" "
acceuilActualitéCulture & SociétéPerspective & Politique

Toujours la même rengaine…

Toujours la même rengaine : les banquiers et les ploutocrates locaux envoient la piétaille se battre pour leurs intérêts. Ceux qui prônent la guerre ne la font jamais eux-mêmes. Comme la propagande surréaliste, les vœux pieux des «bonnes âmes» ne font plus désormais qu’envenimer les conflits en cours en Haïti. C’est au front seulement que cette folie intégrale, collective, prendra fin.

Une délégation de dirigeants politiques et d’organisations de la Société Civile a rencontré, le mardi 24 janvier 2023, le représentant de l’Union Européenne (UE) en Haïti, l’Ambassadeur Stefano Gatto, à Pétion-Ville. La situation politique, l’accord du 21 Décembre, l’installation du Haut Conseil de la Transition (HCT), la formation du CEP, entre autres, étaient au menu des discussions.

Une délégation de dirigeants politiques et d’organisations de la société civile haïtienne, notamment des signataires des accords du 11 Septembre 2021 et du 21 Décembre 2022, composée de l’ancienne ministre Marjory Michel, de Joseph Domingue Orgella, de l’ancien sénateur Sorel Jacinthe, du Dr Louis Gérald Gilles et de l’avocat André Michel, a rencontré le mardi, le représentant de l’Union Européenne en Haïti, l’Ambassadeur Stefano Gatto. La rencontre a eu lieu à la résidence privée du diplomate, à Pétion-Ville, et a duré plus de deux heures. Les deux parties étaient satisfaites du déroulement de la rencontre, a fait savoir Me André Michel, au Journal Haïti Progrès.

À en croire le dirigeant politique, les discussions ont porté sur la situation politique haïtienne, l’accord du 21 Décembre, l’installation du Haut Conseil de la Transition (HCT), la formation du CEP, la mise en place de la Cour de Cassation, la révision constitutionnelle, l’organisation des élections et la nécessité d’avoir une force internationale pour mettre les gangs hors d’état de nuire.

La délégation haïtienne, selon Me André Michel, a plaidé pour l’envoi d’une force internationale en Haïti pour aider la PNH et le gouvernement à réaliser la révision constitutionnelle et les élections en Haïti. «Pour la délégation haïtienne, sans cette force internationale, le processus démocratique est voué à l’échec car la révision constitutionnelle et les élections ne seront pas possibles avec les gangs qui contrôlent la zone métropolitaine et le pays en général», a-t-il fait savoir.

Pour sa part, l’Ambassadeur Gatto a donné la garantie que l’Union Européenne (UE) va continuer à accompagner Haïti dans la lutte pour la démocratie et le développement, toujours selon l’homme de loi. Le 11 janvier dernier, le Directoire du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) avait rencontré l’Ambassadeur de France en Haïti, Fabrice Mauriès. Ils avaient notamment échangé sur la situation sécuritaire du pays, les élections, la révision constitutionnelle, l’État de Droit, et la nécessité pour la Communauté internationale d’aider Haïti dans la lutte contre les gangs armés.

L’ambassadeur Fabrice Mauriès avait lui aussi donné la garantie que la France continuera à accompagner Haïti dans beaucoup de domaines comme la Sécurité, l’État de droit et le développement.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button