acceuilActualitéEn bref

En Bref

Décès de Madame Euvonie Georges Auguste : le MCC exprime ses sympathies

Le Ministère de la Culture et de la Communication apprend avec consternation le décès de Madame Euvonie Georges Auguste, Grand Serviteur de la Confédération Nationale des Vodouisants Haïtiens (KNVA), le mercredi 23 mars 2022.

Madame Euvonie Georges Auguste a contribué à la promotion des droits des vodouisants, ce qui lui a valu une renommée marquante au sein de la grande famille du vodou en particulier, et de la société en général. Travailleuse sociale, fonctionnaire public au Ministère des Affaires Étrangères et des Cultes, Mme Euvonie Georges Auguste, mère de 5 enfants (3 filles et 2 garçons) et grand-mère de 5 petits-enfants, laisse un grand vide dans le secteur vodouisant. Le Ministère de la Culture et de la Communication adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de la célèbre disparue et, en particulier, à la KNVA dont elle était l’une des plus connues responsables.

Jean-Charles Moïse, en tournée africaine

L’ancien sénateur Jean-Charles Moïse, leader du Parti de l’opposition radicale, «Pitit Desalin», est en tournée en Afrique depuis le 23 mars 2022, où il compte rencontrer le maximum de pays africains, convaincu que l’appui des pays d’Afrique est important pour le développement d’Haïti. Il devrait être de retour au pays, au début d’avril.

La PNH ramasse les fatras

Opération de nettoyage des fatras du Boulevard des Quatre Chemins : la Police Nationale s’implique au côté d’organisations, dans cette démarche d’ordre civique. Ainsi, le vendredi 25 mars 2022, des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO), de la Brigade de Protection des Mineurs (BPM) et la police administrative ont marqué les esprits des résidents, par ce geste communautaire qui entre dans le cadre du rapprochement de la Police avec la Population.

Des risques de fortes pluies sur tout le pays

Le vendredi 25 mars 2022, la Direction Générale de la Protection Civile (DPC), l’Unité Hydrométéorologique (U.H.M) d’Haïti et le Secrétariat Permanent pour la Gestion des Risques et Désastres (SPGRD) ont informé la population, en particulier celles du département de l’extrême Nord d’Haïti, des risques de fortes pluies sur tout le pays, à partir de samedi 26 mars, en raison du passage d’un front froid traversant Haïti, une situation qui peut durer jusqu’au mercredi 30 mars. Ces pluies peuvent provoquer des dégâts importants, tels que des glissements de terrain, éboulements et inondations dans plusieurs départements. Cette situation peut mettre en danger la vie des personnes et leurs biens, principalement les personnes habitant les départements du Nord, du Nord-Est, de l’Ouest et du Sud qui peuvent être sous la menace d’inondations tout au long de la fin de semaine. La DPC exhorte toutes les personnes vivant dans des zones vulnérables à rester vigilantes aux inondations, glissements de terrain et éboulements, et à prendre les précautions de sécurité en cas de fortes pluies, d’orages et de vents violents.

Les ravisseurs enlèvent le porteur de rançon

Les ravisseurs qui ont enlevé le gynécologue Alexis Michel, le 2 mars dernier, ont enlevé et séquestré la personne chargée d’apporter la rançon sans libérer le Dr Michel.

Séisme : 11 répliques en 48 heures

À la suite d’un séisme de 5,1 sur l’échelle de Richter, enregistré le mercredi 23 mars et qui a touché la péninsule du Sud, 11 répliques ont été enregistrées entre 2,9 et 3,8 de magnitude, entre le mercredi 23 et le jeudi 24 mars.

Un violeur de mineure, arrêté

La police du Nord-Est, avec le support du consulat haïtien à Dajabón, a procédé à l’interpellation du nommé Kenken Théodule (36 ans). Il est accusé de viol sur une mineure de 17 ans et est membre du gang «Casque Bleu», spécialisé dans le vol à la frontière au niveau de Ouanaminthe / Dajabón.

Nouveau prix pour l’écrivain: Jean D’Amérique

L’écrivain haïtien, Jean D’Amérique, vient de recevoir le Prix Montluc Résistance et Liberté 2022 pour son roman «Soleil à coudre», publié aux Éditions Actes Sud.

P-A-P / Cayes 57% de taxes de l’État par passager

Le Gouvernement a augmenté la taxe sur les vols de petits avions assurant le trajet de Port-au-Prince vers le Grand Sud. Avant, un vol Port-au-Prince / Cayes qui coûtait 82,72 dollars américains passe désormais à 129,99 dollars soit 47,27 dollars (57,1%) sur chaque billet, pour remplir les caisses du Trésor Public.

USA : Plus de 2 000 enfants, nés à l’étranger de parents haïtiens, ont été déportés en Haïti

Un rapport publié le 24 mars dernier par l’ONG «Human Rights Watch» (HRW) révèle que les États-Unis ont expulsé ou déporté, du 1er janvier 2021 au 26 février 2022, 25 765 personnes vers Haïti. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) souligne que, du 19 septembre 2021 au 14 février 2022, les États-Unis ont renvoyé en Haïti environ 2 300 enfants nés à l’étranger de parents haïtiens. Parmi ceux-ci, environ 1600 sont nés au Chili, 580 au Brésil et environ 140 dans d’autres pays, dont les Bahamas, l’Argentine, le Mexique et le Venezuela. L’OIM constate qu’il y avait des situations irrégulières dans les expulsions, puisque les enfants nés au Brésil ou au Chili avaient la nationalité du pays de leur naissance (droit du sol) et certains détenaient même un passeport brésilien ou chilien. Le rapport d’HRW indique « […] La plupart des rapatriés américains avaient quitté Haïti des années plus tôt, fuyant une situation économique et sécuritaire déjà difficile, et vivaient au Chili ou au Brésil avant de se rendre aux États-Unis. Certains ont subi des violences, y compris des abus sexuels, en route vers les États-Unis […] ». En raison des irrégularités du Gouvernement américain, « […] les États-Unis doivent immédiatement mettre fin à l’utilisation inappropriée du titre 42, une section de la loi américaine sur les soins de santé, pour expulser des personnes vers Haïti et ailleurs », estime Human Rights Watch. Par ailleurs « […] Les Haïtiens détenus dans les prisons frontalières américaines [en attente d’expulsion] ont signalé des conditions de vie difficile, notamment une nourriture insuffisante, un manque d’accès à des douches ou à des produits d’hygiène, pendant des semaines, et un manque de soins médicaux […] ». L’institution confirme en outre que plusieurs Haïtiens rapportent que les agents frontaliers ont pris des vêtements, des téléphones, de l’argent et leurs documents personnels, et qu’ils n’avaient pas récupéré la totalité de leurs effets personnels à leur arrivée en Haïti […] ».

RD : 300 mineurs haïtiens, non accompagnés, rapatriés

Au cours des trois premiers mois de l’année 2022, les autorités dominicaines ont rapatrié en Haïti pas moins de 300 mineurs, dont 266 garçons et 34 filles, rapporte la Fondation «Zanmi Timoun», dans une note de presse datée du 23 mars. Ces enfants auraient été déposés, non accompagnés, au poste frontière de Belladère. La Fondation appelle les autorités haïtiennes à intervenir auprès du gouvernement dominicain, afin de faire cesser les déportations d’enfants mineurs non accompagnés.

Mirlande Manigat pour une nouvelle Constitution mais…

La constitutionaliste Mirlande Manigat, Présidente d’honneur du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) se prononce en faveur d’une nouvelle Constitution. Toutefois, elle estime que les conditions ne sont pas réunies du fait que le pays se trouve dans une situation de «formalités impossibles».

UEH : salle de cours-dortoirs

En raison de l’insécurité, incapables de regagner leurs domiciles, plusieurs étudiants de l’Université d’État d’Haïti (UEH) transforment les salles de cours en dortoir. Ils demandent de l’aide auprès du rectorat qui tarde à répondre à leurs demandes.

200 agriculteurs vendent directement aux commerces…

L’Agence Américaine pour le Développement International (USAID-Haïti) a aidé à créer un réseau de plus de 200 agriculteurs à Kenscoff. Désormais, les agriculteurs locaux peuvent vendre leurs produits directement aux supermarchés, aux restaurants et aux grossistes de Port-au-Prince et des environs, et même à l’ambassade des États-Unis.

La Bibliothèque Nationale d’Haïti célèbre ses 82 ans

Le vendredi 25 mars, la Bibliothèque Nationale d’Haïti (BNH), inaugurée le 26 mars 1940, sous la présidence de Sténio Vincent, a célébré ses 82 ans d’existence. Grâce aux efforts d’Émmelie Prophète-Milcé, la Ministre de la Culture, la BNH dispose maintenant d’une nouvelle génératrice. Par ailleurs, un lot de 20 000 ouvrages sera remis à la BNH par la Bibliothèque nationale de Québec ainsi que des matériels informatiques, don de Taïwan (République de Chine).

Journée mondiale du théâtre

En prélude à la Journée mondiale du théâtre, ce dimanche 27 mars 2022, Yves Pénel, le Directeur Général du Théâtre National d’Haïti, a lancé une série d’activités au kiosque Occide Jeanty (Champ-de-Mars), pour initier les jeunes à l’éducation artistique et culturelle.

Santé : l’OPC vivement préoccupé par la grève dans les hôpitaux du pays

L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) exprime sa plus vive préoccupation, suite à la persistance de la grève lancée dans les hôpitaux et dispensaires publics. Rappelons que l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH), plus connu sous le nom d’Hôpital Général, en grève illimité depuis 21 février, a été suivi, entre autres, par l’hôpital universitaire Justinien, et d’autres dispensaires publics et hôpitaux menacent de suivre le mouvement, dont l’hôpital de la Paix à Delmas 33. Internes et résidents, personnels à tous les niveaux et même certains médecins de service protestent contre les conditions de travail inhumaines et des salaires insuffisants, face à l’inflation et à la vie chère. À cela s’ajoute un climat d’insécurité et plusieurs enlèvements de personnels et de professionnels de la santé. L’OPC souligne que « […] ce mot d’ordre de grève engendre des conséquences néfastes sur la population, les malades, particulièrement les personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA qui constituent une catégorie très vulnérable, nécessitant une prise en charge médicale au quotidien. En conséquence, l’OPC lance un appel urgent aux instances concernées du Ministère de la Santé Publique, pour trouver, dans le meilleur délai, une solution avec les syndicats grévistes, pour la reprise des activités au niveau des centres hospitaliers du pays. »

Les entreprises de la restauration en voie de disparition

Contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, ce n’est pas la COVID-19 mais les violences et l’insécurité qui sont venues à bout des entreprises du secteur de la restauration ou encore du monde de la nuit, dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Les citoyens ne sortent plus dans les restaurants et les pubs. Redoutant les fusillades et les kidnappings, les Port-au-princiens, Delmassiens et Pétionvillois préfèrent se terrer chez eux. Rares sont les activités culturelles nocturnes ou diurnes car la situation d’insécurité du pays dissuade tous ceux et celles qui pensent à sortir de chez eux pour aller chercher un peu de loisir.

Même si aucune statistique n’est disponible, il est évident que la consommation de gazeuses et de bières, notamment, a considérablement diminué, puisque le taux de fréquentation des restaurants et des bars, lieux où sont majoritairement consommés ces produits, a terriblement chuté.

Au Champ-de-Mars les restaurants et autres bars and grill ont fermé boutique. Les clients de ces bars, notamment des membres de la diaspora, étaient parmi les plus grands consommateurs de bières. Si on doit comparer les chocs du secteur de la restauration à un séisme, il s’agit de la énième réplique, après le coronavirus, les peyi lòk liés à la crise politique.

Conséquence directe de la faillite de ces petites entreprises, de nombreux employés sont au chômage. C’est l’ensemble du secteur des loisirs qui risque de s’effondrer, si la sécurité publique n’est pas rétablie. À cause de la crise économique et de la crainte de l’insécurité, les familles préfèrent conserver leurs ressources pour l’alimentation et l’éducation jugées prioritaires.

Rencontre entre Frantz Elbé et Helen La Lime

Dans le cadre d’une mission d’évaluation en Haïti d’une délégation du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui s’est achevée le vendredi 25 mars 2022, Frantz Elbé, le Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), a tenu une réunion avec Mme Helen La Lime, Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies en Haïti et Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), ainsi qu’avec les membres de la délégation du Bureau de l’ONUDC. Rappelons que l’objectif principal de la mission de l’ONUDC au pays, était d’évaluer les domaines prioritaires, dans le cadre de la coopération entre l’ONU et Haïti, sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée, notamment le trafic illicite (armes à feu, drogue, entre autres…), la corruption, l’impunité et les crimes financiers.

Smith Prinvil

Articles Similaires

Back to top button