acceuilActualitéInsécurité & BanditismeJustice

Fermons le robinet du sang. C’en est trop!

Le meurtre aveugle des deux (2) journalistes, Diego Charles et Antoinette Duclair, également militante politique, consterne la presse haïtienne.

Journaliste de Radio vision 2000 et de Gazette Haïti, Diego Charles est assassiné alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, aux bons soins d’Antoinette Duclaire qui, elle aussi, est assassinée en cette soirée du 29 juin. Les photos des corps sans vie de Diego Charles, au sol, et d’Antoinette Duclaire, une militante pour le parti de l’opposition: Matrice Libération, au volant de sa voiture, circulaient sur les réseaux sociaux. Les deux victimes étaient âgées de 33 ans.

«Nous sommes consternés par cet assassinat qui vient augmenter la liste des journalistes assassinés pendant ces trois dernières années». «Comme toujours, on va avoir les autorités judiciaires qui vont annoncer des enquêtes qui ne vont jamais aboutir. Nous sommes habitués à ça», a réagi Jacques Desrosiers, secrétaire général de l’association des journalistes haïtiens.

Le décanat élu de la Faculté d’Ethnologie condamne, avec la plus grande fermeté, l’assassinat de la militante Antoinette Duclaire, du journaliste Diego Charles et d’une quinzaine de personnes, survenu dans la nuit du 29 juin 2021, à Port-au-Prince. Madame Antoinette Duclaire était une ancienne étudiante de la Faculté d’Ethnologie qui s’était distinguée, pendant son cursus, de par son engagement dans les affaires étudiantes et de sa participation active dans la communauté. Elle incarnait l’espoir, l’intelligence, le leadership. Antoinette, dit Netty, membre de Matris Liberasyon était aussi une femme armée de convictions politiques et idéologiques. Son assassinat demeure un acte odieux, lâche et barbare. C’en est trop!

«Dans de pareilles circonstances, nous lançons un appel urgent à l’UEH et à toutes les forces vives de la nation, afin de prendre leur responsabilité. Le pays ne peut plus continuer à lister des massacres, compter des cadavres et pleurer les assassinats de ses fils et de ses filles. Si nous ne faisons rien devant cette situation chaotique, comme Délira l’avait prévu: «Nous mourrons tous! », ont écrit le conseil décanal de la Faculté d’Ethnologie dont: Ilonor Louis, Doyen élu, Sandy Larose, Vice-Doyen aux Affaires Académiques, élu, et Fritz Lucien Maurepas, Vice-Doyen à la Recherche, élu.

Pour sa part, le Premier Ministre haïtien de facto, Claude Joseph, n’a pu cacher son émotion et a versé des larmes en rendant hommage à la militante des droits humains, Marie Antoinette Duclaire, tuée lors de la fusillade du 29 juin 2021, à Delmas 32. Il souligne que Mme Duclaire, quoique proche de l’opposition, n’avait jamais caché son amitié.

«Le gouvernement ad intérim se prosterne devant la mémoire des victimes des assassinats en série qui se sont produits [dans les quartiers de] Delmas 32 et Christ-Roi, dans la nuit du mardi 29 juin 2021, particulièrement ceux du journaliste de la radio vision 2000, Diego Charles, et de la militante féministe Antoinette Duclair, a réagi la Primature de la République d’Haïti».

«Ces crimes odieux et ces actions répréhensibles ne peuvent, en aucun cas, rester impunis dans une société démocratique», a-t-elle ajouté.

Le chef du gouvernement est attristé également par le décès du journaliste Diego Charles avec qui il avait eu des échanges en sa résidence privée. Il qualifie de drame, cet acte terroriste, et rend hommage à chaque victime. De l’avis de Claude Joseph, ce crime, perpétré par le groupe Fantôme 509, ne restera pas impuni. Le Premier Ministre a présidé, ce jeudi 1er juillet 2021, un second Conseil Supérieur de la Police Nationale en moins de 48 heures. Il juge que les auteurs de la tuerie de Delmas 32 ont voulu déstabiliser le pays, en empêchant un accord politique entre le gouvernement et l’opposition. Même s’il n’a pas fait état du secteur ayant orchestré les violences, M. Joseph croit que la tuerie s’inscrit dans le cadre des violences politiques visant à empêcher la tenue des élections avant la fin de l’année.

Les exécutions brutales de l’activiste Marie Antoinette Duclaire et du journaliste Diego Charles sont choquantes et inadmissibles, selon le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH). Le BINUH·exprime ses condoléances aux familles de toutes les victimes des violences survenues à Delmas 32 et à Christ-Roi, le 30 juin dernier. La mission des Nations Unies appelle les autorités à prendre immédiatement les mesures nécessaires pour poursuivre les auteurs de ces crimes abominables et pour assurer la protection des citoyens.

Notons que, selon la primature haïtienne, les premiers éléments de l’enquête diligentée par la Police Nationale sur la tuerie de Delmas 32, ont révélé qu’il s’agit d’un attentat terroriste perpétré par l’organisation dénommée «fantôme 509». Elle demande à la PNH d’approfondir l’enquête et de prendre toutes les dispositions nécessaires, en vue de réprimer ces actes terroristes, d’en prévenir la répétition et de rétablir la sécurité sur toute l’étendue du territoire.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker