" "
acceuilActualitéJustice

Haïti en ébullition totale…

Qui sème le vent doit récolter la tempête… Ils ont ouvert la boîte de Pandore. La grève lancée par diverses organisations syndicales et politiques a été respectée dans les dix départements en Haïti. Le secteur formel; les banques; les magasins; les «markets» et autres, ont tous fermés les portes, ce lundi 26 septembre 2022.

La circulation des véhicules est totalement paralysée, certains quartiers de la capitale, à Port-au-Prince, sont complètement barricadés. À l’Avenue Toussaint Louverture (Route de l’Aéroport), plusieurs personnes dont des ouvriers sont blessés par balles, lors d’intervention de la police pour disperser une manifestation des ouvriers.

En outre, le bureau du Ministère de l’Économie et des Finances, se trouvant dans les locaux de la Direction Départementale de l’Artibonite aux Gonaïves, a été incendié par des manifestants, ce lundi 26 septembre. Dans le grand Sud, notamment aux Cayes, les villes et les quartiers sont barricadés. Même son de cloche à Petit-Goâve, Grand-Goâve, Gressier, Mariani, notamment sur la route nationale #2, toutes ces zones sont complètement bloquées par des barricades.

Peu de monde a vu les nuages s’amonceler, les phénomènes de kidnapping; les massacres dans les quartiers populeux; la misère; le chômage; l’instabilité politique et économique. Et beaucoup refusent de prendre en compte ce qu’on dit si bien et encore aujourd’hui. Parce que prendre en compte cela, c’est prendre le risque de la vérité … cette vérité si risquée qu’il vaut bien mieux se calfeutrer dans le vilain mensonge qui, à force d’être répété à ces sots, devient si confortable.

En même temps, ce sont des crétins : il ne faut pas trop leur en demander. Quand les faits ne s’accordent plus à la prose qu’on leur donne à nous narrer, ils beuglent. Vont-ils comprendre ce que l’Haïtianisme veut dire ? Peu probable. Et en plus, comme ces connards sont mauvais joueurs, ça va encore être de leur faute.

Leurs «plans et actions» ne sont que des réactions instinctives; tels des sangliers blessés. Leur arrogance et leur faux sentiment d’invulnérabilité les poussent à agresser d’abord, puis à réfléchir aux conséquences ensuite; pour répliquer avec plus d’insanités et ainsi de suite pour se retrouver face à des situations inextricables et dévastatrices qui leur fait dire, par effronterie et inconscience, que c’est parce qu’ils n’en ont pas assez fait!

Pour les cons il n’y a rien à faire. Qu’ils soient des petits cons de la dernière averse ou vieux cons des neiges d’antan. On trouve que c’est une perte de temps et d’énergie. Certains, sans doute, retrouveront la raison, mais combien et quand?

En voulant tout avoir par insolence, dédain et complexe de supériorité, ils se verront par leur abrutissement perdre irréversiblement l’essentiel de «leurs biens». Vous provoquez plus fort que vous, vous vous faites écraser. Surtout que la provocation dure depuis longtemps.

Comptez sur le peuple pour assurer ses engagements, il ne faillira jamais, les abrutis dégénérés d’en face qui croient au bluff, vont être vitrifiés sur place, avant que d’avoir eu le temps d’enfiler leurs Pampers… le réel est pour demain plus dure sera leur chute abyssale !!!

Parallèlement, les États-Unis condamnent fermement les actes de violence, de pillage et de destruction perpétrés récemment en Haïti, et ceux qui ont provoqué ces événements, à leurs propres fins. Selon le gouvernement américain, le droit de rassemblement et de manifestation est fondamental dans toute démocratie. «Nous appelons les Haïtiens à exprimer leurs opinions d’une manière pacifique, en respectant les acteurs humanitaires et les forces de l’ordre, et en permettant aux Haïtiens dans le besoin d’avoir accès sans entrave à la nourriture, à l’eau et aux soins médicaux».

Dans la même lignée, les Nations Unies en Haïti ont appelé à l’arrêt immédiat des attaques contre les infrastructures humanitaires et du pillage des fournitures humanitaires, alors que le pays des Caraïbes continue de subir une deuxième semaine de troubles civils. Un certain nombre d’entrepôts utilisés par les agences de l’ONU ont été attaqués par des manifestants dans des villes comme Gonaïves et les Cayes. Ulrika Richardson, Coordonnatrice Humanitaire de l’ONU, la plus haute responsable humanitaire de l’organisation en Haïti, a appelé à l’arrêt de ces attaques et du pillage des fournitures. «Ce que nous voyons est le résultat de la frustration et du désespoir des gens, face à des conditions de vie très difficiles. Piller les entrepôts n’est pas la solution ; ceci ne fait que rendre plus difficile une réponse et une assistance efficaces aux familles dans le besoin. La situation actuelle appelle des efforts supplémentaires de la part de la communauté humanitaire. Pour que cela se produise, nous avons besoin d’un accès sûr pour les travailleurs humanitaires et les fournitures.»

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM), agence des Nations Unies, a perdu plus de 2 000 tonnes métriques de nourritures aux Gonaïves et aux Cayes, qui avaient été prépositionnées dans le cadre de son intervention d’urgence pour protéger les plus vulnérables avant la saison des ouragans. «Nous avons besoin que la violence s’arrête pour que les distributions alimentaires puissent reprendre dès que possible», a déclaré Jean-Martin Bauer, Directeur Pays du PAM en Haïti.

D’autres agences des Nations Unies ont également signalé des vols, des pillages et des perturbations dans leur travail à travers Haïti, en raison des troubles civils.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button