acceuilActualitéEconomie & Finances

La Banque Mondiale veut aider à améliorer les infrastructures d’Haïti

Selon un communiqué du jeudi 26 mai 2022, le conseil d’administration de la Banque Mondiale a approuvé une subvention de 120 millions de dollars pour le projet de connexion résiliente et d’accès aux transports urbains en Haïti. En outre, il a également approuvé un financement supplémentaire de 11 millions de dollars pour le projet de résilience climatique et de gestion des risques.

Selon la Banque Mondiale, le transport urbain en Haïti est «un facteur limitant majeur pour l’accès à l’activité économique, au développement et à la croissance. Les niveaux de congestion sont graves dans plusieurs grandes villes, principalement en raison d’une combinaison de mauvaises conditions d’infrastructure routière, d’une mauvaise utilisation des espaces publics, de fréquentes perturbations liées aux conditions météorologiques et de transports publics non réglementés qui contribuent à un accès limité et entraînent de longs trajets.»

«Le projet d’infrastructure améliorera les connexions rurales dans le sud de la péninsule et améliorera la mobilité urbaine résiliente au climat au Cap-Haïtien, tout en renforçant les capacités institutionnelles dans le secteur des transports urbains. Le projet de gestion des risques de catastrophe augmentera la capacité d’intervention d’urgence et d’évacuation de municipalités sélectionnées dans des zones climatiques à haut risque.

Laurent Msellati, de la Banque Mondiale, a déclaré: «Les effets combinés de l’exposition aux aléas sismiques et aux événements météorologiques extrêmes, et les niveaux élevés de dégradation de l’environnement sont des facteurs clés de vulnérabilité, en partie responsables de l’inversion des maigres progrès socio-économiques au cours de la décennie. Soutenir la gestion des risques de catastrophe et investir dans des infrastructures routières flexibles sont essentiels pour récolter les fruits de la reconstruction post-séisme et aider à éradiquer l’extrême pauvreté et à parvenir à une croissance durable inclusive.»

Par ailleurs, bien que les récents efforts d’amélioration du réseau routier aient renforcé les liaisons interurbaines, 50% du territoire national reste mal desservi avec certaines régions complètement isolées pendant la saison des pluies, souvent accompagnée de fortes tempêtes et d’ouragans. L’infrastructure de transport dans le sud de la péninsule a été affectée par des changements climatiques fréquents et graves. Le récent tremblement de terre d’août 2021 a endommagé plus de 850 km de routes principales et secondaires dans la région sud, causant des dégâts dans le secteur des transports à hauteur de 160 millions de dollars et laissant plus de 450 000 personnes isolées.

«Le projet Resilient Connection and Urban Transportation Accessibility renforcera la résilience globale du réseau routier de la péninsule sud, en finançant des améliorations routières et des activités institutionnelles pour améliorer la résilience climatique. Il améliorera la mobilité de corridors sélectionnés au Cap-Haïtien, grâce à un modèle de mobilité urbaine à faible émission de carbone, en élargissant les exigences d’une mobilité non motorisée sûre, en renforçant la résilience des infrastructures urbaines au changement climatique et aux phénomènes environnementaux. (En ce qui concerne) le système de transport en commun, le projet soutiendra également la modernisation et la professionnalisation des services de transport public dans les régions cibles», a indiqué le communiqué.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button