acceuilActualitéEconomie & Finances

Le prélude à une nouvelle tempête…

Ce n’est d’ailleurs pas sans raison si le régime de facto, totalement pris de court, a prétendu, fidèle à sa rhétorique hyperbolique, d’avoir frappé l’opposition de plein fouet. À travers ce discours, il y a une chose qui saute aux yeux: acculé à une posture passive, le pouvoir de facto a perdu totalement l’initiative, et peine à se ressaisir, car les coups qu’il subit un à un, dépassent tous ses calculs et qu’à chaque coup, il ressent son incapacité stratégique pour inverser la règle d’engagement.

L’opposition démocratique qui campe sur sa position, qui rejette la médiation pusillanime de l’OEA et les vantardises de certains chefs politiques, vient d’envoyer un énième message au dictateur Jovenel Moïse. Est-ce le prélude à une nouvelle tempête? Le peuple s’apprêterait-t-il à la bataille finale?

En effet, ce mardi, à l’occasion du 218e anniversaire du Bicolore haïtien et de la fête de l’Université, plusieurs milliers de personnes ont gagné les rues, dans diverses villes en Haïti, en vue de continuer d’exiger le départ du dictateur Jovenel Moïse du pouvoir et de dire non au référendum du 27 juin prochain qui est illégal et inconstitutionnel.

Par ailleurs, le Champ-de-Mars a été totalement bouclé par les forces de l’ordre qui empêchaient toute circulation, du fait que l’ex-président Jovenel Moïse allait déposer une gerbe de fleurs au pied du monument de Dessalines.

En cette occasion du 218e anniversaire du drapeau haïtien, Jovenel Moïse a déposé une offrande florale à l’Hôtel de la Patrie, au Champ-de-Mars. La partie officielle de cette commémoration s’est déroulée au Palais national, en présence du premier ministre a. i. de facto et de son gouvernement, des représentants du Conseil Électoral Provisoire illégal, du haut État-major des Forces Armées d’Haïti, entre autres.

Jovenel Moïse a salué les grands sacrifices consentis par nos ancêtres pour avoir doté le pays du Bicolore. Il a exhorté les Haïtiens à suivre l’exemple de Jean-Jacques Dessalines, le père Fondateur de la Nation, qui s’est sacrifié pour nous donner cette terre.

« Le Bicolore haïtien est le symbole de la liberté de notre pays, symbole d’unité. Pour y arriver, nos ancêtres ont mis de côté leurs différends. Nous sommes encore esclaves de la division, en dépit des nombreuses années de notre Indépendance », a dit Jovenel Moïse.

Jovenel Moïse déplore le fait que le pays soit déchiré par la division. Il dit croire que seule une entente entre tous les protagonistes puisse conduire le pays à une stabilité.

Au fait, dans une note datée du 14 mai, paraphée par 74 anciens députés, ces derniers demandent aux autorités de prendre toutes les mesures nécessaires pour redonner confiance à la population actuellement aux abois, à cause des actes de kidnapping à répétition semant le deuil et la tristesse dans les familles haïtiennes.

Le groupe, qui se réclame comme des anciens parlementaires pour l’équilibre et la stabilité du pays, se dit consterné face à la dégradation du climat sécuritaire du pays, appelle à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale en vue d’une solution à la crise politique.

«Cette solution doit passer inévitablement par un accord inclusif qui débouchera sur un gouvernement d’union nationale avec toutes les forces vives de la nation, un accord politique incluant un Conseil Électoral Provisoire équilibré, la réalisation des élections législatives et du référendum, dans un délai raisonnable. Le gouvernement d’union nationale aura pour mission de résoudre les problèmes liés à l’insécurité», ont dit ces anciens députés supporteurs et alliés du PHTK.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button