acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeInsécurité & Banditisme

Haïti-Sécurité : faut-il éliminer Village-de-Dieu parce qu’il n’y aurait pas d’innocents, là-bas ?

Le besoin de sécurité est devenu une priorité pour toute personne qui habite en Haïti, car s’y déplacer est un effort de trop. Le pays est gangstérisé par l’État et la bourgeoisie. Chaque quartier est un foyer de gangs armés.

Depuis le règne de Arnel Joseph, évadé récemment de la prison civile de la Croix-des-Bouquets, puis tué à l’Estère, Village-de-Dieu, quartier précaire de l’entrée Sud de la Capitale Port-au-Prince, est un nom qui fait grand bruit, dans tous les médias, pour son degré de criminalité. Des conflits de gangs incessants, des cas de kidnapping ont été souvent répertoriés dans ce quartier. Village-de-Dieu est devenu un abattoir d’humains à ciel ouvert, en plein cœur de la Ville. Mais, la population est obligée d’emprunter cette voie pour vaquer à ses occupations, très souvent, sous des tirs d’armes automatiques.

En effet, pour tenter de faire régner l’ordre et la paix dans ce petit quartier dit de non-droit ou bidonville, la Police Nationale d’Haïti, dans sa mission de protéger et servir, mène des opérations pour déloger les gangs. À chaque fois, la Police essuie des échecs. Son bilan reste toujours dans l’insatisfaction générale. Parlons plutôt de bilans nuls, sans arrestation, sans la saisie d’armes et de matériels, sans avoir forcé les gangs armés à vider les lieux. Au contraire, la PNH perd souvent des matériels et des équipements.

Ce 12 mars 2021 fut marquée par un échec total des forces policières du pays. En effet, lors d’une opération des forces spécialisées de la Police Nationale d’Haïti, les SWAT et BOID, en particulier, qui ont voulu, pour une fois, déloger les gangs armés de la «Base 5 Secondes» à Village-de-Dieu qui vient de fêter ses 3 années, leur échec était vu de tous. En fait, il s’agit de 4 policiers tués et aussi de leur corps qui ont été humiliés devant les écrans. De nombreux autres policiers ont été blessés. Des chars blindés, des armes à feu et autres équipements saisis par les bandits. Ce fut donc un échec total de la Police. Ce fut même une humiliation de trop.

Cette situation, vue par les images et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, a suscité de vives réactions et de nombreux commentaires. Des messages de sympathie ont été adressés à l’institution policière, aux familles, aux amis et aux collègues affectés par la mort tragique et humiliante de chacune des victimes. La population s’indignait. L’émotion excessive et l’incompréhension de la réalité des bidonvilles ont amené à prôner un discours de haine : il n’y a pas d’innocents là-bas, il faut qu’on le détruise totalement. La question à se poser, pour résoudre le problème des gangs armés, est la suivante : faut-il éliminer Village-de-Dieu?

Il n’y a pas d’innocents à Village-de-Dieu, un discours haineux de trop

D’emblée, il est à rappeler que Village-de-Dieu est un des bidonvilles du pays. En fait, ce n’est nullement le seul lieu où des gangs armés se réfugient pour semer la terreur. Il est aussi le résultat de la complicité de l’État qui promeut les gangs pour des retombées électorales. Mais ceci n’empêche pas de pleurer la mort tragique et humiliante des policiers à Village-de-Dieu, ce 12 mars 2021. C’est un fait révoltant, indignant et inacceptable. La conscience collective devrait se réveiller. Mais en nous laissant guider par l’émotion excessive et en disant qu’il n’y a pas d’innocents à Village-de-Dieu, c’est faire un plus grand mal à la société. Ce discours haineux tient à ranger la population civile auprès des gangs armés. Elle va s’appuyer sur ceux qui sont les plus proches, les gangs armés. Car étant consciente qu’elle est innocente, elle va passer pour complice et coupable, pour se protéger.

En effet, il est trop facile de dire qu’il n’y a pas d’innocents à Village-de-Dieu. Un tel discours montre comment on ne comprend pas la réalité des bidonvilles et de ses habitants, comment se fait la prolifération de ces bidonvilles, et j’en passe. En fait, habiter un bidonville et vivre quotidiennement les activités des gangs armés ne signifie nullement que vous êtes de ces gangs armés ou complices. Il ne signifie pas non plus que vous les supporter dans leurs démarches. Ceux et celles qui diffusent les discours de haine, en demandant d’exploser Village-de-Dieu, font semblant d’ignorer qu’il y a des innocents là-bas. Ils sont d’ailleurs plus nombreux que les gangs armés. Ils ne sont pas complices, ils vivent leur traumatisme. Abstenez-vous donc de tenir vos discours de haine.

Je pourrais vous dire plus. Hélas ! Vous comprendrez qu’il y a des innocents à Village-de-Dieu, quand on vous rappellera que Grégory Saint-Hilaire, étudiant assassiné à l’École Normale Supérieure, y habitait. De plus, comment voulez-vous qu’un groupe de citoyens sans défense (armes, munitions, formation, etc.) combattent des bandits notoirement connus, et qui se disent souvent alimentés par les bourgeois et les politiques ? Comment voulez-vous qu’ils combattent des bandits armés qui mettent souvent la Police en déroute, avec des chars blindés, des armes à feu, des formations, de la planification, un salaire, des primes, etc. ???

En conclusion, des innocents habitent encore à Village-de-Dieu, à Cité-Soleil, à Canaan, à Bel-Air, à Grand-ravine, à Martissant, à Solino, à Raboteau, à Shada, à Delmas 2, à Savien, à la Saline, etc. Village-de-Dieu n’est pas à éliminer. C’est plutôt la société haïtienne qui est dans l’urgence d’être reconstruite, dans son ensemble.

C’est maintenant qu’il faut arrêter vos discours de haine !!!

Job Pierre Louis

jobpierrelouis.kas@gmail.com

Articles Similaires

Back to top button