acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & Finances

Reconstruction: la montagne a accouché d’une souris…

À la conférence internationale en faveur de la reconstruction et du relèvement du Grand Sud, lourdement endommagé par le tremblement de terre du 14 août 2021, organisée, ce mercredi 16 février, le Gouvernement de la République d’Haïti, avec le soutien des Nations Unies, a réussi à obtenir des engagements de l’ordre de 600 millions de dollars US. Cet argent servira à financer le Plan de Relèvement Intégré de la Péninsule Sud (PRIPS), présenté par le gouvernement, en présence de différents ministres concernés, des représentants des pays de la communauté internationale, de certains diplomates accrédités en Haïti et des élus locaux. Présent en la circonstance, le PM Ariel Henry a parlé du PDNA qui contient l’évaluation des dommages, des pertes et des besoins post-désastres et expliqué que l’objectif de l’événement est de trouver les leviers de financement du Relèvement de la péninsule du Sud d’Haïti. Il a indiqué sur son compte Twitter, peu de temps après l’événement, sa grande satisfaction devant les engagements pris par les autres États qui se sont montrés généreux. «Le montant que la générosité solidaire des amis et partenaires d’Haïti nous a permis de mobiliser aujourd’hui est de 600 millions de dollars américains. Ces contributions vont bien au-delà de nos attentes. Je me réjouis de la compréhension et de la bonne réactivité des pays amis qui ont accepté de participer à la constitution d’un Fonds fiduciaire, multi-bailleurs des Nations unies, pour financer nos efforts de reconstruction. Au nom du peuple haïtien, j’adresse mes vifs remerciements à tous les pays et organisations qui ont contribué aux fonds de relèvement et de reconstruction de la péninsule du Sud.», a écrit le Premier Ministre.

La Secrétaire générale adjointe de l’ONU, Amina Mohammed, qui a souligné le fait que six mois après le tremblement de terre qui a détruit la péninsule du Sud, la désolation et la tristesse étaient partout, a interpellé les bailleurs pour qu’ils n’abandonnent pas Haïti et a appelé à plus de mobilisation.

À rappeler que, à l’initiative du Gouvernement haïtien et de l’Organisation des Nations Unies, une conférence internationale réunissant plus d’une dizaine de pays s’est tenue le mercredi 16 février 2022, au Karibe Convention Center à Pétion-Ville, dans le but de récolter deux milliards de dollars qui représentent le coût des besoins de relèvement de la péninsule du Sud, détruite par le séisme du 14 août 2021 et la tempête tropicale Grace. Outre les pays tels que les États-Unis, la Suisse, le Mexique, le Royaume-Uni, Cuba, le Canada, l’Union Européenne, la France, l’Allemagne, l’Espagne, le Japon, la République Dominicaine, l’Argentine, le Brésil et le Chili et plusieurs organisations internationales qui ont répondu présents à l’invitation, la présence des représentants du Secteur Privé haïtien, du Président du tiers du Sénat, Joseph Lambert, du sénateur de la Grand’Anse, Jean Rigaud Bélizaire, a été aussi remarquée à cet événement international. Introduit par la ministre de la Culture et de la Communication, Emmelie Prophète Milcé, le chef du gouvernement, Ariel Henry, a précisé, d’entrée de jeu, que «l’objectif de cette rencontre est de trouver les leviers de financement du Relèvement de la Péninsule Sud d’Haïti. C’est une étape très importante de la mobilisation impulsée par mon Gouvernement, pour faire face aux conséquences économiques et sociales de ce désastre», a-t-il indiqué. Il a ajouté que «le Gouvernement a mobilisé le partenariat tripartite pour soutenir l’Évaluation des dommages, pertes et besoins post-désastre, mieux connue sous son acronyme anglais PDNA (Post-Disaster Needs Assessment)». Présentés le 23 novembre 2021, les résultats de l’évaluation du PDNA ont servi de base à l’élaboration du Plan de relèvement intégré de la Péninsule Sud (PRIPS). Ariel Henry a expliqué que la vision qui sous-tend le Plan de relèvement intégré de la Péninsule Sud est une vision adaptée au contexte actuel d’Haïti, lequel est exposé en permanence à des chocs multiformes. Selon le PM Ariel Henry, cette vision s’énonce ainsi : «Vers un relèvement résilient, face aux aléas multiples et complexes, en adoptant des approches innovantes et durables, sur la base d’un processus inclusif et coordonné».

Le coût des besoins de Relèvement, selon le PM Ariel, est estimé à près de 2 milliards de dollars US par le PDNA, programmé sur une période de 4 ans, lequel montant est réparti entre 4 secteurs : secteurs productifs (197 millions US), secteurs sociaux (1 515 millions US), secteurs infrastructures (172 millions US) et secteurs transversaux (94 millions US).

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button