acceuilActualitéEconomie & Finances

Normalisation de la pénurie de carburant

Les syndicats du camionnage tirent la sonnette d’alarme face aux pénuries récurrentes de carburant. Les dirigeants de ces syndicats, notamment Chanjeux Méhu, accusent l’État et les compagnies pétrolières d’être les instigateurs d’une pénurie artificielle qui pénalise chauffeurs et consommateurs. L’offre est inférieure à la demande d’approvisionnement récurrent en carburant en Haïti, ce qui est la cause de la pénurie, assure un spécialiste du secteur pétrolier.

Les syndicats des transports de Chanjeux Méhu préconisent la fin de la privatisation du secteur pétrolier, en rejetant catégoriquement les arguments des compagnies sur le manque de dollars pour s’approvisionner sur le marché international.

Considérant qu’il s’agit d’un produit stratégique, les syndicalistes soutiennent que les employeurs ne sont intéressés que par les profits. C’est le retour à l’ancienne structure avec le Bureau de Monétisation de l’Aide Publique au Développement (BMPAD) que défendent les syndicats. Cependant, cette structure n’avait pas permis d’éviter des pénuries récurrentes.

Dans le même temps, les syndicalistes préconisent une réforme du secteur, avec l’adoption de nouvelles dispositions pour contrôler efficacement les compagnies pétrolières. En outre, ils critiquent le refus du gouvernement d’appliquer le protocole d’accord qui prévoit un ajustement spécifique pour les chauffeurs de transports en commun. Depuis 6 mois, aucune disposition n’a été prise pour préciser cette subvention.

M. David Turnier, secrétaire général de l’Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP) soutient que les retards dans le versement des subventions sont à l’origine de la pénurie. La consommation mensuelle est de 28 millions de gallons, révèle M. Turnier. Cependant, les 5 compagnies pétrolières qui importent des hydrocarbures n’ont pas les ressources suffisantes pour acquérir ce volume. Elles sont obligées de faire de petites commandes. Récemment, un pétrolier est arrivé avec 2,5 millions de gallons d’essence, l’équivalent de 2 jours de consommation. M. Turnier estime que l’État n’a pas assez de ressources pour subventionner les prix de l’essence. Il faudra à tout prix ajuster les prix en fonction du tarif international. Le spécialiste recommande également la mise en place de la subvention ciblée pour les chauffeurs de transports en commun. Le gouvernement haïtien ne pourra plus continuer à subventionner le carburant, prédit le président de l’Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), M. David Turnier.

Il fait valoir que le Trésor public ne dispose pas de ressources économiques suffisantes pour renflouer les caisses des compagnies pétrolières qui ont importé du carburant. Les ressources allouées au financement du carburant sont de l’ordre de 200 millions de dollars pour cet exercice alors que les subventions mensuelles dépassent les 56 millions de dollars, explique M. Turnier. Les ressources ne peuvent excéder 4 mois, prévient le spécialiste.

Il souligne que les retards dans le versement des subventions sont les principales causes des pénuries récurrentes de carburant.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Lisez aussi
Close
Back to top button