acceuilActualitéEconomie & Finances

L’économie haïtienne, frappée de tous les côtés

De nombreuses sociétés de transport refusent de prendre le risque d’entrer dans certaines zones ou même dans le pays. Port-au-Prince est assiégé au nord par le gang des 400 Mawozo et par Vitelhomme. Au sud par les gangs de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu. Les routes principales sont contrôlées par des bandits, ce qui n’inquiète pas la police. Par ailleurs, la Natcom distribue des produits alimentaires dans la commune de Fort-Liberté, le chef-lieu du département du Nord-Est, plus précisément dans la paroisse de Notre-Dame de la Délivrance.

Les 40 bus de la compagnie «Dieu qui décide», n’assurent plus la liaison Port-au-Prince / Jérémie. Cette compagnie avait continué à faire le voyage, malgré les pertes. Cependant, les énormes pertes enregistrées ces derniers jours ont contraint l’entreprise à cesser de fonctionner. C’est pratiquement un événement puisque cette compagnie transporte des centaines de milliers de personnes, chaque mois, depuis plusieurs décennies. Cette décision est due au fait, qu’à Martissant, des enlèvements collectifs ont eu lieu en plein jour par des bandits qui ont violé des femmes.

Les entreprises de transport du Nord ont annoncé une réduction de leurs activités dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. En outre, les sociétés de transport reliant Port-au-Prince et la République Dominicaine ont également suspendu leurs opérations. Ces entreprises disent avoir pris cette décision dans le but de forcer la main de l’État dans la résolution de la crise sécuritaire.

La Natcom vole au secours de la population

Cette situation d’insécurité a un impact majeur sur la crise économique et alimentaire du pays. De plus, tous les économistes sont d’avis que la situation économique est grave. Selon le Conseil National de Sécurité Alimentaire (CNSA), près de la moitié de la population haïtienne vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 100 gourdes par jour.

À cette fin, le 15 mai 2022, du riz et de l’huile ont été distribués par la société technologique à Fort Liberté, dans le cadre d’un programme social appelé «Yon jès nan yon souri». Selon le directeur des communications de la Natcom, ce geste démontre l’amour de la Natcom pour les citoyens haïtiens, et sa volonté de rester auprès des plus vulnérables, surtout en ces temps difficiles. «Au niveau de la Natcom, il ne s’agit pas seulement de faire du profit, mais surtout de contribuer au bien-être des riverains», a-t-il déclaré.

De son côté, le Vicaire de la Paroisse Notre-Dame a remercié la Natcom pour ces produits de première nécessité. «Lorsque j’ai rencontré les membres de Natcom Management dans le Nord, j’ai précisé que l’entreprise ne cherchait pas seulement à faire des profits, mais aussi à soutenir les plus démunis. Et aujourd’hui, nous pouvons tous dire que c’est vrai.» L’abbé Odyssée Bayard exhorte la Natcom à poursuivre son action sociale dans le pays.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button