acceuilActualitéEn bref

En Bref

Grande manifestation à Léogâne

Plusieurs personnes ont manifesté dans les rues de la ville de Léogâne, département de l’Ouest. Elles ont attaqué l’annexe de la Direction Générale des Impôts et le Commissariat de police dans la Cité d’Anacaona. Dans la ville de Léogâne, au Sud de Port-au-Prince, département de l’Ouest, des manifestants ont encore foulé le macadam, le lundi 19 septembre 2022. Leurs revendications sont similaires à celles des protestataires des autres villes d’Haïti. Ils sont contre la hausse des prix des produits pétroliers et, de surcroît, ils exigent le départ, à la tête du pays, de l’équipe gouvernementale dirigée par Ariel Henry. Au cours de leur mouvement, des manifestants ont attaqué plusieurs entreprises privées et publiques dans la ville. Un market a subi leur fureur. Ils ont mis le feu dans la génératrice de la succursale de la Unibank. L’annexe de la Direction Générale des Impôts a été attaquée et pillée. Il ne reste rien dans les locaux de cette institution publique qui dessert la population léoganaise. Des agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), cantonnés au commissariat de la ville, ont tiré en l’air, en vue de dissuader les pilleurs et de protéger cet espace public. Les manifestants ont alors changé de cible et s’en sont pris aux policiers. Les protestataires ont attaqué le commissariat de police et ont lancé des pierres aux policiers.

Deux présumés bandits, tués

Loubents Saint-Fleur et Giro Altinéus ont été tués par des agents de la Police Nationale d’Haïti, selon une note émanant de l’institution, le lundi 10 septembre. La PNH les présente comme des membres des gangs de Canaan et des 400 Mawozo, opérant dans la Commune de Croix-des-Bouquets. Selon la police, Loubents Saint-Fleur était l’un des soldats rapprochés de Djeff, ainsi connu, un chef de gang ayant son fief à Canaan 50 et 70. Il était spécialisé dans le détournement de camions de marchandises. Pour ce qui est de Giro Altinéus, il était chargé de rançonner des gens, particulièrement des marchands, pour pouvoir envoyer de l’argent, chaque samedi à son chef, Lanmò San Jou, qui dirige le gang des 400 Mawozo.

Kidnapping : libération des deux employés de l’APN

Enlevés depuis une dizaine de jours, les deux employés de l’Autorité Portuaire Nationale (APN) ont été libérés contre rançon. La nouvelle a été confirmée par leurs proches, le dimanche 18 septembre 2022. Ils étaient enlevés en pleine mer, dans la rade de Port-au-Prince, par des individus armés qui étaient à bord d’un Fly Boat, selon nos informations. Après plus d’une semaine de séquestration, ils ont obtenu leur libération contre rançon. Il s’agit de deux premiers cas de kidnapping où les ravisseurs ont fait usage de la mer. Le responsable de Paryaj Pam a lui aussi été enlevé par le même moyen.

Premier effet de l’ouragan Fiona sur Haïti

«L’ouragan Fiona passe sur la côte nord de l’île d’Haïti. La pluie continue de tomber sur plusieurs communes des départements du Nord et du Nord-Est du pays. À certains endroits, elle est faible, à d’autres, elle est forte. Et la mer commence à être agitée,» a indiqué la Direction de la Protection Civile (DPC). Au moment d’écrire ces lignes, le centre de Fiona était situé en mer, à 215 kilomètres au Nord-Est d’Haïti, ce qui provoque une mer agitée, et, une bande nuageuse, rattachée à Fiona, est sur Haïti, provoquant des pluies. Rappelons qu’Haïti est toujours au niveau de Vigilance Jaune (i.e. risque d’impact, d’intensité faible à modérée, face aux menaces de fortes pluies, de forts vents et de grosses mers, durant le passage de ce système, de lundi à mardi dans la région. Par rapport aux conditions de mer dangereuse qui sont prévues spécialement dans les départements du Nord, du Sud et du Nord-ouest de l’Île d’Haïti, le SEMANAH, de concert avec l’UHM, annonce l’interdiction temporaire de toutes les opérations de cabotage, notamment sur les régions côtières de ces départements.

À 17h00 AST (21h00 UTC), le centre de l’ouragan Fiona était situé près de la latitude 20,1 nord et de la longitude 69,8 ouest. Fiona se déplace vers le nord-ouest à près de 10 mph (17 km/h). Ce mouvement général devrait se poursuivre jusqu’à ce soir, suivi d’un virage vers le nord-nord-ouest mardi et vers le nord mercredi. Sur la trajectoire prévue, le centre de Fiona passera mardi à proximité ou à l’est des îles Turques et Caïques. Les vents maximums soutenus ont augmenté à près de 100 mph (155 km/h), avec des rafales plus fortes. Un renforcement constant est attendu au cours des deux prochains jours, et Fiona devrait devenir un ouragan majeur, mardi. Les vents de force ouragan s’étendent vers l’extérieur, jusqu’à 30 miles (45 km) du centre et les vents de force tempête tropicale s’étendent vers l’extérieur, jusqu’à 140 miles (220 km). La pression centrale minimale estimée est de 972 mb (28,71 pouces).

Propos de Michèle B. Duvalier

«Haïti chérie, Roi Henry Ariel, Henry, partez ! Pour éviter un bain de sang, prenez vos cliques et vos claques ! Mais partez ! Rien ne va plus ! Je vous en supplie, partez pour que de nombreux innocents ne paient pour les vrais coupables. Vous êtes déjà un cadavre politique».

Michèle B. Duvalier, ex- Première Dame d’Haïti (1980-1986).

Une dizaine d’écoles, pillées

«Protéger l’éducation, protéger les écoles, c’est protéger le travail des enseignants, protéger l’avenir de nos enfants et d’Haïti. Nous encourageons le retour des matériels et équipements d’une dizaine d’écoles des départements de l’Artibonite et du Nord-Est. Aidez ces écoles à accéder aux archives et à divers documents tels que: les relevés de notes des étudiants. Rappelez-vous que l’école est le lieu de travail de tous les enseignants et un abri temporaire en cas de catastrophe.»

Ministère de l’Éducation Nationale

L’ONU pour une police robuste, pour combattre les gangs

Antonio Guterres, le Secrétaire général de l’ONU, a plaidé en faveur du rétablissement de la sécurité en Haïti et d’une police robuste pour combattre les gangs armés. Dans une interview accordée à RFI, il a recommandé un programme international d’appui à la Police Nationale d’Haïti (PNH), en formation et en équipement.

Appui aux écoles vandalisées

Le Conseil d’administration de l’Office National du partenariat en Éducation (ONAPE) veut apporter son soutien aux écoles ayant été victimes d’actes de vandalisme. Lors d’une rencontre, le samedi 17 septembre, avec les membres du Conseil d’administration de l’ONAPE, avec le ministre de l’Éducation Nationale et d’autres acteurs du secteur éducatif, il a été décidé de créer un fonds de soutien public-privé aux écoles vandalisées et pour renouveler les stocks d’alimentation scolaire pillés. Les autorités éducatives déplorent les actes de pillage enregistrés dans certains établissements scolaires, lors des mouvements de protestation contre l’augmentation des prix du carburant. Les discussions ont également porté, entre autres, sur les attaques contre les écoles et le climat général du pays pouvant affecter la prochaine rentrée des classes. Les participants ont exprimé leurs inquiétudes face à ce climat délétère qui affecte les écoles, selon un communiqué du MENFP.

Invités à prendre part à cette séance extraordinaire, les directeurs départementaux d’éducation du Nord-Est, de l’Artibonite et de l’Ouest ont présenté un rapport préliminaire sur les dégâts enregistrés lors des attaques contre une douzaine d’écoles et sur la situation générale du pays impactant les écoles, informe le communiqué. Ainsi, il a été proposé d’explorer la création d’un fonds de soutien public-privé aux écoles affectées et pour le renouvellement des stocks d’alimentation scolaire pillés. De plus, les membres du Conseil souhaitent un élargissement des services de la police communautaire, affectée à l’éducation (EDUPOL), vers les villes de province, notamment dans l’Artibonite. Selon le bureau de communication du MENFP, le ministre Nesmy Manigat, président du Conseil, a pris note des propositions et promis de les partager avec le Gouvernement. Une autre réunion extraordinaire est prévue pour le mercredi 21 septembre, en vue de poursuivre les échanges et de proposer un plan d’action. Le ministre en a profité pour informer qu’une plateforme d’échanges entre tous les acteurs du secteur est en train d’être mise en place, afin de recevoir les doléances et d’agir à temps pour anticiper les dérapages et identifier les solutions devant être apportées aux problèmes.

Pillage : Jacques Lafontant demande un rapport

Les manifestations déroulées du 9 au 16 septembre à Port-au-Prince se sont soldées par des dégâts matériels importants, fait remarquer le commissaire du gouvernement, Jacques Lafontant. Le chef du parquet sollicite de la police un rapport sur les dégâts et les auteurs identifiés. Le chef du Parquet de Port-au-Prince a adressé, le samedi 17 septembre, une correspondance au Directeur Départemental de l’Ouest 1 de la Police Nationale d’Haïti. À travers cette lettre, Me Jacques Lafontant requiert de la police un rapport sur les scènes de pillage, d’incendie et de vandalisme enregistrées au cours des derniers mouvements populaires, déroulés dans sa juridiction. L’homme de loi demande également qu’on lui soumette ces informations et les auteurs identifiés dans les meilleurs délais, ce, à telle fin que de droit.

La PNH appelle la population à garder son calme

La Police Nationale d’Haïti (PNH) demande à la population de garder son calme, alors qu’elle continue de reprendre le contrôle de la situation chaotique, généralisée, dans différentes villes du pays. Barricades de pierres, poteaux électriques brisés, barricades de pneus enflammés, bouteilles et fer forgé compliquent encore plus le travail de la police, pour venir en aide aux personnes qui ont besoin d’aller à l’hôpital, des gens qui ont besoin d’eau et de nourriture, pour rejoindre leur quartier ou pour des gens qui ont besoin que la police intervienne rapidement pour empêcher d’autres individus d’attaquer ou de détruire leurs commerces.

Bla bla bla de DIGICEL

« 70% des antennes sont encore en fonction. Depuis tôt le samedi 17 septembre 2022, des opérations de ravitaillement sont en route, au niveau national, pour résorber le retard causé par les troubles des derniers jours. Même si la situation reste calme, ça va prendre plusieurs jours pour revenir à la normale,» informe Maarten Boute, PDG de la DIGICEL.

Le Centre Ambulancier National est dysfonctionnel

« Le Centre d’appel ne fonctionne plus, les ambulanciers ne peuvent pas traverser les barricades, le Centre Ambulancier National (CAN) est devenu dysfonctionnel pour l’instant », a confirmé Didier Hérold Louis, directeur du CAN.

Par ailleurs, le lundi 19 septembre 2022, la police dans la ville de Saint-Marc a commencé à mettre la main au collet des individus ayant été impliqués dans des actes de pillage. Selon la police, 25 de ceux qui sont impliqués dans le pillage des institutions publiques et privées sont aux arrêts. Lors des interventions policières dans la ville, un agent de la PNH est sorti blessé, mais la police a, non seulement arrêté 25 des individus, mais aussi elle a pu récupérer des matériels emportés par ces derniers.

Situation sanitaire

Le collectif des originaires de la 7ème section de Petit-Goâve (CO7SPG), de concert avec le conseil d’administration de la section communale (CASEC), a réalisé, en présence des autorités locales, religieuses, des organisations, des mouvements et associations ainsi que les habitants de cette dite section, une importante conférence de presse, le dimanche 4 septembre 2022, à 2 heures p.m., en face du centre de santé de Delatte. L’objectif de cette rencontre a été de discuter de la situation sanitaire de la section et de ses zones avoisinantes et d’inviter les concernés à se pencher, dans un délai record, sur ce problème.

Smith Prinvil

Articles Similaires

Back to top button