acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & FinancesEn brefInsécurité & BanditismeJustice

Des politiques stupides, menées par Lucmane Délille

Lucmane Délille ne cesse de cumuler des failles. Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Lucmane Délille, a menacé les organisations de droits humains de représailles. «Ces organisations, une fois victimes, elles vont comprendre», a menacé Lucmane Delille. Il va sans dire que la situation actuelle ne peut perdurer, surtout que le pouvoir continue, par groupes armés interposés, à s’en prendre à la population, mais aussi aux groupes organisés et ce, dans l’objectif de briser toute résistance, au moins partiellement. «Ce sont les organisations de défense des droits humains qui défendent les gangs armés», a déclaré le ministre de la Justice qui a soutenu qu’à chaque opération annoncée par les autorités, ce sont ces mêmes organisations qui interviennent pour empêcher la police de traquer les bandits. Me Lucmane Délille a sorti ses griffes suite à un rapport de deux organisations de droits humains (RNDDH et FJKL), dénonçant une alliance des gangs armés avec le régime en place pour garder le pouvoir.

Lucmane Délille, Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, a déclaré, lors d’un point de presse le jeudi 25 juin 2020, que ce sont les organisations de droits humains qui sont de mèche avec les bandits non pas les autorités de l’État. Quand l’État décide de les traquer, elles crient haut et fort, parlent de massacre, a dit Lucmane. Et de poursuivre que ces militants des droits humains créent des amalgames en faisant croire à la population que le gouvernement supporte les bandes armées. C’est faux. Ils font leurs affaires en fixant le projecteur sur l’État», a déclaré Lucmane Délille.

Les organisations des droits humains font de la diversion politique, elles ne racontent que des mensonges et sans aucun doute, ce sont eux qui sont les complices des bandits. C’est vraiment malhonnête. Heureusement, un minimum de bon sens permet à n’importe qui de voir les supporteurs de ces vagabonds, délinquants, ces hommes qui sèment le deuil dans le pays, a renchéri le ministre. «Vous dites que vous êtes contre les bandits. Pourtant, quand on décide de les traquer, vous faites du bruit, a claironné Lucmane Delille. «Je n’ai rien à voir, ni de près ni de loin avec le groupe G-9. Nous n’avons aucun rapport avec les va-nu-pieds», a-t-il poursuivi. Le ministre de la Justice en a profité pour appeler ces organisations à supporter les actions du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), dans ses efforts visant à traquer les individus armés qui terrorisent la population.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button