acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

Le métier de Manager d’artiste, dans ses limites

Le monde bouge, aussi de nouveaux métiers voient le jour. Dans tous les secteurs d’activité, avec l’évolution, il est nécessaire de développer de nouveaux métiers, pour encadrer ces secteurs. Ainsi, aucun secteur n’en est exempt. De ce fait, le secteur culturel et artistique, dans son émergence ou son développement, fait surgir de nouveaux métiers. Le manager d’artiste, dans l’exercice de sa profession, rencontre d’énormes difficultés.

En effet, le Manager d’artiste est chargé de mener ou de diriger la carrière artistique d’une personne physique, reconnue comme artiste. Qu’il soit comédien, musicien, chanteur, danseur, etc., et en dehors d’un groupe, l’artiste peut faire le choix de son manager. Ce dernier a la lourde responsabilité de veiller au succès de celui qui lui a confié cette tâche. À ce sujet, le manager d’artiste, en exerçant sa profession, est tenu d’agir dans les intérêts de son artiste. C’est ainsi qu’il doit se développer d’autres compétences et aptitudes, notamment une bonne capacité de négociation et la connaissance du domaine d’activité de son artiste, pour ne pas échouer dans sa mission.

Quant à l’artiste lui-même, il est tenu de travailler très dur et de se surpasser chaque jour. Dans certains domaines, la production est primordiale. Dans tous les cas, entre l’artiste et son manager, un contrat est né, et c’est à partir de ce contrat qu’on définit d’autres points particuliers, notamment le mode et le montant de rémunération.

Il est un fait que tout manager d’artiste doit agir pour permettre à son artiste de progresser, tant sur le plan artistique que sur le plan personnel. Ainsi, le manager d’artiste est amené à prendre de grandes décisions, en tout professionnalisme, au bénéfice de son protégé. Mais cela ne l’empêche pas de faire face à de nombreuses difficultés, et celles-ci peuvent constituer, en partie, des limites du métier de manager d’artiste.

«Quand est-ce qu’on est artiste», est toute une problématique qu’on esquive de notre réflexion, parce qu’on ne va jamais s’en sortir. Par contre, je pourrais dire qu’être artiste, c’est d’abord une auto-proclamation, puis une acceptation par un public ou par ses pairs. De cela, on rencontre la première grande difficulté du manager d’artiste. Il s’agit en effet d’une hiérarchisation de talents, basée, entre autres, sur la carrière et la renommée. Ainsi, le Manager d’artiste, lors des négociations, est confronté à une comparaison d’artistes où son protégé se trouve rarement au sommet de la pyramide. Cela affecte et influence tout le processus de négociation, y compris le prix d’une performance. De plus, le Manager d’artiste est confronté constamment à un double problème: celui d’être directement sollicité pour des performances gratuites de l’artiste, ou de voir l’artiste directement harcelé pour des performances gratuites. Pour le premier cas, la demande se fait généralement sur une base de promotion pour son protégé, et pour le second, c’est le rapport de proximité de l’artiste avec certaines personnes qui rentre en ligne de compte, court-circuitant ainsi le Manager. Dans tous les cas, ce double problème constitue des limites majeures. Et comment?

L’artiste a besoin de promotion pour la valorisation du coût de sa performance. Ainsi une demande de performance qui rentre dans un cadre promotionnel ne serait en aucun cas un problème. Mais aussi l’artiste a besoin de valoriser son talent et d’en vivre. C’est ainsi qu’il est obligé d’être payé pour sa performance. Le dualisme impayé-promotion doit être étudié dans sa plus grande rigueur, afin de faire le meilleur choix, celui le plus bénéfique pour l’artiste et sa carrière.

En dehors d’être artiste, on trouve forcément un être humain qui a une vie sociale, qui développe des rapports avec d’autres personnes, qui conçoit le monde une façon, etc. En fait, l’artiste entretient des relations quotidiennes avec d’autres personnes, amis, camarades et membres de la famille, sans compter le sentiment de redevabilité pour certains services rendus. À cet effet, il est plus facile pour ces personnes de solliciter directement l’artiste pour sa performance. Dans de tels cas, toute négociation serait difficile. De plus, l’artiste est appelé à convaincre, lui-même, son Manager. Et généralement, le Manager accepte la décision de l’artiste et se contente de négocier le minimum, tel que le transport et la ponctualité. Même ces demandes sont difficiles à respecter, puisque l’artiste lui-même manifeste le désir de performer. En cela, le Manager d’artiste est perçu comme un fantôme dans certaines décisions qui sont contraires à sa profession.

Le métier de Manager d’artiste, considéré comme passionnant, exige un ensemble de compétences associées, pour pouvoir mener à bien la carrière d’un artiste, fondée sur la confiance au préalable. Mais le métier de Manager d’artiste est réputé difficile, parce qu’il faut, en dépit de tout, travailler au succès d’une personne. Cela exige la connaissance fine de la personne et de son secteur d’activité. Les contraintes sont énormes. Entre une hiérarchisation d’artiste fondée sur la renommée et la carrière, son acceptation par le public et par ses pairs, une demande de performance en échange de promotion et des performances de l’artiste en rapport avec sa vie sociale, le métier de Manager d’artiste, en clair, fait face à des limites au quotidien. Et c’est ce qui révèle qu’il est un métier exercé dans ses limites.

Pensez-vous qu’il est nécessaire pour un artiste d’avoir un manager?

Job Pierre Louis

jobpierrelouis.kas@gmail.com

Articles Similaires

Back to top button