acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & Finances

Lucmane Délille, humilié et révoqué

Le pompier pyromane, le fanfaron zelé Lucmane Délille a été demis de ses fonctions par l’équipe Jovenel/Jouthe. Ce rablableur, discoureur se croyait qu’il avait été l’un de la famille PHTK. Il menace les dirigeants des organisations de droits humains, il ordonne l’écrasement des mouvements des organisations populaires qu’il qualifie de violents.

Le Jeudi 9 juillet 2020, Lucmane Délile, jusque-là Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, de retour de l’étranger, a été révoqué par le Pouvoir. Comme l’avait annoncé le premier ministre Joseph Jouthe lors de sa visite à l’OPC, le désormais ex ministre de la justice Lucmane Délile a été payé pour la libération des criminels par grâce présidentielle. L’ancien militant anti-lavalas n’aura passé que cinq mois à la tête du ministère de la justice. «Le responsable doit choisir entre démission ou révocation», avait déclaré le chef du gouvernement qui se montrait visiblement choqué par les attaques de Lucmane Délile contre les organisations de droits de l’homme qui avaient dénoncé la libération d’au moins 15 criminels. Il allait mettre en disponibilité les commissaires du gouvernement de la Croix-des-Bouquets et de Jérémie comme pour se déresponsabiliser dans cette affaire qui a scandalisé le Pouvoir.

De retour aux Etats Unis, Lucmane Delille a condamné vigoureusement en conférence de presse, le jeudi 9 juillet, la manifestation dans les rues de Port-au-Prince, de bandits lourdement armés de la nouvelle coalition de gangs «G9 et alliés». «Nous estimons extrêmement grave que des bandits armés gagnent les rues de la capitale pour terroriser de paisibles citoyens. Haïti n’est pas une république bananière où les délinquants peuvent faire ce qu’ils veulent. J’instruis la PNH pour qu’elle traque ces criminels, car c’est révoltant et inacceptable» «M’ pat la m antre» avait déclaré Lucmane Délille, oubliant que ces gangs armés sont l’œuvre du Pouvoir et qu’ils sont les bras armés de Jovenel pour mater toutes revendications des masses populaires. «Mon absence a favorisé le défilé des gangs. Si j’étais là, cela ne serait pas possible». Peu de temps après, sa révocation a été signée. Quelques heures plus tard, le Ministre de la Justice était démis de ses fonctions et remplacé immédiatement par Rockefeller Vincent, ex directeur de l’Unité de Lutte Contre la Corruption comme l’indique l’arrêté présidentiel publié dans le Journal officiel Le Moniteur # 114 du 9 juillet.

S’agit-il d’une sanction du Premier Ministre concernant la présence de détenus sur la liste de grâce de la Présidence qui ne répondaient pas aux critères de libération ou encore la fin d’un conflit interne alors que la situation devenait ces derniers jours de plus en plus tendue entre le Ministre de la Justice de plus en plus difficilement contrôlable, le Premier Ministre et la Présidence.

Révoqué deux fois dans le système pour corruption et incompétence, Rockfeller Vincent, un corrompu patenté, a été nommé Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique. Dans un arrêté en date du 09 juillet 2020, signé par le Premier Ministre Joseph Joute, le citoyen Rockfeller Vincent a été nommé Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique.

Le chef du gouvernement Joseph Jouthe a procédé ce vendredi 10 juillet à l’installation de Me Rockfeller Vincent comme nouveau Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique. Il remplace à ce poste Me Lucmanne Delille, limogé jeudi dans la soirée par le président de la République.

Le chef du gouvernement, Joseph Jouthe, dans ses propos de circonstances a insisté sur les attributions d’un ministre qui ne se résument pas à attaquer des gens ou lancer des menaces ou des paroles mais des actions concrètes en présence du ministre révoqué qui a assisté à la cérémonie d’installation.

Dans la feuille de route confiée au nouveau ministre, le chef du gouvernement lui demande pour une énième fois de lutter contre la détention préventive prolongée, d’utiliser une nouvelle approche vis à vis des manifestants (rencontrer les gens ou une délégation parmi des initiateurs des manifestations devant le ministère). Joseph Jouthe exige aussi un rapport sur le dossier de conflit terrien à Vivy Mitchell.

«J’ai installé ce matin le nouveau ministre de la justice, Me Rockefeller Vincent. Cette installation a une signification particulière pour le Président Jovenel Moïse et moi-même car la sécurité et le respect des droits de l’homme constituent des piliers importants de la politique de mon gouvernement», a écrit l PM Jouthe sur son compte Twitter.

De Lucmane Délille, on retiendra que ses déclarations fracassantes non suivies d’effet contre les bandits de Village de Dieu qu’il avait promis de déloger dans 72 heures comme celles contre les policiers du Groupe 509 qu’il avait qualifiés de terroristes, ses attaques contre les organismes de droits de l’homme, et son mutisme sur le massacre du Pont Rouge.

On retiendra aussi de lui, la dispersion de deux marches pacifiques des organisations de la société civile, dont Nou Pap Dòmi devant le ministère de la justice pour dire non à l’insécurité et oui à la vie. Lors de sa dernière conférence, le jeudi 9 juillet, il avait même tenté de décrédibiliser ces mouvements de protestation en les qualifiant de violents.

Par ailleurs, «Le Chef de la police est un technicien et non un décideur. Si on laissait Normil Rameau faire son travail, tous les bandits changeraient de métier. Mais malheureusement, il se trouve dans un corset» a déclaré Himmler Rebu, ex-colonel des Forces Armées d’Haïti sur les ondes d’une radio de la Capitale.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button