" "
acceuilActualitéHealth

Le choléra est de retour en Haïti

Le Ministère de la Santé Publique informe la population que plusieurs cas suspects de choléra ont été signalés dans des quartiers défavorisés, tels que Cité-Soleil, Brooklyn et Martissant, et un cas confirmé à Savane Pistache / Decayette, dans la commune de Port-au-Prince, dans un contexte marqué par l’aggravation de la crise socio-politico-économique en Haïti. Le Gouvernement haïtien a fait part, le dimanche 2 octobre, qu’au moins huit (8) personnes sont mortes, possiblement du choléra, suscitant des craintes d’une autre épidémie en Haïti qui avait été classé pays exempt de choléra, en février 2022. «Le choléra est quelque chose qui peut se propager très, très rapidement», a déclaré le Dr Lauré Adrien, Directeur Général du Ministère de la Santé Publique, soulignant: «la plupart des victimes sont mortes dans leurs quartiers et n’ont pas pu se rendre à l’hôpital, faute de carburant, de moyen de transport et en raison des manifestations qui ont empêché les personnes de se rendre à temps à l’hôpital […] L’eau n’est plus disponible dans ces zones, depuis longtemps, et les gens ne boivent pas d’eau traitée, ajoutant que les cas de choléra pourraient à nouveau augmenter. Nous demandons aux personnes, qui en ont les moyens, d’ajouter un peu de chlore à l’eau qu’elle consomme».

Adrien a déclaré que les responsables de la Santé tentaient de visiter les communautés où des cas suspects de choléra ont été signalés, mais que son Ministère est également touché par le manque de carburant. «C’est un vrai problème […] Nous espérons que cela ne se propagera pas.» Il plaide pour la levée des barricades et l’accès libre au terminal pétrolier de Varreux, bloqué depuis bientôt 20 jours, afin de permettre aux malades d’accéder aux établissements de soins ou aux ambulances de pouvoir les atteindre. «Oui, nous avons des cas de diarrhée et de vomissements, mais nous ne pouvons pas parler pour le moment de choléra», a informé Médecins Sans Frontières (MSF), confirmant que des patients ont les symptômes qui correspondent à la maladie, mais qu’il fallait attendre les résultats de laboratoire pour confirmer.

Le Dr William Pape, depuis près de 10 ans à la pointe de la lutte contre le choléra, a déclaré à la presse espagnole qu’il savait que des personnes étaient décédées chez elles après avoir souffert de diarrhée et de vomissements aigus, accompagnés de déshydratation, «mais pour être sûr qu’il s’agit bien du choléra, nous avons besoin d’un diagnostic de laboratoire», (et on est) dans l’attente des résultats de l’analyse des prélèvements qui ont été transmis au Laboratoire National de Santé Publique (LNSP).

Pour sa part, les Nations Unies disent soutenir les efforts du Gouvernement d’Haïti pour contenir une épidémie de choléra et fournir des mesures d’urgence pour sauver des vies, à la suite de la confirmation d’un cas positif, par le LNSP et l’identification de plusieurs cas suspects dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Le cas a été identifié grâce au mécanisme de surveillance du choléra, mis en place par les autorités haïtiennes et soutenu par les Nations Unies. Il a été confirmé comme positif au Laboratoire National de Santé Publique de Port-au-Prince, le dimanche 2 octobre. D’autres cas suspects font actuellement l’objet d’une enquête. Les Nations Unies surveillent activement la situation et travaillent avec le Gouvernement pour organiser une réponse d’urgence à cette potentielle épidémie, axée non seulement sur la limitation de la propagation de la maladie, mais également pour informer la population sur la manière de prendre des mesures immédiates pour sauver des vies à la maison. Un soutien supplémentaire consistera en une surveillance élargie, une augmentation de l’approvisionnement en eau et en assainissement, le développement de centres de traitement du choléra et le renforcement de la prise en charge des cas. Des équipes d’intervention d’urgence, spécialisées, sont prêtes à être déployées pour soutenir les communautés touchées. Cependant, dans le contexte sociopolitique actuel, il est impératif que ces équipes se voient garantir un accès sécuritaire aux zones où des cas ont été confirmés ou suspectés, afin de contribuer à atténuer le risque d’une épidémie importante.

Toute personne qui présente des symptômes de diarrhée aqueuse aiguë et de vomissements doit consulter immédiatement un médecin et doit rester hydratée, en utilisant des sels de réhydratation orale qui peuvent être fabriqués à la maison en combinant un litre d’eau propre, six cuillérées à café de sucre et ½ cuillérée à café de sel. Les nourrissons doivent recevoir au moins un demi-litre de sels de réhydratation orale par jour, tandis que les enfants doivent en recevoir un litre. Les adultes devraient en consommer trois litres par jour. Les Nations Unies sont engagées à se tenir aux côtés du peuple haïtien et des autorités haïtiennes, alors qu’ils cherchent à contenir cette épidémie.

Le MSPP compte sur la collaboration de la population, tout en prenant les dispositions nécessaires pour circonscrire cette flambée. Pour éviter d’attraper le choléra, le Ministère recommande à tout un chacun de prendre toutes les mesures d’hygiène adéquates : lavage des mains ; consommation d’eau potable (ou de l’eau bouillie, ou de l’eau traitée avec un produit chloré); protection des aliments; utilisation de latrines pour la défécation. Toute personne présentant une diarrhée aigüe, profuse doit se rendre immédiatement au centre de santé le plus proche. Le Ministère gardera la population informée de l’évolution de la situation et invite tout un chacun à la vigilance.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button