" "
acceuilActualitéEconomie & Finances

Le gouvernement adopte le budget 2022-2023

Alors quela dévaluation vertigineuse de la monnaie locale, la gourde, face au dollar, se poursuit, le gouvernement a adopté, le mercredi 28 décembre, le budget initial de l’exercice 2022-2023. Il s’agit d’un budget d’une enveloppe globale de 267,5 milliards de gourdes (en hausse de 56 milliards), par rapport à l’exercice précédent, dont 78% (208,68 milliards) provient des ressources domestiques, selon la Direction Générale du Budget.

Pour les ressources domestiques, le budget prévoit:

  • recettes courantes (61,3%);
  • annulation de la dette du FMI (0,5%);
  • autre financement interne des projets (1,6%);
  • bons du Trésor (3,1%);
  • institutions financières (emprunt BRH) (12,3%).

En plus, les ressources externes du budget (21,1%) sont constituées en support budgétaire (3,4%) et en dons & emprunts destinés au financement des programmes et projets (17,7%).

Les dépenses projetées dans le budget 2022-2023 sont réparties d’une part en:

  1. dépenses courantes (57,9%) qui comprennent:
  2. les dépenses de personnel (29,4%),
  3. les dépenses de biens et services (18,7%),
  4. les quote-part et subventions (7,6%),
  5. les intérêts de la dette (2,3%),
  6. et, d’autre part, en:

b) dépenses de capital (42,1%), subdivisées en:

  •  dépenses de programmes et de projets (29,6%),
  • dépenses d’immobilisation (1,0%)
  • et dépenses d’amortissement de la dette (11,4%).

Rappelons que le budget 2022-2023 s’inscrit dans un Cadre Budgétaire à Moyen Terme et dans un Cadre de Dépenses à Moyen Terme, avec les orientations suivantes:

  • l’implémentation des programmes sociaux du gouvernement, notamment la Politique Nationale de Protection et de Promotion Sociales (PNPPS), afin de mitiger les effets de l’inflation sur les plus pauvres, combattre l‘insécurité alimentaire et ainsi créer les conditions de mise en œuvre de certaines réformes nécessaires;
  • la mise en œuvre du Plan de Relèvement Intégré de la Péninsule Sud (PRIPS), après le tremblement de terre du 14 août 2021;
  • le financement des campagnes agricoles pour mitiger la hausse anticipée de l’inflation;
  • la lutte contre la contrebande, le financement du terrorisme et le blanchiment des avoirs;
  • l’extension du programme de départ volontaire à la retraite de fonctionnaires éligibles, afin, non seulement de moderniser et de rajeunir la fonction publique, mais également de contenir les dépenses de traitements et de salaires qui pèsent lourdement sur le budget;
  • la dotation de l’administration publique d’un cadre global rénové, intégrant la révision des lois organiques des ministères et des organismes déconcentrés et autonomes, pour améliorer les services publics et mieux répondre aux besoins de la population.

D’autre part, près de 10 milliards de gourdes ont été collectées, seulement pour le mois de décembre 2022. Selon une source proche de l’Administration Générale des Douanes, l’institution a misé sur les douanes de l’aéroport, de Belladère et du Cap-Haïtien qui ont été très actives au cours de cette période. L’AGD a enregistré ce record de perception, à un moment où les activités sont au ralenti, en raison de l’insécurité sévissant dans le pays. «Renforcer le contrôle douanier à travers des dispositifs mis en place après le processus de dédouanement, renforcer la surveillance douanière et du système de renseignement douanier pour optimiser la lutte contre la fraude et la contrebande», telles sont, entre autres, une série de réformes en profondeur, initiées par le Directeur général de la Douane. Par ces actions, Julcène Edouard dit vouloir augmenter les recettes de l’institution.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button