acceuilActualité

Village de Dieu: énième opération échouée

Plusieurs personnes ont été assassinées à Port-au-Prince. Une situation de panique a régné le samedi 29 février 2020, à la rue des Miracles, à proximité de la Cathédrale de Port-au-Prince. Des individus armés, non identifiés, ont ouvert le feu sur des passants et des petites marchandes. Le bilan de cette sanglante attaque, au moins huit (8) personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées. Après leur forfait, les bandits ont pris la poudre d’escampette en motocyclette, sans être inquiétés par la police. Dans la même lignée, au Village de Dieu, à l’entrée sud de la capitale, au moins cinq présumés bandits ont été arrêtés, lors d’une opération policière, le samedi 29 février. Une centaine de policiers, dont des agents d’unités spécialisées, ont été mobilisés. Le porte-parole adjoint de la Police nationale d’Haïti (PNH), l’inspecteur Gary Desrosiers, a fait savoir qu’au moins cinq présumés bandits ont été mis aux arrêts, lors de cette opération policière au Village de Dieu, à l’entrée sud de la capitale. En plus, environ une centaine de policiers dont des agents de huit unités spécialisées de la PNH, ont été mobilisés pour cette opération qui avait débuté vers 7 h AM, pour prendre fin aux environs de 4 h PM, a dit Gary Desrosiers. Des véhicules blindés ont également été mobilisés pour cette opération et ont été la cible de bandits lourdement armés. N’était-ce ces engins, à l’épreuve des balles, la police aurait pu compter des victimes, a-t-il dit, précisant qu’il n’y a eu aucun mort, ni de blessés dans les rangs de la police ou de la population civile. En outre, Gary Desrosiers a aussi confirmé le décès de quatre personnes, lors d’une fusillade, samedi, au centre-ville, au moment où la police menait l’opération au Village de Dieu. Il y a également eu quatre blessés, et trois individus ont été interpellés. Il a aussi révélé la découverte de pas moins de quatre cadavres à Pétion-Ville, dont trois à la rue Lambert. Il s’agit de Noël, ainsi connu, (19 ans), Jonathan Joseph (26 ans) et Brice, ainsi connu, âgé de 52 ans. Les riverains, dit-il, déclaraient qu’il y a eu une fusillade, à la rue Panaméricaine. La police a aussi découvert, le corps sans vie de Jean-Yves Joseph (52 ans), a dit Gary Desrosiers qui renouvelle la détermination des forces de l’ordre à garantir la sécurité des citoyens, avec les moyens dont elles disposent, tout en appelant à la collaboration de la population. De plus, le dimanche 1er mars, dans la localité de Savien, dans le département de l’Artibonite, au moins six personnes ont été tuées dans des affrontements entre gangs armés. Le jeudi 27 février, deux (2) médecins (un obstétricien et un pédiatre) travaillant à l’hôpital Saint-Nicolas de Saint-Marc (Artibonite) ont été enlevés, dans la commune de Delmas, par des individus armés, non-identifiés. En outre, dix-huit (18) panneaux solaires de l’hôpital des Gonaïves ont été volés. Au moins 8 personnes sont en garde à vue dont le frère et le chauffeur du Dr Jude Rénélique, administrateur de l’hôpital. Le mercredi 26 février dans l’après-midi, à Chalon (Miragoâne), deux individus armés, identifiés comme Chrislor Michel et son frère David, ont été tués, lors d’un échange de tirs avec des agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), alors qu’ils tentaient d’échapper aux forces de l’ordre. Ils étaient recherchés pour avoir attaqué un char musical, dans la nuit du 25 au 26 février.

Par ailleurs, le dimanche 1er mars, quatre (4) individus, accusés de kidnapping suivi de l’assassinat de leur otage, en dépit du paiement d’une importante rançon, identifiés comme Joseph Paul, Louis Willy et les frères Rodrigue et «Sayofè» Policier, arrêtés par la Police Nationale d’Haïti (PNH) à «Grabay» une localité de la commune de Boucan Carré (Département du Centre) et emprisonné au commissariat de cette localité ont été victimes de la justice populaire. Suite à ces arrestations, un groupe de résidents, particulièrement en colère et décidés à rendre justice, ont pénétré de force dans le commissariat et se sont emparés des 4 accusés emprisonnés, qu’ils ont ensuite lynchés et brûlés vifs, a confirmé le Juge de Paix, Me Osnack Degrave, soulignant que 6 autres bandits emprisonnés, en ont profité pour s’enfuir.

Emmanuel Saintus

 

Articles Similaires

Back to top button