acceuilActualitéEconomie & Finances

Normalisation de la rareté de carburant

La pénurie d’essence, au niveau des stations de distribution de produits pétroliers, se poursuit encore aujourd’hui dans la capitale, Port-au-Prince, ainsi que dans les villes de province, malgré l’annonce de plusieurs expéditions de camions citernes de produits pétroliers, à la Wineco, installation de stockage de pétrole.

Plusieurs stations-service restent fermées, dans la plupart des départements géographiques d’Haïti. Il est très difficile de trouver du carburant dans les stations. De longues files d’attente et des attroupements se forment rapidement devant les quelques postes de travail.

Pendant ce temps, le prix du carburant a doublé et même triplé sur le marché informel, depuis la fin de mai 2022. Les rassemblements dans les stations-service sont désormais monnaie courante dans les grandes villes haïtiennes. Les automobilistes ont la possibilité d’acheter de l’essence à des prix élevés sur le marché informel ou dans de longues files d’attente dans les stations-service. Ce ne sont pas que des files d’attente, mais aussi des bousculades entre hommes avec des canettes jaunes. À Carrefour, cependant, considéré comme privilégié, à cause du terminal de Thorland, un gallon d’essence se vend 600 gourdes.

Presque chaque mois, au cours des dernières années, il y a eu une pénurie inexpliquée de carburant sur le marché intérieur. Pour la journée du dimanche 12 juin 2022, un total de 65 camions citernes, contenant des dérivés pétroliers, ont été chargés au centre de stockage pétrolier Wineco, indique le compte Twitter du Terminal de Varreux, à Cité-Soleil.

La Brigade syndicale anti-corruption dénonce le phénomène de pénurie de carburant, qui affecte le fonctionnement de tous les secteurs de la vie nationale. Ce problème résulterait de la décision, prise par l’État, de libéraliser le marché pétrolier en Haïti, fustige le coordonnateur national de la Brigade anti-corruption, Sonson Dumé. Il exhorte l’État à prendre des mesures lui permettant de récupérer le monopole du secteur pétrolier et de créer des centres de collecte dans différents départements du pays. Les bizarreries récurrentes font partie du quotidien des automobilistes haïtiens. Ils doivent trouver plus d’argent ou plus de temps pour s’approvisionner.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button