" "
acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

Mesures gouvernementales de façade et le kidnapping d’État

Afin, disent-ils, de faire face aux nombreux cas d’enlèvement contre rançon, les autorités gouvernementales ont annoncé une série de mesures. Parmi elles, celle sur l’annulation du droit de teinte des vitres de véhicules, fixé à 10 000 gourdes, dans le « décret de budget » de l’exercice 2020-2021, fait grand débat dans la société. Si certains sont disposés à faire des sacrifices pour réduire la vulnérabilité de tous et de chacun face à des kidnappeurs qui utilisent souvent des véhicules aux vitres teintées, d’autres s’offusquent et dézinguent le gouvernement, évoquant que la manière pose un problème.

Le Centre d’analyse et de Recherche en Droits Humains (CARDH) a publié son bulletin numéro 2. Dans ce rapport, le CARDH dresse un tableau sombre du bilan des cas de kidnapping enregistrés dans le pays, depuis le début de l’année 2021. «Pour le mois de février 2021, au moins 50 cas de kidnapping ont été recensés, contre 60 pour le mois de janvier, soit 110 pour les deux premiers mois de l’année. On peut constater une faible baisse par rapport au mois de janvier, mais toujours une hausse hypothétique considérable pour 2021, vu que 51 cas avaient été répertoriés pour le premier trimestre de 2020», a indiqué le CARDH.

Pour lutter contre cette hausse dans le nombre de cas de kidnapping, les autorités ont adopté une série de mesures. Ces mesures, selon l’ex-colonel Himmler Rebu, ne pourront résoudre ce problème. «J’ai pris connaissance du train de mesures que vous avez prises dans votre communiqué 012, rendu public le 3 mars 2021. Tout en les approuvant, j’aimerais vous faire les remarques suivantes», a, d’emblée, écrit l’homme politique, dans une lettre adressée au premier ministre de facto, Joseph Jouthe.

Le spécialiste en sécurité évoque la contrainte du temps comme obstacle potentiel, tout en lui conseillant un renforcement du dispositif préventif sur la voie publique.

" "

« –        Le délai accordé aux citoyens devrait être d’une semaine au moins.

  • Le verrouillage des avenues d’approche des espaces connus comme étant des sites de réception et de détention des kidnappés ;
  • Le quadrillage effectif de l’espace territorial par la double structure invisible et visible de la sécurité publique.»

L’ex-secrétaire d’État à la Sécurité publique dit croire que ces mesures serviraient à rétablir la confiance rompue.

Himmler Rebu a tout de même évoqué des problèmes d’ordre technique, concernant le communiqué qui ne tient pas compte des véhicules aux «privacy glasses»: Vitres de manufacture. «Aucune exemption ne devrait être faite, sauf pour les véhicules faisant partie des convois du Président de la République et du Premier ministre. Les vitres des voitures des officiels doivent être déteintes. Elles évoluent, dans la grande majorité des cas, en dehors du contrôle de ces officiels. Les véhicules du corps diplomatique et consulaire ne devraient pas être épargnés de la mesure, sauf celles portant immatriculation de la République dominicaine avec obligation de rabaisser les vitres, en cas de contrôle policier, avec, bien entendu, la restriction d’accès aux espaces intérieurs desdits véhicules, » a déclaré Himmler Rebu, dans sa lettre.

Parallèlement la Police nationale d’Haïti (PNH) a annoncé, le mercredi 3 mars, un nouveau numéro d’urgence où les gens peuvent appeler pour signaler des cas d’enlèvement de leur proche ou de toute autre personne. La PNH a présenté cette mesure comme les nouvelles dispositions du directeur général a. i. de la Police nationale d’Haïti, Léon Charles, pour combattre le kidnapping dans le pays.

Après que le Comité national des résidents des hôpitaux publics universitaires d’Haïti eurent informé, dans une note publiée le mardi 2 mars 2021, qu’en soutien aux proches, familles et amis du Dr Pady, tué le dimanche 28 février 2021, un arrêt de travail sera observé par les résidents des différents services de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH), l’hôpital universitaire La Paix, l’hôpital Justinien du Cap, du sanatorium de Port-au-Prince, de la maternité Isaïe Jeanty et de Léon Audain, les professionnels du secteur de la santé ont organisé une marche, le dimanche 7 mars, contre l’insécurité et la multiplication des cas de kidnapping, au cœur de la capitale. La manifestation a commencé devant l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH), avant de se rendre sur la route de Delmas en passant par le carrefour de l’aéroport, pour finir sur la place de Canapé Vert.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker