" "
acceuilActualité

Clifford Apaid défend les groupes Apaid et Déjoie, ainsi que le pouvoir

Un arrêté présidentiel, publié le lundi 8 février 2021, avait décrété la Savane Diane: zone franche agro-industrielle. C’est un dossier qui a fait grand bruit, tellement le pouvoir était critiqué pour cette décision anti-peuple. Mais, selon Clifford Apaid, ce projet n’est pas le résultat d’un accord politique ni économique, avec le pouvoir en place. Clifford Apaid a fait ces déclarations, lors de la présentation, le jeudi 29 avril 2021, du projet agro-industriel de Savane Diane, piloté par les groupes Apaid et Déjoie.

Dans son arrêté en date du 8 février, le président avait décrété la Savane Diane: zone franche agro-industrielle. C’est une décision prise par le pouvoir, pour consolider le mandat de Jovenel Moïse, en achetant la protection du secteur privé dont les Apaid, fidèles alliés du régime PHTK. Mais, au cours de la présentation du projet à la presse, dans la ville de Hinche, l’agronome Frisner Dorcin et l’entrepreneur Clifford Apaid ont d’abord précisé que le projet de la «zone franche agro-industrielle de Savane Diane» est implanté exclusivement sur la propriété privée de la famille Déjoie.

«Il ne s’agit nullement d’un don de l’État Haïtien au groupe Apaid», a déclaré Clifford Apaid, en guise de justificatif. Il a aussi réfuté les allégations, selon lesquelles, l’État Haïtien aurait investi 18 millions de dollars américains dans le projet. «Je ne suis pas au courant de ces 18 millions de dollars américains, ni d’aucun autre montant. L’investissement est fait par le secteur privé, cela n’a rien avoir avec le gouvernement», clarifie M. Apaid.

«Pour commencer le projet, nous avons eu recours à des prêts bancaires», ajoute, pour sa part, l’ancien ministre de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural. Frisner Dorcin précise qu’environ 2,5 millions de dollars américains ont été prêtés dans le Fonds de Développement Industriel (FDI) et 3,5 millions à la Banque Nationale de Crédit (BNC), ce qui représente 6 millions de dollars américains de prêts bancaires d’investissement dans le projet.

" "

Ces explications, fournies par ces hommes du groupe Apaid, n’ont pas cependant dissiper les nuages et laissent entier le scandale autour de ce projet. D’ailleurs, le régime PHTK s’est toujours appuyé sur la protection du secteur privé et de la communauté internationale, pour la survie politique de l’équipe, en leur accordant de privilèges faramineux. Pourquoi ça devrait être différent, cette fois?

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker