acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

Les policiers de «Fantom 509» ont repris du service

Selon ce qu’a fait savoir le D G de facto de la PNH, environ quatre (4) policiers du groupe « Fantom 509 » ont été tués, dans l’après-midi du vendredi 5 février 2021, par les agents de l’unité spécialisée, SWAT Team, lors de leur mouvement de protestation dans les rues. Ils ont été exécutés, au cours des affrontements avec les membres de cette unité, à Canapé-Vert. Il a aussi fait mention d’un policier du SWAT Team qui a été tué.

Le groupe de policiers dénommé «Fantom 509» ont créé une forte tension dans les rues de la zone métropolitaine, dans l’après-midi du vendredi 5 février 2021. La cause de leur protestation étant inconnue, les hommes en tenue de police ont créé un climat de terreur de Pétion-Ville à Port-au-Prince. En effet, lors de cet après-midi de protestation, des affrontements armés entre les protestataires et les agents de l’unité SWAT Team, ont conduit au décès par balles de l’agent du SWAT Team, Patrick Anozard, issu de la 25ème promotion de la PNH, ses pairs ont quant à eux stoppé plusieurs membres dans le camp adverse, selon le Directeur général de la police nationale d’Haïti. Selon les informations, les quatre (4) personnes tuées, du groupe «fantom 509», seraient: Wilbert Fleurant, Walta Bichotte, Marcéus Junior et Joseph Adam. Le directeur général de la PNH s’est d’ailleurs vanté de ces accomplissements, lui qui s’est donné pour mission de traquer ces policiers frustrés. Hormis l’assassinat de ces 4 membres des «Fantom 509», la PNH a présenté un autre policier qui serait l’un des chefs de file de cette entité. Ce policier qui répond au nom de Reynald Courtois, a été arrêté vendredi soir par les forces de l’ordre, a confirmé le directeur général de la PNH qui en a profité pour confirmer la mort de Patrick Anozard, un agent du SWAT Team, tué lors de ces échanges de tirs.

Dans un message posté sur son compte twitter, l’ex-président de la République, Jovenel Moïse, a dit condamner avec fermeté l’assassinat de l’agent Patrick Anozard, du Swat Team, lors de ces affrontements. Il en a profité pour encourager la PNH à traquer les policiers du « fantom 509» qu’il qualifie d’individus armés. Après l’après-midi de terreur du vendredi, le bilan officiel de ces affrontements fait état de 6 morts dont 4 membres de «Fantom 509», le policier Patrick Anozard du SWAT Team, ainsi qu’un autre individu dont l’identité n’a pas encore été révélée. À noter qu’il y eut également une quantité démesurée de blessés et l’incendie des quatre (4) véhicules immatriculés Service de l’État (SE).

Il est tout de même bon de souligner que plusieurs personnes ont démenti le D G de la PNH, en informant que ces allégations, selon lesquelles les personnes tuées seraient du groupe «fantom 509». Ces personnes qui défilaient sur les ondes de plusieurs médias de la capitale ont présenté leur proche comme de simple civil.

Par ailleurs, des reporters qui étaient sur place nient avoir remarqué des cadavres en quantité, contrairement à ce qu’a fait savoir le directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles. Aussi, faudra-t-on souligner, qu’aucune photo des prétendus policiers tués n’a été rendue publique.

Dans une note, Rockfeller Vincent, le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique «[…] condamne avec véhémence l’assassinat du policier Anozard par des terroristes qui s’attaquent aux forces républicaines et qui sèment le chaos dans les rues de la Capitale». Le Ministre présente ses profondes sympathies à la famille et aux frères d’armes de ce vaillant policier qui a payé, au prix de son sang, pour protéger et servir la population, conformément à sa mission.

Le Ministre Vincent félicite le Haut Commandement de la Police Nationale d’Haïti qui a réagi promptement et efficacement, en affrontant avec fermeté ces bandits utilisés à des fins de turbulences politiques. Il instruit le Parquet de Port-au-Prince de diligenter, de concert avec la Direction Centrale de la Police Judiciaire, une enquête criminelle, afin d’identifier et de mettre la main au collet des auteurs intellectuels et matériels, et des complices de ces actes terroristes graves. L’État ne s’inclinera jamais devant les bandits, dit-il.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button