acceuilCulture & Société

” Froid aux yeux ! “

Sous l’influence du froid

Personne ne peut être vu.

Je ne sais pas pour toi

Mais pour moi,

C’est comme ça !

L’hiver va et vient

Comme Pâques en Carême,

Avec son costume de bête,

Assoiffée d’excitation

Pour la puberté de sentir

Sous les griffes de sa propre confusion

Brisant les chaînes de la liberté

En faveur de loa acquis et non hérités

La désobéissance des lois sacrées,

Comme, par exemple, celle de la liberté.

Avec tout son poids,

Comme on porte tous sa croix

Pour mieux se frayer une voie

En vue de faire éclater sa voix

Il se fait mendiant d’excitation

Cherchant à éviter la confusion

Hors toutes vigilances

Dans la fuite de ses émotions

Dans les profondeurs de la forêt

En vue de la reconquête de sa terreur.

Ce qui va se passer,

Peut-être très bientôt,

Personne ne le sait.

Car ce vaccin

Qu’on se veut dans notre sein injecter

Mon petit doigt

En communion avec mes droits

Me dit qu’il n’est pas sain

Cherchant à tout prix à nous sucer le sein.

Cependant, ne perdons pas la foi

Ce jour des rois viendra

Où plus d’une fois

Nous serons sains et saufs à la maison.

Comme au banquet d’un roi

Mangeant à notre fin

Sans du monde penser à la fin

Mais définitivement combattre la faim

Pour enfin du bonheur en respirer le parfum !

Bien qu’impuissant

D’un côté à l’autre

Rien ne nous empêchera de bouger

On vaquera à nos besoins, sans danger,

Sans avoir à chacun de nos pas

Compter sur les doigts

Le nombre de fois

Qu’on peut jouir de l’orgasme d’une randonnée,

Peut-être pendant des mois,

Sans risque de s’infecter,

Mais plutôt de nous désinfecter.

Ainsi va la vie

À chacun sa croyance et sa vérité

Mais la réalité on ne peut que la partager

Il s’agit là d’une vérité

Que personne ne peut défier

Si bien qu’elle nous est à tous commune,

Soit sous forme d’union ou de division.

En tout cas,

C’est le propre d’Ayiti,

Ce pays merveilleux en grandeur d’âme,

Avec le cœur comme seule efficace arme

Et curieux en confusions.

Oui Ayiti, ce pays où les gens ne vivent,

Mais plutôt vivotent,

Ou tout simplement ont la vie.

Oui, chacun porte en soi ses États-Unis

Mais est à la recherche d’au fond de lui

Sa petite et adorable Ayiti

Ses villes, brillant de noirceur

Dans les journées de terreur

Qui la nuit éclaire

Du désir d’un lendemain meilleur.

Cette terre de mystères

Qu’est-ce qui nous fait voir d’un seul œil

Crier fort

Tracer le vèvè (arabesque) de liberté,

De dignité et d’humanité,

Au son du asson qui nous fait chanter

Et grouiller au rythme du Rara,

Des fêtes champêtres et à Léogâne

Comme pour annoncer le malheur,

Sans le moindre leurre,

Car, des cascades de pleurs

Ils en feront leur beurre,

Sans la moindre frayeur.

On reviendra à la case de départ,

Où tout a commencé,

En vue de repartir d’un bien meilleur pied.

L’Alma Mater par Ayiti a été ravi à l’Afrique,

Sans quête de fric

Par un élan aux yeux et Dieux de liberté authentique.

C’est là qu’elle a été créée

Pour la première fois

Dans toute l’histoire de l’humanité,

La vraie notion de liberté

Et des droits inaliénables

Dont nous avions été privés.

Ces droits qui ne sont point des attributs,

Qu’on inflige maladroitement comme des abus

Mais comme sous nos mitrailles

Et nos obus

Nous en avions faits des vertus.

Et c’est ce qui lui a donné tout son sens

Aux merveilles de notre réalisme

Dont ils ne parviennent à en saisir l’essence.

Allez, venez, si, ici, là,

Dans ce pays des merveilles.

Les amis, du monde entier

Oui, ici, là

Où ne peut que vous rendre

Sans aucune ambiguïté

L’abondance du cœur

Par l’acte sublime de contrition

Et de l’ultime repentance.

En dehors de ça

Il n’y a pas de loi supérieure.

Que nous soyons vigilants

Ou, insensés !

Et, on n’en est pas obligé,

C’est un choix délibéré.

Car, si on peut oser s’indigner

C’est qu’il nous reste encore de l’humanité !

Et le sang de nos ancêtres n’aura été versé

Que pour faire fructifier nos champs de liberté,

De fierté, d’intégrité et de dignité.

22/02/2021

Kmi-Lingus

—————————————————————————————————————————

Jean Camille ETIENNE, Arch.Msc.en Politique et Gestion de l’ Environnement,

Tel:+50931112383 / +50934806432 / +50933564154

E-mails: camilingue@hotmail.com / jeancorreo@yahoo.ie

Articles Similaires

Back to top button