acceuilActualitéPerspective & Politique

Vente aux enchères pour la Primature…

«Élections et Référendum» sont les deux grands chantiers du pouvoir de facto, a dit Claude Joseph, le premier ministre a. i. de facto. Le pouvoir de facto cherche un accord avec quelques politiciens corrompus et malfrats, provenant d’une frange de l’opposition, pour valider son projet de référendum.

Alors que la population haïtienne, dans diverses grandes villes du pays, continue de mettre la pression sur les membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) illégitime, communément appelé «Krèy elektoral», certains politiciens pourris, corrompus, cherchent à trouver un accord avec Jovenel Moïse. Ces hommes politiques véreux, pourris, ont la mémoire courte, oubliant que Jovenel avait, à maintes fois, torpillé des dialogues qu’il avait lui-même annoncés. L’exemple le plus flagrant fut celui concocté avec l’ancien premier ministre, Jean Henry Céant. Ces soi-disant dirigeants politiques doivent savoir que Jovenel Moïse n’est pas sérieux. Il joue au chat et à la souris, pour faire passer le temps. C’est un autre subterfuge pour calmer la pression qu’exerce l’international sur son régime criminel.

Par ailleurs, l’OEA se prépare à l’envoi d’une Mission d’appui au dialogue.L’OEA n’entend pas rester en dehors de la sauce. En effet, le mercredi 12 mai 2021, le Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA) examinera un projet de composition et d’envoi d’une Mission en appui au dialogue en Haïti, tel que demandé par le Premier Ministre a. i. de facto, Claude Joseph.

De plus, plusieurs associations patronales, dans un communiqué en date du lundi 10 mai, ont fait savoir que plus de deux semaines après avoir rencontré le premier ministre a. i., Claude Joseph, l’insécurité n’a fait qu’empirer. Peu de résultats ont été observés contre l’insécurité. «L’insécurité multiforme impacte la population dans son ensemble, et les cas de kidnapping touchent tous les secteurs, indistinctement. Ces associations exigent que la Justice fasse son travail, dans ce contexte d’insécurité extrême», a dit le communiqué. Les organisations du secteur privé ont exprimé leur ras-le-bol, en disant : «trop c’est trop, ceux qui ont pour mission de servir la population et ce, jusqu’au plus haut niveau de l’État, ont failli à leur mission essentielle de servir et protéger.» «Notre économie part en lambeaux, les jeunes sont complètement désœuvrés et deviennent des recrues faciles pour les gangs armés qui s’installent et sévissent dans tous les quartiers, au grand dam des habitants, livrés à eux-mêmes, alors qu’ils sont déjà confrontés à des difficultés financières, pendant que la situation politique s’enlise et exacerbe la crise», a poursuivi les associations patronales. Les signataires: Michelle Mourra, Laurent St-Cyr, Wilhem Lemke, Christelle Vaval et Raina Forbin, ont dit que: «dans ce contexte de violence et d’instabilité généralisée, les chambres de commerce et associations signataires demandent au Premier Ministre, chef du CSPN, de prendre acte de l’inefficacité des actions, jusqu’à présent entreprises pour pallier (au) problème grave de l’insécurité, et des conséquences qui en découlent sur tous les secteurs de la Nation». Ils ont demandé aux autorités d’assumer leurs responsabilités et de prendre les dispositions qui s’imposent, pour rétablir l’ordre et la sécurité sur le territoire national, en élargissant leurs consultations aux experts en la matière, en renforçant la police, en voies et moyens.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button