sous les yeux lâches de la Police nationale d’Haïti, des hommes lourdement armés appartenant au groupe armé fédéré dit G9 ont fait une démonstration de force dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince le mardi 7 juillet 2020. Les policiers ont pris la fuite à l’arrivée des groupes armés G9 alors qu’ils écrasaient à coup de balles et de gaz lacrymogène une manifestation pacifique à Poste Marchand et l’Avenue Poupelard où la population (sans armes et pancartes en main) exigeait de meilleures conditions de vie et le départ de Jovenel Moïse et son équipe au pouvoir.

Dan pouri gen fòs sou bannann mi.

Le 29 juin 2020 des policiers ont dispersé une manifestation pacifique des professeurs qui réclamaient de meilleurs conditions de vie et leur arriéré de salaire. Le 6 juillet 2020, ces mêmes policiers ont fait usage abusif de gaz lacrymogènes, des balles pour écraser une manifestation pacifique des groupes organisés de la société civile par devant du Ministère de la justice contre l’insécurité et la vie chère. Le 7 juillet 2020, le groupe «G9 an Fanmi e Alye» ont fait une démonstration de force dans les rues de Port-au-Prince et la Police a pris la poudre d’escampette. Vous êtes tous des petits poltrons, des lâches au service du pouvoir PHTK. Les hommes armés ont parcouru plusieurs rues de la capitale, de la Commune de Delmas à Fontamara sans être inquiétés par la police. Toute la ville a été bloquée. Où était la Police?

Le commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince Jacques Lafontant a émis un mandat d’amener contre le Prophète Berger alors qu’il n’a même pas osé regarder dans les yeux les représentants des hommes armés qui font la pluie et le mauvais temps dans le pays. Le G9 a exhibé ses armes dans les rues.Pas même une bonbonne de gaz lacrymogè n’a été lancée contre eux et les autorités policières sont restées jusqu’à présent bouche bée. Le chef du groupe de gang 5 seconde, à Village de Dieu «Izo ainsi connu» paradait dans les rues lors du mouvement du mardi 7 juillet alors que le ministre de la justice d’alors, Lucmane Delille, un fanfaron de facto du pouvoir avait dit vouloir l’arrêter avant d’avoir été humilié par le pouvoir PHTK.

L’association des gangs et la prolifération des gangs armés a été l’œuvre du Président Jovenel Moïse pour casser notamment les mouvements populaires et du coup permettre la mise en place des balises pour l’organisation des élections frauduleuses dans les prochains mois. Jovenel Moïse, cet autocrate et dictateur, adopte depuis longtemps des mesures d’intimidation et de répression à l’encontre de ses opposants avec la complicité du Corps Group et le proconsul Madame La Lime.

Les gangs armés continuent à se fédérer dans diverses régions su pays avec l’appui de l’un des membres du CNDDR M. Jean Rebel Dorcena alors que de nombreux rapports des organisations de droits humains font état de plusieurs massacres entrepris par ces groupes armés dans les quartiers populaires dont La Saline, Tokyo, Delmas 2, Bel Air, Chancerelles, Fort Dimanche, Carrefour Feuille, Martissant pour imposer leur loi et empêcher la sortie des masses populaires dans ses quartiers pauvres.

Jovenel Moïse à travers des décrets scélérats contraires aux bonnes mœurs et à la culture haïtienne veut implanter son autoritarisme.

Par ailleurs, «Le Chef de la police est un technicien et non un décideur. Si on laissait Normil Rameau faire son travail, tous les bandits changeraient de métier. Mais malheureusement, il se trouve dans un corset» a déclaré Himmler Rebu, ex-colonel des Forces Armées d’Haïti sur les ondes d’une radio de la Capitale.

Nombreux sont ceux qui disent que cet événement pourrait même peser sur le sort de la bataille contre Jovenel Moïse et l’obliger sous l’ordre de ses patrons à se retirer du pouvoir bien avant la fin de son mandat en 2021.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button