acceuilActualitésciences et santé

La gestion du stress, effets sur la santé

Comment développer un locus de contrôle interne

Des recherches ont montré que ceux qui ont un locus de contrôle interne – c’est-à-dire qu’ils sentent qu’ils contrôlent leur propre destin, plutôt que leur destin étant largement déterminé par des forces extérieures – ont tendance à être plus heureux, moins déprimés et moins stressés. Il est vrai que bon nombre des facteurs de stress, auxquels nous sommes confrontés dans la vie, sont largement indépendants de notre volonté, même si nous pouvons encore faire face à ces choses, en ajustant notre façon de les penser, en travaillant sur notre résilience personnelle et en nous concentrant sur ce que nous pouvons contrôler. D’autres fois, soit nous avons le contrôle sur ce à quoi nous sommes confrontés, soit nous avons plus de contrôle que nous ne le pensons.

Lorsque nous reconnaissons ce que nous pouvons contrôler, nous nous sentons plus autonomes. Donc, avoir une vision réaliste de la vie et un locus de contrôle interne peuvent nous aider à nous sentir moins stressés et plus autonomes, dans de nombreuses situations de la vie. Heureusement, bien que certains facteurs soient innés, si votre locus de contrôle n’est pas aussi «interne» que vous le souhaiteriez, il y a des choses que vous pouvez faire pour changer votre locus de contrôle et vous autonomiser. Voici un processus pour pratiquer:

Soyez conscient que vous avez le choix

Lorsque vous réalisez que vous avez toujours le choix de changer votre situation (même si ce changement n’est pas votre premier choix, ou n’est qu’un changement dans votre façon de voir les choses), cela peut être libérateur et responsabilisant.

Il est vrai que lorsque vous rencontrez un stress extrême ou des problèmes de santé mentale, vous ne pourrez peut-être pas simplement choisir de faire disparaître vos défis, mais vous pouvez choisir les façons que vous trouvez utile et vous pouvez choisir ce que vous faites pour y faire face. Même si vous n’aimez pas les choix disponibles, pour le moment, même si le seul changement que vous pouvez faire est dans votre attitude, vous avez toujours des choix.

Éliminez progressivement les expressions telles que «Je n’ai pas le choix» et «Je ne peux pas…». Vous pouvez les remplacer par «Je choisis de ne pas le faire» ou «Je n’aime pas mes choix, mais je le ferai…» Réaliser et reconnaître que vous avez toujours le choix (même si les choix ne sont pas idéaux) peut vous aider à changer votre situation, ou l’accepter plus facilement, si c’est vraiment la meilleure de toutes les options disponibles.

Passez en revue vos options

Lorsque vous vous sentez pris au piège, dressez une liste de toutes les actions possibles. Faites un remue-méninges et écrivez les choses sans les évaluer au préalable, afin de devenir plus à même d’exploiter votre créativité. Cette liste peut être un document grandissant, pas quelque chose que vous devez trouver en quelques secondes, mais elle peut être utile pour vous rappeler vos choix et vous empêcher de vous sentir piégé. Cela peut vous rappeler ce que vous pouvez contrôler, même lorsque de nombreux éléments sont définis.

Demandez des idées

Vous voudrez peut-être également faire un remue-méninges avec un ami, pour obtenir d’autres idées d’action que vous n’avez peut-être pas envisagées au départ. N’abattez pas non plus ces idées tout de suite ; écrivez-les simplement. Parfois, nos proches ont de bonnes idées ou peuvent voir des options que nous ne pouvons pas voir, lorsque nous venons d’un état d’esprit stressé ou piégé.

Choisissez ce qui vous convient le mieux

Lorsque vous en avez une liste, évaluez chacune d’entre elles et décidez du meilleur plan d’action pour vous, et gardez les autres à l’esprit comme options alternatives. Vous pouvez vous retrouver avec la même réponse que vous aviez avant la séance de brainstorming, mais cet exercice peut vous ouvrir les yeux sur la quantité de choix que vous avez dans une situation donnée. Ainsi, voir de nouvelles possibilités deviendra plus une habitude

Souvenez-vous de vos choix

Répétez cette pratique, lorsque vous vous sentez pris au piège de situations frustrantes dans votre vie. Dans des situations quotidiennes plus décontractées, vous pouvez toujours élargir votre esprit à de nouvelles possibilités, en le faisant rapidement et mentalement.

Surveillez votre langage et vos conversations personnelles

Remarquez votre langage et votre discours intérieur. Si vous avez tendance à parler de manière absolue, arrêtez. Si votre discours intérieur est généralement négatif, essayez de le rendre plus positif. Votre attitude affecte votre niveau de stress, plus que vous ne le pensez. Vous pouvez apprendre à vous aider avec les facteurs mentaux et de personnalité qui influencent votre niveau de stress, afin de pouvoir apporter des changements pour réduire le stress.

La thérapie cognitivo–comportementale, qui repose sur l’idée que des problèmes psychologiques surviennent en raison de la façon dont nous interprétons ou évaluons les situations, les pensées et les sentiments, ainsi que nos comportements, peut également vous aider à remettre en question et à changer le discours intérieur négatif.

Dr. Isoux Jr Jérôme Psy.D. Psychologist & Neuropsychologist

Articles Similaires

Back to top button