acceuilActualitéNewsreel

L’inefficacité de la Police, déplorée

Le chef de gang tout puissant de Delmas 95, Ernst Julmé alias «Ti Greg», un criminel notoire, a été capturé par la police, dans l’après-midi du jeudi 7 octobre 2021, à Pétion-Ville, par une patrouille de BOID (Brigade Opération Intervention Départementale). Ti Greg faisait partie du groupe de gangs «G9 en famille et alliés» et sa base se trouvait au niveau de Delmas 95. Cet ancien policier corrompu, qui avait été déguerpi de la police pour assassinat, opérait sans ambages pour le pouvoir PHTK (Martelly et Jovenel), terrorisait les militants de l’opposition, aucune manifestation anti-PHTK ne pouvait traverser Delmas 95 pour atteindre la Commune de Pétion -Ville. Ti Greg répond aux questions des agents de la Direction Centrale de la Police judiciaire (DCPJ), autour d’une fusillade qui a fait au moins deux morts à Pétion-Ville, le mercredi 6 octobre en cours.

Selon le Bulletin trimestriel du Centre d’Analyse et de Recherche en Droits Humains (CARDH), 628 cas d’enlèvement ont éte enregistrés de janvier à septembre 2021. Au moins 221 enlèvements ont été recensés pour le trimestre allant de juillet à septembre, soit une augmentation de près de 300%, par rapport aux mois précédents, dont 117 seulement pour le mois dernier, selon le CARDH. Entre autres, la Cheffe du BINUH et Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU, Helen La Lime, juge que les policiers haïtiens ne pourront venir à bout des gangs qui terrorisent les résidents de la capitale haïtienne. Une force surchargée et sous-financée ne peut, à elle seule, endiguer cette augmentation inquiétante de la criminalité, a dit Mme La Lime, en présentant le rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité. Elle a toutefois admis que la Police nationale haïtienne cherche bien à améliorer l’efficacité de ses opérations antigangs. La diplomate onusienne a estimé que le rétablissement de la sécurité, notamment dans la ville de Port-au-Prince, doit être une priorité pour les autorités haïtiennes.

Depuis juin, une augmentation «importante et soudaine» de la violence des gangs a provoqué le déplacement de quelque 19 000 personnes, des communes de Cité-Soleil, Croix-des-Bouquets, Delmas et dans le quartier de Martissant à Port-au-Prince. Le contrôle exercé par les gangs autour des points d’entrée et de sortie stratégiques de la capitale a eu un impact négatif sur l’économie et la circulation des personnes et des biens, a-t-elle laissé entendre. Elle appelle le Gouvernement à mettre en œuvre une approche plus globale de la lutte contre la violence des gangs, dans le cadre de la stratégie nationale de réduction de la violence communautaire, élaborée avec le soutien de l’ONU et approuvée le 5 juillet dernier.

Dans son dernier rapport, le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, a indiqué que la guerre des gangs a fait plus de 19 000 déplacés dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Depuis le début du mois de juin, la résurgence des rivalités et des changements d’alliances entre gangs, a provoqué le déplacement de quelque 19 000 personnes dans les communes de Carrefour, de Cité-Soleil, de Croix-des-Bouquets, de Delmas et dans le quartier de Martissant à Port-au-Prince (département de l’Ouest), précise le rapport.

Le Secrétaire général souligne que les affrontements meurtriers ont également entraîné une restriction de l’accès aux routes dans quatre départements du sud du pays, donnant lieu à des pénuries de produits de première nécessité, tels que le carburant, et paralysant encore davantage l’activité économique.

Le BINUH note que la capitale constitue l’épicentre des violences armées. Du fait de la recrudescence de la violence entre bandes rivales dans les parties sud de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, environ 75 % des actes criminels et troubles civils majeurs, survenus dans le pays, de mai à août 2021, ont été enregistrés dans le département de l’Ouest, précise le rapport.

Par ailleurs, le vendredi 8 octobre 2021, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a présenté, un bilan partiel des opérations menées pour la période allant du 1er septembre au 7 octobre 2021. 27 opérations ciblées ont été réalisées sur tout le territoire national ; 825 individus ont été arrêtés au niveau national pour des motifs divers dont : vol, viol, association de malfaiteurs et kidnapping ; 29 armes à feu et des munitions ont été saisies ; 150 véhicules ont été confisqués. Une vingtaine de bandits ont été tués lors d’échanges de tirs avec les agents de la PNH.

Par ailleurs, 5,25kg de cocaïne et 249,91 kg de marijuana ont également été saisis par la police nationale. De plus, les forces de l’ordre ont escorté et protégé des attaques des gangs, 354 camions citernes remplis de carburant, du dépôt de Varreux aux différentes stations-services.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker