acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

Mgr Dumas dénonce les complices des criminels

Le dimanche 12 juin 2022, dans le cadre de la célébration des 27 ans de la Police Nationale d’Haïti (PNH) à l’amphithéâtre de l’École Nationale de Police sur la route de Frères, Mgr Pierre-André Dumas, responsable du diocèse de Miragoâne / Anse-à-Veau, lors de la cérémonie œcuménique, consacrée à cette célébration, dans un sermon sans concession, a dénoncé fermement tous les secteurs qui soutiennent les criminels et alimentent l’insécurité.

«Les assassins circulent dans la ville. Ils se font passer comme les maîtres de notre ville. Ils sont parfois soutenus par des politiciens, même parfois par des gens d’Église, des mafieux. Ils sont parfois soutenus par des criminels de grand chemin, mais aussi des criminels transnationaux. Quelques fois même, ils sont soutenus par des ambassades, parfois même ils sont protégés par des policiers imprudents.»

Pour Mgr Dumas, «aucune fierté n’est à mettre à l’actif de cette célébration», rappelant que depuis plus d’un an, 5 départements sont coupés de l’Ouest et du reste du pays. Il souligne: «Il revient aux forces vives de la Nation et non aux amis d’Haïti, de faire front commun contre le mal du banditisme et de la criminalité. La volonté d’accompagner la PNH doit être clairement exprimée dans le budget national. Des actions à renforcer la PNH, dans ses capacités opérationnelles, doivent être exprimées. Il nous faut une institution policière digne et à la hauteur de sa mission». Enfin, Mgr Dumas, s’adressant au secteur des droits humains, il les a invités à laisser à la PNH le soin de faire son travail.

Entre temps, suite à l’assaut du vendredi 10 juin 2022 par le gang «5 Secondes» du Palais de Justice de Port au Prince, contrairement à ce qu’avait déclaré ce même jour le Ministre de la Justice, Berto Dorcé, à savoir que la police avait repris le contrôle du tribunal et de la zone avec des blindés et affirmant que les membres du gang du Village-de-Dieu « […] ont tiré sur le tribunal mais n’ont pas pu y entrer», le Palais de justice, ce lundi 13 juin 2022, était toujours sous le contrôle, depuis vendredi, des membres du gang «5 Secondes» dirigé par son redoutable chef, «Izo».

Selon des témoignages d’avocats qui était sur place lors de l’assaut, les bandits ont brisé des vitres du bâtiment pour y pénétrer puis ils ont saccagé les bureaux à la recherche de pièces à conviction (armes, drogue, argent etc…). Ils ont pillé et volé tout ce qui avait une quelconque utilité. Un grand nombre de bandits, lourdement armés, contrôlent les lieux.

Le rapport de force semble être, pour le moment, en faveur des bandits, d’où la non-intervention de la police qui étudie la situation sans aucun doute, à la recherche de la meilleure solution pour reprendre le contrôle du Palais de justice…

Par ailleurs, le célèbre cinéaste haïtien, Arnold Antonin, a qualifié de «dramatique», l’épreuve vécue par sa femme Béatriz et lui-même, suite à l’enlèvement, puis la libération de cette dernière, le 9 juin 2022, après 2 jours de séquestration. Dans un message, Arnold Antonin assure cependant ne pas vouloir abandonner le pays, devenu un «enfer», et appelle à dire «non au suicide collectif».

«Je tiens à remercier du fond du cœur, en mon nom personnel et au nom de ma femme, Béatriz, la presse et toutes celles et tous ceux, tant en Haïti qu’à l’étranger, qui nous ont manifesté leur sympathie et leur solidarité au cours de cette dramatique épreuve que nous venons de vivre et que nous vivons encore. Nous n’en sommes pas sortis indemnes mais nous ne voulons pas nous épancher publiquement ni faire des déclarations sur le dénouement de ce pénible évènement. Nous restons attachés à la terre d’Haïti qu’on ne nous forcera pas à abandonner. Je souhaite que nous luttions tous pour qu’elle cesse d’être l’enfer qu’elle est devenue et où l’on ne fait qu’attendre son tour d’être amené à l’abattoir, comme des moutons. Je voudrais dire non au suicide collectif et à sa fatalité.»

Kidnappée, le mardi 7 juin 2022, par des individus armés, en sa résidence privée, située à Thomassin 29, (périphérie est de la capitale), la femme du célèbre cinéaste, Béatriz, a été libérée dans la soirée du jeudi 9 juin 2022, contre rançon.

«Son état de santé est stable, elle prend un peu de repos», fait savoir Arnold Antonin. Plusieurs personnalités et institutions ont exprimé leur indignation et leur soutien, notamment sur les réseaux sociaux, suite à cet enlèvement.

Dans une prise de position, l’organisation Enfants Soleils d’Avenir (Esa-Caraïbes) avait qualifié d’innommable, cet acte d’enlèvement qui traduit la situation insupportable et l’impuissance de l’État.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button