acceuilActualité

Quand les ouvriers politiques s’imposent…

Les ouvriers politiques, communément appelés «militants du béton», ont perturbé la rencontre tenue à Montana, autour d’un accord politique le lundi 30 août 2021.

Le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) n’a pas participé à l’élaboration de l’accord du 30 août de la Conférence Citoyenne pour une Solution à la Crise. «Pour l’histoire et la vérité, la dernière discussion du SDP avec la Commission de la Société Civile remonte à plus d’un mois. La rencontre prévue dans la matinée du dimanche 29 août n’a pas eu lieu. Le SDP ne saurait signer un tel document sectaire. C’est donc malsain de mentionner le nom du SDP dans ce document», a déclaré Me André Michel, le porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire.

La Commission pour la recherche d’une solution haïtienne à la crise avait annoncé la signature officielle d’un accord sur la proposition de sortie de crise, à la fin d’août 2021. C’est en ce sens, que la Commission organisait, le lundi 30 août 2021, la deuxième session de la Conférence Citoyenne, laquelle devra déboucher sur cet accord, selon les responsables.

De son côté, le Secteur Démocratique et Populaire dit accorder un délai de 7 jours à la Commission pour trouver un accord. Passé ce délai, il va agir dans le sens des intérêts de la Nation, a déclaré son porte-parole. À noter qu’à peine qu’un draft est publié, l’accord du 30 août de la Conférence Citoyenne pour une solution à la crise commence à susciter des désaccords. Dans ses grandes lignes, il prévoit, en vue d’assurer la gouvernance politique, de mettre en place un système gouvernemental bicéphale, calqué sur le régime constitutionnel défini dans la Constitution de 1987. Aussi, à côté de l’Organe de Contrôle de la Transition (OCT) pour le contrôle du Pouvoir Exécutif, un Conseil National de Transition (CNT) pour le choix du (de la) Président(e) de Transition et du Chef ou de la Cheffe de Gouvernement est prévu. On a également fait mention du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) qui doit désigner un représentant au CNT. À cela, le porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire, Me André Michel, a réagi, en affirmant qu’il n’a pas participé à l’élaboration de l’accord du 30 août de la Conférence Citoyenne pour une solution à la Crise. «C’est donc malsain de mentionner le nom du SDP dans ce document. Ce comportement aggrave la crise. Le peuple rejette ce document», a-t-il précisé.

Par ailleurs, le lundi 30 août, à l’hôtel Karibe, le Premier Ministre a. i. de facto, Ariel Henry, a rencontré des représentants de plus de 200 organisations populaires, venus de différents départements du pays, autour du projet d’accord politique pour une gouvernance apaisée et efficace. Ce document-cadre, qui a déjà été présenté à des représentants de plusieurs secteurs du pays, traite de la gouvernance de la période intérimaire. Au cours de son intervention, le Premier Ministre Henry a présenté la situation critique du pays sur le plan économique et social, tout en appelant les forces vives de la Nation à se mettre ensemble, dans le cadre d’un dialogue initié qui est, selon le Chef du Gouvernement, «la seule voie possible pour sortir le pays de sa crise multiforme». Différentes préoccupations et revendications, dont la rentrée scolaire, le sort des «prisonniers politiques», la vie chère, la violence armée des gangs, ont été au centre des échanges cordiaux entre le Chef du Gouvernement et les représentants des organisations populaires. Henry s’est dit engagé à tout mettre en œuvre pour apporter des solutions à certains problèmes auxquels est confrontée notre société, ce, en concertation avec tous les secteurs clés du pays.

Entre temps, la situation économique et financière du pays est au pire. Le jeudi 26 août, le Premier Ministre Ariel Henry, accompagné de Michel Patrick Boisvert, le Ministre de l’Économie et des Finances, en visite à la Banque de la République d’Haïti (BRH), a rencontré les membres du Conseil d’Administration autour de l’évaluation de la situation économique et financière du pays. «Nous avons discuté, entre autres, de la dévaluation de la gourde, ainsi que des mesures que compte adopter la BRH, dans le cadre de la recapitalisation des sinistrés et de la relance économique de la presqu’île du Sud, suite au séisme,» a indiqué le Premier Ministre Henry. De plus, le vendredi 27 août, dans la matinée, le Premier Ministre a. i. de facto, Ariel Henry, est intervenu en visioconférence à la 9e session spéciale du Bureau de la conférence des Chefs de Gouvernement de la CARICOM. C’était l’occasion pour le Chef du Gouvernement de faire le point sur les actions post-séisme, les opérations d’urgence, le plan de reconstruction, le passage de la tempête Grace, ainsi que sur la situation politique. Il a souhaité «que cette expérience que nous vivons ensemble contribue à renforcer les liens fraternels et solidaires qui unissent tous les peuples de la sous-région».

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker