acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

Le chaos s’installe ….

Ti Claude Joseph, Léon Charles, Rockfeller Vincent, Jovenel Moïse sont des aplats, des hommes sans scrupules, des barbares, des sauvages. Ce ne sont pas des chefs. Ces hommes n’ont aucune «mounnite». La pluie doit tomber pour mouiller ces malfrats.

Alors qu’on assiste à un départ forcé de la population dans divers quartiers de la capitale, Port-au-Prince, et de ses environs, les quartiers de Bel-Air, de bas-Delmas, de Cité-Soleil, de Martissant et de Fontamara sont vidés de leurs résidents.

Alors que de paisibles citoyens, des policiers continuent de tomber sous les balles assassines des bandits armés, Ti Claude Joseph, Léon Charles, Rockfeller Vincent, Jovenel Moïse blasphèment les victimes. «Après 3 (réunions du) Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) spéciales, organisées en moins de 72 heures sur la situation d’insécurité qui régnait sur l’axe Martissant-Fontamara, au cours des derniers jours, je me suis fait accompagner par Léon Charles, le Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), pour une visite des lieux (Haïti Progrès: encadré d’une forte escorte armée). J’ai emprunté la route de Martissant à la Marine haïtienne, en passant par la Place de Fontamara, pour constater, de visu, que l’institution policière a pu y ramener l’ordre et rouvrir la voie à la circulation, conformément aux directives du CSPN.»

Des familles vivant au niveau de certains quartiers de la Commune de Delmas, notamment à bas-Delmas ne savent plus à quel saint se vouer. Plusieurs quartiers de bas Delmas dont Delmas 2, 4 et 6, 14 et 18, entre autres, sont aux ordres de bandits armés du G9 et alliés. Plusieurs maisons sont déjà incendiées. Des familles sont chassées. Elles ont été contraintes de fuir leurs maisons, sous la menace de gangs armés qui les envahissent.

«À Delmas 2, 4, 6, 14 et 16, la situation est chaotique. Toutes les voies sont bloquées et barricadées par les bandits armés. Les populations de ces quartiers sont aux abois», a crié un habitant de la zone, en affirmant que plusieurs maisons sont déjà incendiées et même détruites par les gangs armés, encagoulés, tirant dans toutes les directions.

Par ailleurs, un accord titré:«Accord Politique du 5 juin 2021 pour une sortie de crise», a été paraphé, le vendredi 5 juin, par cinq entités politiques se réclamant de l’opposition. Il s’agit de DIRPOD, EN AVANT, ENTENTE, FND, MTVAYITI ET OPERASYON TÈT ANSANM. Selon ces partis, cet accord vise la formation d’un Gouvernement d’Entente Nationale dont la mission principale est le rétablissement d’un climat de sécurité et de paix sociale dans le pays. Les partis signataires de cet accord qui se disent favorables à la tenue, dans un délai raisonnable, d’élections crédibles, inclusives et transparentes dans le pays, écartent toutefois toute possibilité de cohabitation avec le président Jovenel Moïse. Dans le document rendu public le dimanche 6 juin 2021, ils brandissent la nécessité pour le chef de l’État de quitter le pouvoir, dès l’installation du Premier Ministre, par une Commission de Mise en Œuvre de l’Accord (CMOA).

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button