acceuilActualitéCulture & Société

Activer les énergies communautaires : une initiative de l’organisation «Entr’Elles Haïti»

Lors d’une causerie organisée par «Entr’Elles Haïti», en partenariat avec AFALAK, une délégation de jeunes s’est concertée sur la responsabilité de leur génération, dans l’établissement de sociétés pacifiques et justes, ainsi que sur la redéfinition de la nature du leadership et du développement communautaire, en temps d’incertitudes. Le contexte était une conférence-débat qui a eu lieu à la Fée Créole, à la cité Tropicana de Limonade, le 7 août 2022, en prélude des activités marquant la célébration de la Journée Internationale de la Jeunesse, célébrée le 12 août de chaque année.

Cette activité qui a regroupé environ une cinquantaine de jeunes, venant d’horizons divers et évoluant dans diverses associations de la société civile, visait, entre autres, à construire un réseautage de jeunes de communautés diverses, pour les amener à se connaître, à partager leurs expériences respectives et à trouver ensemble des réponses aux défis auxquels ils font face.

S’agissant des thématiques visées, Stécie Guerrier, Fondatrice et Coordonnatrice générale de l’organisation, a précisé qu’elles sont centrées autour d’une avalanche de réflexions portant sur des opportunités et l’entreprenariat, l’engagement citoyen, la gouvernance locale, la délinquance juvénile, liée à la drogue, la corruption, la criminalité, etc. L’essence de la mobilisation communautaire, selon la militante des droits humains, s’inscrit dans la participation des populations à la fixation et à la réalisation de leurs propres objectifs.

Ainsi, pour favoriser le développement inclusif et la prospérité des communautés, il est indispensable, selon la féministe, de maîtriser les outils permettant de mobiliser et d’organiser autant de parties prenantes que possible autour de valeurs et d’objectifs communs, tout en responsabilisant et en autonomisant chacun de ses membres. Cette démarche, selon elle, permettra aux dirigeants de renforcer les processus de fonctionnement participatif, la résilience et la durabilité de la communauté.

Elle a aussi mis l’accent sur l’approche sociocommunautaire qui repose sur la continuité de l’intervention, depuis le renforcement des compétences personnelles jusqu’à l’exercice de la citoyenneté, dans le cadre de services de proximité et de réseaux d’appartenance.

S’adressant aux jeunes qui aspirent à mener des processus de changement, la conférencière les a exhortés à y faire participer d’autres jeunes. Un leader n’est pas quelqu’un qui court seul en tête ou en solitaire, mais c’est celui qui emmène tout le groupe, a avancé la communicatrice, Kelinda Elusma, qui a invité la communauté locale à prendre possession de sa propre gouvernance et, par conséquent, à placer sa propre dynamique au centre des processus de développement comportant des caractéristiques qui pourraient augmenter le potentiel de l’action collective.

Les intervenantes ont beaucoup insisté sur l’action sociale qui se veut être une approche de défense et de revendications de droits sociaux, tenant compte du conflit et de la pression, afin de promouvoir les intérêts de groupe. L’intervention communautaire s’investit alors dans la mobilisation, la structuration de contre-pouvoirs, l’éducation populaire et le développement d’une conscience citoyenne.

Il est important de souligner que le développement des communautés d’identités, d’intérêt, de territoire, donne de meilleurs résultats sous certaines conditions. Les intervenantes ont souligné la nécessité de pouvoir mettre en œuvre et de maîtriser la qualité du processus participatif et démocratique, la prise en compte globale dans l’analyse des problématiques avec leurs dimensions sociales, économiques, écologiques et politiques.

Smith Prinvil

Articles Similaires

Lisez aussi
Close
Back to top button