acceuilActualitéEconomie & Finances

L’économie haïtienne, au regard de l’économiste, Enomy Germain

L’économiste Enomy Germain a fait savoir que les grandes dépenses du pouvoir en place, dans la gestion de la chose publique, n’ont pas été efficaces. Elles sont dommageables pour l’économie haïtienne, a admis l’économiste.

Selon l’économiste, uniquement pour cette fin de premier semestre de l’exercice fiscal, l’État haïtien accuse un déficit budgétaire estimé à 31 milliards de gourdes, contrairement à ce qui était prévu pour tout l’exercice, soit 37 milliards de gourdes. Pour l’économiste, le pays est en train d’assister à un déficit budgétaire qu’il n’a jamais connu dans son histoire. «Ces messieurs ont terrassé la situation des finances publiques. Ils développent l’habitude de mobiliser de l’argent, sans aucun résultat», explique-t-il, évoquant une logique de dépenser que développent les dirigeants, sans réfléchir à l’efficacité des dépenses. C’est dommageable pour l’économie, croit-il.

Monsieur Germain pense que le pays va connaître un niveau de déficit budgétaire jamais atteint jusque-là. «Pour moi, dans la deuxième moitié de l’exercice fiscal, le niveau de déficit va en croissant, parce que, d’une part, les dirigeants ont toujours tendance à manifester une indifférence par rapport aux dépenses publiques. Ils cherchent à livrer des résultats immédiats. N’oubliez pas que ces gens qui nous dirigent, ce ne sont pas des hommes d’État qui regardent l’avenir. Nous ne sommes pas dirigés, depuis quelque temps, par des hommes d’État. Le futur ne les intéresse pas. Ils veulent des résultats dans l’immédiat, sans considérer les conséquences perverses qui accompagnent leurs actions dans l’économie. Nous sommes dans une situation extrêmement difficile. Le plus grand problème avec les dépenses publiques, c’est qu’elles ne sont pas efficaces. Nous ne dépensons pas en fonction des objectifs fixés», explique l’économiste, qui prend l’exemple du projet d’électricité 24h/24 de Jovenel Moïse, dont il n’a jamais vu un document présentant ledit projet dans ses différentes phases d’opérationnalisation. Cela n’existe pas. Lorsque c’est le cas, vous allez faire des dépenses tous azimuts».

L’économiste Enomy Germain en a profité pour critiquer, de manière globale, la manière dont l’élite économique se comporte sur le marché. Il se réfère à l’ouvrage de l’ancien gouverneur de la banque centrale, l’économiste Fritz Jean, pour évoquer une «économie de prédation, de captation de richesses, même lorsque cette économie ne produit presque pas de richesses».

Depuis pratiquement dix ans, constate l’économiste, les acteurs ne font que renforcer la pauvreté dans ce pays. La tendance à la captation des richesses n’a fait que se renforcer. Ils veulent accumuler de l’argent en ne faisant pas de redistribution. Ils n’ont aucun objectif de réduire la pauvreté. Avec eux, l’économie devient une fabrique de pauvreté…», a martelé l’économiste.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com