acceuilActualitéEn bref

Nouvelles en bref

La PNH continue de dénombrer ses cadavres

La journée du lundi 22 mars 2021 a été marquée par des heures de panique, enregistrées dans certaines zones métropolitaines de Port-au-Prince, plus précisément à Delmas. La situation s’est soldée par la démonstration du groupe armé baptisé «Fantom 509». Barricades, pneus enflammés et tirs nourris ont émaillé ces heures de tensions qui ont conduit à la fermeture des entreprises publiques et privées. La situation s’est soldée au niveau de Delmas 31 par l’affrontement entre les membres du Fantom 509 et des agents de l’Unité de Maintien de l’Ordre (UDMO). Bilan partiel, un mort et un blessé dans les rangs de l’UDMO. Il s’agit de Mistral Pierre, succombé sous le coup des projectiles, lors des échanges de tirs, et un nommé Dominique, blessé grièvement par balles, a été transporté à l’hôpital pour des soins d’urgences que nécessite son cas.

La PNH : entre feux d’armes et feu (incendie)

À la suite de l’incendie qui s’est déclarée, dans la nuit du 19 au 20 mars 2021, au dortoir des policiers affectés à la Garde-Côte haïtienne, à la base d’Amiral Killick à Carrefour, le Directeur Général a. i. de la PNH s’est rendu sur les lieux pour évaluer l’ampleur des dégâts causés par cet incendie. Il est important de souligner qu’un choc électrique serait à la base de cet événement, à en croire le Commissaire divisionnaire, Jean Pedro.

Haïti Politique / Réaction / Drame de la PNH

Une avalanche de réactions a eu lieu, après l’opération, sans succès, menée par les forces de l’ordre de la Police Nationale d’Haïti, au niveau du quartier de Village-de-Dieu, à l’entrée sud de la capitale, qui a coûté la vie à cinq policiers, le vendredi 12 mars dernier.

Joint au téléphone, le Coordonnateur général du parti politique haïtien FOCED, Robert Canga, n’a pas caché ses mots pour dénoncer l’incompétence et l’amateurisme des agents de la PNH, au cours de cette intervention. Selon l’ancien militaire des forces armées américaines, la responsabilité morale et pénale incombe au Président de la République qui, selon lui, est de mèche avec les réseaux de gangs du pays. Il souligne qu’il est impératif que les circonstances entourant ce drame soient éclaircies et que les personnes impliquées à ce carnage soient sanctionnées rigoureusement, ce, conformément à la loi.

Optant pour une nouvelle orientation de la classe politique, le numéro 1 de FOCED invite donc les leaders de l’opposition à adopter de nouvelles stratégies conduisant au départ imminent du Président Jovenel Moïse du pouvoir. À son avis, ce dernier ne veut pas faire marche arrière, dans son projet de dictature.

Tension à Petit-Goâve

La ville de Petit-Goâve a connu des moments de tensions, au cours de cette semaine. Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues de la ville, en signe de solidarité avec les agents de la Police Nationale d’Haïti, tués le vendredi 12 mars dernier, dans le cadre d’une opération émaillée d’échecs à Village-de-Dieu.

Les protestataires ont érigé des pneus enflammés sur plusieurs artères. Ils sont montés au créneau pour dire non au phénomène du kidnapping, non à la criminalité organisée, non au retour à la dictature.

Dans la foulée, il est important de souligner que le Président de facto de la République, Jovenel Moïse, pour calmer la fureur de la population petit-goâvienne, a effectué une visite nocturne dans la cité soulouquoise, le samedi 20 mars dernier, où il a pu s’entretenir avec Madame Marie Carlyne Sanon, femme de l’agent SWAT, Ariel Poulard, succombé, lors de l’opération policière à Village-de-Dieu.

Jovenel Moïse aurait promis à la dame, que l’institution policière l’accompagnerait et que le cadavre de son mari serait retrouvé.

La délégation a laissé la ville sous le choc et la mobilisation de la population. Des billets de mille gourdes, distribués, ont été déchirés par les militants de la commune, pire encore, des pierres ont été lancées dans la direction de cette délégation.

Le maire de Santiago veut l’expulsion des Haïtiens

Abel Martínez, le maire de Santiago, a demandé au Gouvernement dominicain d’expulser tous les ressortissants haïtiens illégaux de la République Dominicaine. «Il serait important que nos autorités, qui ont annoncé la construction d’une double clôture à la frontière, soient plus que claires. La première tâche est d’expulser les milliers d’Haïtiens clandestins sur notre territoire et, ainsi, de se conformer à la loi sur les migrations.»

COVID-19 : vaccination en Haïti

La vaccination contre le coronavirus ne sera pas obligatoire en Haïti, selon un décret présidentiel, publié cette semaine, qui fait état de l’approbation du Conseil des Ministres d’autoriser le ministère de la Santé Publique, à demander et à réceptionner les vaccins anti-COVID. Selon ce décret, les personnes intéressées à se faire vacciner devront signer un formulaire de désistement de toute poursuite contre les fabricants et l’État haïtien, en cas de manifestations d’effets indésirables graves, à la suite de l’administration du vaccin.

Ambassade en RD : décès de Mme Anne-Marie Sadin François

Le Consulat d’Haïti à Barahona, en Répubique Dominicaine, a appris avec consternation, la triste nouvelle du décès de Mme Anne Marie Sadin François, Conseillère à l’Ambassade d’Haïti à Santo Domingo, survenue le 14 mars dernier, après une maladie courageusement supportée. En cette pénible circonstance, les membres de la mission adressent leurs sincères condoléances aux parents et amis affectés par ce deuil.

3 membres du gang «5 Secondes» arrêtés

Le mercredi 17 mars, 3 présumés membres du gang «5 Secondes» opérant à Village-de-Dieu ont été appréhendés par les autorités judiciaires et policières des Cayes. Ces trois individus répondent au nom de Hilaire Michelin, Gaspard Roberto et Delille Guerson.

Après 1 mois, les juges toujours en grève

Un mois après l’appel à la grève, lancé par les associations de magistrats, les juges haïtiens sont toujours en grève. Ces derniers entendent forcer le Président Jovenel Moïse à respecter la Constitution. Les quatre associations de juges du pays reprochent au Président Jovenel Moïse l’arrestation illégale du juge Yvickel Dabrésil, la mise à la retraite de trois juges de la Cour de Cassation et la nomination de trois autres, en violation de la Constitution.

Carrefour : une seconde turbine au gaz, installée

«La seconde turbine de la nouvelle centrale électrique de Carrefour est mise en place. Bientôt, 60 MW additionnels d’électricité sur la région métropolitaine de Port-au-Prince», informe Dr. Evenson Calixte, de l’Autorité Nationale de Régulation du Secteur de l’Énergie (ANARSE).

3 Centres GHESKIO fermés, faute de cas de COVID19

Le Dr Pape, spécialiste en maladies infectieuses, affirme que la pandémie du coronavirus est en déclin en Haïti. Il révèle que les 3 centres GHESKIO ont été fermés, étant donné qu’il n’y a eu aucun cas depuis 3 mois dans ces centres.

RD : documentation des immigrants haïtiens

Smith Augustin, l’Ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine, a eu une fructueuse rencontre avec les chefs de mission de l’UNICEF et de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) d’Haïti et de la République Dominicaine, en vue du renforcement de la coopération avec l’Ambassade d’Haïti en RD, en matière de documentation des immigrants haïtiens vivant sur le territoire dominicain.

Révocation au sein de la PNH

Après l’échec de l’opération antigang, le 12 mars dernier, à Village-de-Dieu, qui a fait 12 victimes dans les rangs de la police, le Commissaire divisionnaire, Paul Ménard, a été révoqué. Il est remplacé par le Commissaire divisionnaire, Joël Casséus.

Transferts : perte mensuelle de 4 milliards

L’ancien Gouverneur de la banque centrale, l’économiste Fritz Alphonse Jean, rappelle que les transferts de la diaspora vers les familles en Haïti se situent en moyenne autour de 260 millions de dollars par mois et que l’écart entre le taux de référence de la Banque de la République d’Haïti (BRH) et le taux de transaction est de 15 gourdes, ce qui représente chaque mois une perte totale d’environ 4 milliards de gourdes pour les bénéficiaires.

Un Haïtien recherché, arrêté en RD

Recherché en Haïti, notamment pour fraude et possession de marijuana, Saintyl James, de nationalité haïtienne, a été arrêté au poste de contrôle «El Callejón de Nanguito», à Dajabón, par des membres du Corps Spécialisé pour la Sécurité des Frontières terrestres (CESFRONT). Il a été remis aux services de migration pour son transfert ultérieur à la Police Nationale Haïtienne (PNH).

Bac des recalés : cap sur les corrections

La 1ère session des recalés du bac, de l’année académique 2020-2021, a pris fin le jeudi 18 mars 2021. Selon les rapports reçus des Directions Départementales d’Éducation, aucun incident n’est à déplorer durant le déroulement des épreuves du bac permanent qui se sont déroulées du 15 au 18 mars. Le cap est déjà mis sur le processus de traitement et de correction des copies, afin que les résultats soient communiqués dans le meilleur délai, informe le ministère de l’Éducation.

#FreeHaiti, un nouvel hashtag de solidarité à Haïti

FreeHaiti (#Libere Ayiti), c’est le nouvel hashtag en vogue pour exprimer l’indignation des internautes d’Haïti, après l’assassinat d’au moins six policiers de la PNH, tués lors d’une opération ratée dans le quartier de Village-de-Dieu, le vendredi 12 mars 2021. Les images des policiers nationaux tués et les corps humiliés ont fait le tour des réseaux sociaux, à la mi-journée du vendredi 12 mars 2021. Ce qui a provoqué une vague de réactions, les unes plus émotives que d’autres. «Quand la réalité est plus choquante qu’une fiction Hollywoodienne. #RIP Standley Eugène, Ariel Poulard, Georges Renoit, Alexis Georges Vivender, Wislet Désilus, mes condoléances les plus attristées. I’m still looking for a sign of unity. #lunionfaitlaforce», a tweeté l’acteur hollywoodien d’origine haïtienne, Jimmy Jean-Louis, accompagnant son tweet avec les photos des policiers victimes. Avec cet hashtag, les internautes cherchent la solidarité internationale, en identifiant des personnes et instances d’influences dans le monde, dont des stars, médias et clubs de football étrangers, et en accompagnant leurs tweets des douleurs que traverse la population haïtienne actuellement dont: la criminalité, la corruption, la vie chère, l’inégalité sociale, entre autres.

Mobilisation de solidarité avec des policiers à Jérémie

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté, le jeudi 18 mars, dans la ville de Jérémie, afin de se solidariser aux agents de la Police Nationale d’Haïti qui exigent la récupération des corps des policiers tués, lors de l’opération du 12 mars 2021, au Village-de-Dieu. Les manifestants en ont profité pour exiger le départ de Jovenel Moïse. Cette manifestation a eu la collaboration des policiers cantonnés dans la première ville du département de la Grand’Anse.

Le SPNH-17 appelle les policiers à la revendication

Dans une note rendue publique, le Syndicat de la Police Nationale d’Haïti (SPNH-17) a critiqué le haut commandement de la PNH pour avoir choisi de récupérer un véhicule blindé, au lieu des cadavres des policiers tués lors de l’opération du vendredi 12 mars. La coordination dudit syndicat critique le manque de transparence du directeur général, Léon Charles, sur le cas du policier Lucdor Pierre, et demande aux policiers de revendiquer pour un réel changement au niveau du commandement de l’institution. Parallèlement, le Coordonnateur général du Syndicat de la Police Nationale (SPNH-17), Jean Elder Lundi, a exigé des sanctions contre toutes les autorités qui ont participé à la planification et à l’exécution de l’opération du 12 mars 2021 à Village-de-Dieu, laquelle a conduit à la mort de quatre policiers. Le syndicaliste donne jusqu’à vendredi, au haut commandement de la Police Nationale d’Haïti, pour récupérer les corps de leurs frères d’armes. Il exige que la lumière soit faite sur le cas du policier dénommé Animal.

L’administration Biden réagit à la mort des policiers

L’assistante par intérim du secrétaire d’État américain, Julie Chung, a qualifié l’assassinat des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH), au Village-de-Dieu, «d’acte ignoble qui met en évidence les grands défis de l’insécurité en Haïti». «Nous appelons le gouvernement haïtien à fournir à la police les ressources nécessaires pour protéger le peuple haïtien des gangs», a-t-elle écrit sur Twitter. Par ailleurs, l’assistante du secrétaire d’État au bureau de l’hémisphère Ouest, Julie Chung, a aussi exhorté le chef de l’État à initier un dialogue avec les parties prenantes, dans le souci de mettre fin à la crise politique qui paralyse le pays. Elle a aussi évoqué la stabilité politique nécessaire à l’organisation des élections en 2021.

Les Cayes exigent le départ de Jovenel Moïse

Durant deux journées consécutives, plusieurs dizaines de manifestants ont gagné les rues dans la ville des Cayes, les 18 et 19 mars, pour exprimer leur solidarité envers les agents de la Police nationale d’Haïti (PNH). Érigeant des pneus enflammés sur plusieurs artères, les manifestants se sont montrés très hostiles au pouvoir en place. Les protestataires exigent même le départ de Jovenel Moïse.

L’ancien sénateur Steven Benoît critique le nouveau décret gouvernemental

L’ancien sénateur, Steven Benoît, critique le nouveau décret modifiant certaines dispositions de la loi du 15 avril 2010 portant amendement de la loi sur l’état d’urgence du 9 septembre 2008. Mis à part le fait qu’une loi ne peut pas être modifiée par un décret, Steven Benoît accuse le chef de l’État de vouloir s’octroyer le plein pouvoir, afin d’appliquer des procédures célères de déblocage de fonds.

Pain d’espoir, préoccupé par l’effet de la crise sur l’éducation

La Fondation Pain d’Espoir, dans un communiqué, s’est dit très préoccupée par l’impact des crises socioéconomiques et politiques sur l’éducation et le développement des enfants en Haïti. Elle attire l’attention des autorités haïtiennes sur les perturbations provoquées par les périodes de «peyi lòk» en 2019 et par la crise sanitaire mondiale, en 2020, qui ont affecté tous les enfants, avec des conséquences particulièrement graves et dévastatrices pour les enfants issus de milieux économiques défavorisés.

MPP et MPNKP contre l’accaparement de terres des paysans

Le Mouvman Peyizan Papaye (MPP) et le Mouvman Peyizan Nasyonal Kongrè Papay (MPNKP) organisent, du 18 au 20 mars 2021, à Papaye, un colloque sur l’accaparement de terres en Haïti. Une marche, contre l’accaparement des terres et le pillage des biens des familles paysannes, est aussi prévue. Ces mobilisations visent à mettre un frein aux actions criminelles perpétrées sur la ferme de Papaye et à renforcer le processus de lutte contre ce phénomène d’accaparement des terres, espèrent le Mouvman Peyizan Papay et le Mouvman Peyizan Nasyonal Kongrè Papay.

Confiscation de produits alimentaires avariés aux Cayes

Le ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI) a annoncé avoir procédé à la saisie de plusieurs produits alimentaires avariés dans le département du Sud. «Des produits avariés ont été saisis dans certains supermarchés de la ville des Cayes, à la suite des inspections réalisées, ce mercredi 17 mars 2021», fait savoir le ministère, sur sa page Facebook. Les responsables ont annoncé qu’un procès-verbal a été déposé au cabinet du commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance, pour les suites nécessaires.

Deux gagnants dans l’Ouest de Konbit pou chanjman

Lors d’une cérémonie tenue ce vendredi 12 mars à l’hôtel Marriott, la Fondation DIGICEL a présenté au grand public les noms des deux gagnants de la 4e édition de la campagne: «Konbit pou chanjman» pour le département de l’Ouest. Sur les 5 finalistes, le jury a sélectionné les projets du Collège Saint-Pierre et de l’Association des Paysans de Bonne Volonté (APBV) qui ont empoché chacun un chèque d’un million de gourdes.La 4e édition de la campagne «Konbit pou chanjman» est un pari gagné, pour la Fondation DIGICEL qui a lancé cette campagne annuelle en pleine période de COVID-19, en juin 2020. Tout comme les éditions précédentes, les organisations ont à nouveau démontré leur enthousiasme pour participer à la campagne, en soumettant des centaines de projets, les uns différents des autres. «Ainsi, 316 organisations ont soumis leur application. Après une première sélection de 64 projets, des visites de terrain ont eu lieu à travers les dix départements géographiques du pays, afin de constater la pertinence des projets, les besoins des communautés et la solidité des organisations», a fait savoir Sophia Stransky, directrice exécutive de la Fondation DIGICEL.

Trois cents ans d’existence d’Anse-à-Veau

Anse-à-Veau, ville martyre, commémore, cette année, ses 300 ans d’existence. Fondée en 1721. La ville a connu cyclones à répétition, incendies et non des moindres, un tremblement de terre qui l’a pratiquement rayée de la carte.

Altidor Jean Hervé / Prinvil Smith / Destra Cleenton

Articles Similaires

Back to top button