acceuilActualitéEconomie & FinancesNewsreel

Corruption: Ariel Henry veut lutter contre ce fléau

Le jeudi 9 décembre, dans le cadre de la cérémonie de célébration de la Journée internationale de
lutte contre la corruption, le Premier Ministre a. i. de facto, Ariel Henry, a délivré un discours
visant notamment à mettre en avant la volonté de son gouvernement de lutter sans relâche contre
ce fléau, à tous les niveaux de l’Administration publique.
«La lutte contre la corruption à laquelle nous sommes conviés doit être celle de toute la
Nation, celle des femmes et des hommes soucieux de voir et de contribuer à améliorer les
conditions de vie et à renverser la tendance et la perception d’un pays où règnerait la corruption.
Il est inconcevable d’envisager le développement durable, si nous ne tâchons pas d’abord
d’assainir et de moraliser l’administration publique. La lutte anti-corruption marche de pair avec
la stabilité politique, le progrès économique, la sécurité dont nous avons tous besoin.
J’exhorte les hauts fonctionnaires, les agents publics à s’engager davantage pour briser la
chaîne de la corruption. Au nom de mon gouvernement, j’invite tous les administrateurs d’État, à
faire (leurs) les valeurs d’éthique, d’honnêteté, de transparence et de probité.
Aujourd’hui, tout le monde sait que la corruption nous rend incapable de construire de
bonnes écoles, des centres de santé, des routes, des ponts… Je m’engage auprès de tout le
gouvernement pour lutter contre la corruption et le gaspillage dans l’État qui a déjà peu de
ressources. Nous devons bien gérer nos petites ressources.
Nous devons tous nous rappeler que la lutte contre la corruption ne sera pas possible si
l’autorité de l’État n’est pas restaurée, si notre système judiciaire ne retrouve pas son image.
J’invite donc nos concitoyens à dénoncer les actes de corruption, à soutenir l’État, dans ce vaste
chantier républicain pour le bien-être de la collectivité. Car notre avenir et celui des générations
futures en dépendent.
Il est temps que la justice commence à mettre les menottes à certaines personnes
corrompues. Toutes les mauvaises affaires, dans la corruption à la douane, DGI, immigration,
OAVCT, APN…», a dit Ariel.
De plus, le gouvernement haïtien, via le Ministère de la Planification et de la Coopération
Externe et le Système des Nations Unies ont signé, le mercredi 8 décembre 2021, un accord de
projet relatif à la lutte contre la corruption. Cet accord entre dans le cadre des initiatives des
Nations Unies pour consolider la Paix dans le monde. C’est le ministre de la Planification et de la
Coopération Externe, Ricard Pierre, et Bruno Lemarquis, le Coordonnateur résidant des Nations-
Unies en Haïti, qui ont paraphé ledit accord au nom des entités.
Selon le Bureau de Communication du Coordonnateur résident des Nations-Unies en
Haïti, il s’agit d’un projet qui vise à accompagner la société civile, impliquée dans la lutte contre
la corruption, pour renforcer le lien de confiance entre les administrés et l’État, notamment les
institutions de contrôle, en charge d’assurer le bon fonctionnement des mécanismes de
gouvernance publique et d’assurer la défense des droits fondamentaux de la population.
Plus loin, le bureau souligne que, d’une manière générale, la corruption, de par le monde,
érode la primauté du droit, mine la confiance du citoyen dans les institutions publiques et est un
obstacle majeur au développement économique et social.

Emmanuel Saintus…..

Articles Similaires

Back to top button