acceuilActualitéPerspective & Politique

Le feu est dans le camp du SDP

Rien ne va plus et la débandade commence. Le feu est dans le camp du Secteur Démocratique et Populaire (SDP).

Sombrer dans l’irréalité, c’est exactement ce que désire ardemment «les Oligarques» ou plutôt la grande puissance. Le retour à la réalité permet de comprendre quelque chose, c’est la gifle salvatrice. La manipulation roule dans le mensonge, laissant toujours une trace ! Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier. Elle met plus de temps mais il ne faut pas s’en inquiéter, elle finit toujours par arriver ! 

Ceux qui sont au pouvoir en Haïti méprisent le peuple. Ils ne le considèrent pas comme des humains … Ils sont stupides, impuissants, sans cervelle, émotifs, contrôlés, pauvres en esprit. On peut compter le nombre de gens normaux qui comprennent ce qui se passe sur leurs deux mains.

Ces dirigeants courent à leur perte, très manifestement. Mais ont-ils la capacité et la dextérité nécessaires pour agir judicieusement sur la voie politique ? Après tout le mal commis contre le peuple et après tant de trahisons et de forfaitures dégradantes dont ils se sont rendus coupables, ces politiciens corrompus, puisqu’il s’agit d’eux, ont-ils la moindre chance d’être écoutés? Très peu probable. Leur fin est inéluctable.

Nenel Cassy, l’un des dirigeants-clés du «Secteur Démocratique et Populaire» a fait part du retrait du SDP de l’Accord du 11 Septembre. Concernant les membres du SDP au Gouvernement, il a dit que c’est à chacun de décider. Pourtant, une autre branche du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) réitère très fermement son attachement à l’Accord du 11 Septembre 2021. Les divisions se creusent donc au sein du Secteur Démocratique et Populaire. Tandis que l’ancien sénateur Nenel Cassy, au nom du SDP, annonçait son retrait de l’Accord du 11 Septembre 2021 de Ariel Henry, le parti ripostait, quelques heures plus tard, en publiant une note dans laquelle il réitère très fermement son attachement au dit Accord dont il exige, encore une fois, la mise en œuvre totale.

L’ancien sénateur Nenel Cassy est monté au créneau le 2 août pour dénoncer la non-application de l’Accord du 11 Septembre 2021, par le premier ministre Ariel Henry. Plus de 10 mois après la signature dudit accord, les conditions de vie de la population n’ont fait que se dégrader, a dénoncé Nenel Cassy qui, du même coup, a annoncé le retrait du parti de l’Accord du 11 Septembre. C’est une décision qui n’est pas partagée par des autres membres du parti qui ont publié une note pour réitérer leur volonté de continuer à se battre pour l’application pleine et entière de l’Accord du 11 Septembre 2021.

Le Directoire du SDP a fait savoir qu’il a déjà sollicité du Premier ministre Ariel Henry une rencontre spéciale pour discuter des préoccupations de la population haïtienne, telles que: la sécurité du pays et la lutte contre le kidnapping, la poursuite du dialogue, la nécessité d’opérer des changements au niveau des Collectivités Territoriales, les délégations et vice-délégations, de la performance du Gouvernement, de la chute de la gourde et de la nécessité d’accroître la lutte contre le trafic des armes et des munitions. «Le SDP croit fermement que l’Accord du 11 Septembre comporte toutes les revendications populaires, les fondamentaux de la lutte du peuple haïtien, tels que: la Conférence Nationale, le changement constitutionnel, les procès PetroCaribe et des massacres d’État, perpétrés dans les quartiers populaires, la modernisation du système électoral haïtien, la lutte contre l’insécurité et le kidnapping, l’élimination de la carte DERMALOG, la lutte contre la corruption et la contrebande», a expliqué le SDP dans cette note portant les signatures de l’agronome Ricard Pierre, l’ancien sénateur, représentant du SDP au sein du Gouvernement, de Marjory Michel, ingénieure, ancienne ministre à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme, porte-parole du SDP et de Me André Michel, avocat au Barreau de Port-au-Prince, porte-parole du SDP.

Ces revendications, estime Nenel Cassy, tardent à être satisfaites. Car, plus de 10 mois après la signature dudit accord, les conditions de vie de la population ne cessent de se dégrader.

Le SDP, quoiqu’insatisfait jusqu’à présent du bilan de la Gouvernance actuelle, a déclaré que pour rien au monde, il ne fera ni de saut dans l’inconnu, ni d’alliance malsaine avec des secteurs mafieux, au détriment des intérêts des masses démunies.

L’ancien sénateur Nenel Cassy qui a signé l’Accord du 11 Septembre avec ses camarades du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) a fait savoir, le mardi 2 août qu’il quitte cet accord. Il réclame aussi un pouvoir bicéphale à la tête du pays. Pour justifier sa décision, l’ancien parlementaire évoque la non-application de cet accord et l’incapacité du premier ministre Ariel Henry à mener la barque du pays.

Alors qu’habituellement il se présentait en conférence de presse avec ses camarades du SDP André Michel et Marjory Michel, Nenel Cassy est apparu seul devant la presse, le mardi 2 août, pour annoncer qu’il se désolidarise de l’Accord du 11 Septembre 2021 car il n’apporte pas de réel changement. «En tant que dirigeant du SDP, ancien sénateur de la République, accompagné des cadres du parti et après toutes les consultations que nous avons menées à travers le pays auprès des militants, nous annonçons que nous quittons l’accord, a-t-il déclaré. Nous avons constaté la non-application de cet accord. Nous le déclarons donc caduc.»

L’ancien élu des Nippes évoque aussi la situation catastrophique à laquelle fait face le pays et le non-respect de divers points de l’Accord du 11 septembre 2021 pour justifier sa décision. «Lorsque nous avons signé l’Accord du 11 Septembre, Ariel Henry nous avait donné la garantie qu’il allait le respecter. Mais, aujourd’hui, nous constatons que le procès PetroCaribe n’a toujours pas eu lieu, il n’y a pas de procès pour les massacres jusqu’à présent ni de conférence nationale. Aujourd’hui, il n’y a pas de sécurité dans le pays, les gangs armés ont augmenté», a-t-il fait remarquer.

S’il a signé pour un pouvoir monocéphale en septembre dernier, Nenel Cassy estime aujourd’hui que le pays a de préférence besoin d’un pouvoir bicéphale. Il invite le Premier ministre Ariel Henry à tirer les conclusions de son incapacité à mener la barque du pays. «Ariel Henry vient de passer une année à la tête du pays, le pouvoir monocéphale ne donne aucun résultat. Cela signifie que le pouvoir doit être bicéphale, c’est ce que réclame le pays», a déclaré l’ancien sénateur, soulignant que le pouvoir monocéphale était une idée de la Communauté Internationale.

L’ancien sénateur des Nippes souligne par ailleurs avoir déjà consulté de nombreux dirigeants politiques, notamment Youri Latortue, Antonio Chéramy, Kelly C. Bastien, Fritz Jean, Emmanuel Menard, entre autres. «Cela signifie que nous avons commencé à réunir une masse critique afin de sortir le pays de cette situation. Nous avons simplement besoin du soutien du peuple haïtien. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous arrêter en chemin», a-t-il fait savoir.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button