acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

À quoi joue le pouvoir?

Plus les jours passent, plus la crise, qui sévit dans le pays, s’intensifie. Cette crise multidimensionnelle est surtout causée par la conjoncture politique très spéciale dans laquelle se trouve actuellement le pays. On s’attend tous à une sortie de crise pour bientôt. Du côté de l’opposition plurielle, résoudre cette crise revient à forcer le départ immédiat du président de facto, Jovenel Moïse, ou à ordonner son départ. Mais, pour le pouvoir, la fin de cette crise est étroitement liée à la réalisation du référendum et des compétitions électorales, tout ça, bien sûr, passe par la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

Depuis la démission forcée de l’ex-premier ministre de facto, Jouthe Joseph, le pouvoir dit qu’il est en train de multiplier les rencontres, afin de mettre sur pied un gouvernement d’union nationale, incluant tous les acteurs ou presque de la vie nationale. Pour montrer sa bonne volonté, Jovenel Moïse a nommé, dans un premier temps, son ministre des Affaires Étrangères, Claude Joseph, comme premier ministre a. i. pour 30 jours, en attendant un accord avec les protagonistes.

Toutefois, une bonne partie de l’opposition ne veut pas entendre parler de cohabitation avec Jovenel Moïse, arguant qu’il est au lendemain de son mandat et que tous ses agissements, depuis le 7 février dernier, sont inconstitutionnels. Cette partie de l’opposition crache aussi sur le projet de référendum du pouvoir qui est constitutionnellement illégale. Or, ce qu’on considérait comme un ballon d’essai du pouvoir, est devenu un véritable projet, car, selon Claude Joseph, le référendum et la réalisation des prochaines élections sont indéboulonnables.

Ces allégations de Claude Joseph mettent à nu le labyrinthe politique dans lequel le pays est coincé, par la volonté cruelle du pouvoir. Ne pouvant pas trouver le soi-disant opposant qui décidera de cohabiter avec le gouvernement, bien que l’ex-sénateur Desras Simon Dieuseul ne cesse de convoiter le poste, Jovenel Moïse a décidé de reconduire Claude Joseph pour un deuxième mandat inconstitutionnel de 30 jours, comme PM a. i.

Cette décision et la détermination malsaine du pouvoir, de réaliser le référendum et les élections, de rester au moins jusqu’au 7 février 2022, dissuade tout éventuelle envie d’un opposant d’intégrer l’équipe gouvernementale de Jovenel Moïse. On se demande si vraiment le pouvoir à la volonté de résoudre cette crise, en agissant de la sorte, sachant bien sûr qu’une éventuelle solution à cette crise passe inéluctablement par d’énormes sacrifices du gouvernement.

Cette cartographie montre clairement la volonté des acteurs politiques, que ce soit ceux de l’opposition ou du pouvoir, de ne pas dénouer la crise qui semble arranger le pouvoir. Par la reconduite de Claude Joseph, Jovenel Moïse laisse entière, la crise, bien que le gigantesque problème auquel fait face le pays ne peut être résolu par la mise sur pied d’un gouvernement via un partage de gâteau, afin de satisfaire les envies politiques de certains politiciens avaricieux qui sont au soir de leur carrière politique.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button